Couverture du journal du 21/01/2022 Consulter le journal

BTP : Inclusion sur les chantiers

11 jeunes réfugiés viennent d’être diplômés d’un CAP + du bâtiment réalisé en 3 ans grâce à un apprentissage renforcé à la langue française, au CFA du Bâtiment de Saint-Grégoire.

Les 11 diplômés CAP+, btp

Les 11 diplômés CAP+ (et leurs employeurs) : Hakim Safayi (CRLC) ; Moussa Abdouchafi (Bouchard) ; Hussain Adam Fadol (Eiffage Energie Systèmes) ; Khaled Mohamed (Eiffage Energie Systèmes) ; Rashid Ahmadi (Satel) ; Khan Mohammad Ahmadi (Sopec) ; Alssadig Osman Adam (Philippe Saliot) ; Ali Mohammadi (Thézé peintures) ; Naqib Imami (Maussion Père et Fils) ; Imran Heydari (Coproma) ; Amine Hossini (Troufflard). ©FFB

Le Bâtiment est un secteur traditionnellement porteur d’intégration sociale, et le prouve une nouvelle fois : son CFA de branche en Ille-et-Vilaine a mis au point une formation inclusive pour intégrer durablement des jeunes réfugiés sur le bassin rennais.

« En 2018, nous avons proposé un soutien en langue française à plusieurs apprentis d’origine étrangère, et c’est de là qu’est né, avec le soutien de la FFB, et l’aval de la Direccte, ce parcours CAP sur 3 ans au lieu de 2, centré la 1re année du CAP sur le français et sur la découverte de l’entreprise et des chantiers » explique Cécile Pellerin l’animatrice-coordonnatrice du CAP+.

Plusieurs entreprises rennaises ont d’emblée joué le jeu en les intégrant sur leurs chantiers comme la Satel à Saint-Gilles. « La barrière de la langue est parfois compliquée à gérer au début, mais ces jeunes sont ultra motivés pour réussir leur nouvelle vie ici à Rennes, et ils sont particulièrement bien suivis au CFA. Ce qui est primordial, sur les chantiers, c’est un tuteur volontaire et bienveillant. Chez nous, Rashid a été bien accompagné par notre chef d’équipe Amhed. C’est un franc succès : Rashid vient d’être diplômé du CAP de plombier, il a même reçu la médaille d’argent en installations sanitaires au concours départemental du Meilleur Apprenti ! ».

Rashid Ahmadi et Jean-Michel Gatel, PDG de la Satel. btp

Rashid Ahmadi et Jean-Michel Gatel, PDG de la Satel. ©FFB

Autre jeune réfugié diplômé, Ali qui a été formé chez Thézé peinture à la Mézière. « Ce jeune nous a démontré qu’il avait une volonté d’apprendre, un savoir-être exceptionnel au travail, sans jamais baisser les bras malgré la crise sanitaire et rappelons-le, après avoir quitté leur pays et leur famille. Ali a trouvé sa place dans notre entreprise, nous sommes très fiers de lui », précise Jean-Christophe Thézé.

Ali Mohammadi et Jean-Christophe, directeur de Thézé Peinture. btp

Ali Mohammadi et Jean-Christophe, directeur de Thézé Peinture. ©FFB

Le couvreur Hervé Maussion à Noyal Chatillon sur Seiche a accueilli en 2018 un jeune réfugié, Naqib, pour lui apprendre le métier de couvreur. « C’est une expérience vraiment très enrichisante aussi pour l’entreprise, j’ai embauché Naqib et je forme de nouveau un jeune réfugié via le CAP+ ».

Hervé Maussion, dirigeant de Maussion Père et Fils Sarl, et Naqib Imami. btp

Hervé Maussion, dirigeant de Maussion Père et Fils Sarl, et Naqib Imami. ©FFB

Fin novembre, Ruth Jourand, directrice du CFA a remis le diplôme CAP+ à 11 apprentis réfugiés, autour de l’ensemble des acteurs de ce projet : les employeurs, la Fédération du Bâtiment, la Direccte, Coallia, l’association Benoît Labre, ProBTP, la Fondation BTP Plus, ECF… Plusieurs de ces jeunes continuent actuellement leur parcours de formation au CFA en préparant un BacPro ou Brevet Professionnel.

Ces jeunes réfugiés ont entre 16 et 30 ans, principalement originaires du Soudan et de l’Afghanistan. « Ils ont besoin et méritent qu’on leur fasse confiance », conclut Cécile Pellerin, qui coordonne aujourd’hui une 2e et une 3e session de CAP+. Avec l’envie de continuer à améliorer ce dispositif, qui est depuis septembre 2021 dupliqué dans les 3 autres départements bretons.