Couverture du journal du 23/07/2021 Consulter le journal

Salles de sport : « Nous ouvrirons le 4 janvier 2021, quoi qu’il en coûte »

Les gérants de salles de sport montent au créneau. Ils sont de plus en plus nombreux à demander la réouverture de leurs établissements le 4 janvier 2021, au lieu du 20 comme annoncé par Emmanuel Macron. C’est le cas de Jérémie Laborde. Il dirige deux salles de sport en périphérie rennaise et est bien déterminé à rouvrir ses portes dès la rentrée de janvier.

© Photo de Pixabay provenant de Pexels

Le début d’année, et ses bonnes résolutions qui l’accompagnent, est la période de pointe des inscriptions en salles de sport. « Cela représente pas moins de 50% de mon chiffre d’affaires », souligne Jérémie Laborde qui craint un désastre économique pour son secteur. « Sans ce mois de janvier 2021, tout comme les magasins de jouets en décembre, notre année est fichue ! »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré en 2017 puis une seconde à Cap Malo en 2018. À la tête d’une entreprise en pleine croissance, l’entrepreneur projetait de nouvelles ouvertures, mais la crise sanitaire lui a coupé l’herbe sous le pied.

Sans ce mois de janvier, tout comme les magasins de jouets en décembre, notre année est fichue !

Jérémie Laborde dirige deux salles de sport, à Liffré et à Cap Malo © D.R.

Après avoir engagé de nombreux efforts et investi pour garantir la sécurité de ses adhérents et de ses salariés, il refuse d’être sacrifié sur « l’autel de l’incohérence » et ouvrira ses portes le 4 janvier prochain. « Nos salles de sport ont subi le confinement de plein fouet, avec une perte d’environ 35 % de nos adhérents. Nous sommes tous tombés de haut lors de la dernière allocution du président Macron en apprenant les nouvelles mesures gouvernementales et le maintien de la fermeture des salles de sport jusqu’au 20 janvier 2021. On ne comprend pas, nous avons été des élèves modèles dans la mise en place d’un protocole sanitaire strict et ça a été très efficace puisqu’aucun cluster ni aucun foyer d’infection n’ont été détectés dans nos salles de sport. » Jérémie Laborde prévient « Je n’hésiterais pas à amorcer un recours en justice si l’État interférait, car il n’a apporté aucune preuve de la virulence du virus dans les salles de sport et il n’a pas respecté le principe de précaution. Le gouvernement a préféré fermer directement alors qu’il y avait matière à adapter l’activité. »

J’ai pris la décision d’ouvrir le 4 janvier 2021 quoi qu’il en coûte pour sauver mon entreprise et l’emploi de mes 10 salariés.

Si aujourd’hui, le jeune patron est en colère « contre les manquements de la part de l’État et ses incohérences », il regrette également des aides insuffisantes « le PGE n’est intéressant que pour les entreprises installées depuis longtemps, l’aide à hauteur des 20 % du chiffre d’affaires mensuel est totalement insuffisante. Pour mon cas personnel, j’ai plus de 25 000 euros de charges fixes et l’État me propose une aide à hauteur de 1 500 euros, c’est intenable. Les assurances ne veulent pas prendre en charge les pertes d’exploitation, nous sommes seuls, isolés et selon moi beaucoup trop silencieux contrairement aux CHDR (cafés, hôtels, restaurants et discothèques). C’est pour toutes ces raisons que j’ai pris la décision d’ouvrir le 4 janvier 2021 quoi qu’il en coûte pour sauver mon entreprise et l’emploi de mes 10 salariés. »

Jérémie Laborde fait partie du collectif fitness « réouverture le 4 janvier 2021, quoi qu’il en coûte », qui a pour but de fédérer la mutualisation des réouvertures des salles de sport en Bretagne et dans les Pays de la Loire.