Couverture du journal du 18/09/2020 Consulter le journal

Contre les vols, une messagerie instantanée entre buralistes et gendarmes

Fausse monnaie, vols, comportements suspects, les buralistes sont en première ligne pour ce qui a trait aux arnaques et aux agressions. Un dispositif est en phase de test sur le département, via une application sécurisée et cryptée de messagerie instantanée, à l’initiative du syndicat des buralistes d’Ille-et-Vilaine en partenariat avec la gendarmerie.

«On a vu il y a quelques jours un homme qui écoulait de faux billets de 5 euros à Liffré, 2 heures après il était à Redon. Avec la messagerie instantanée, une alerte a été donnée immédiatement pour avertir les buralistes. Et cela a permis d’intercepter l’homme très rapidement », indique le commandant Laurent Chapparo de la compagnie de gendarmerie départementale de Montfort-sur-Meu.

L’ application s’appelle « Signal », similaire au modèle de messagerie privé WhatsApp, permettant l’échange instantané de conversations, avec textes, photos, vidéos. Cet outil numérique simple d’usage facilite les échanges entre buralistes en temps réel, et avec les gendarmes qui peuvent réagir au besoin. « L’application Signal a plusieurs avantages : d’abord d’être en conformité avec le RGPD, le règlement général de protection des données ; d’avoir de la transparence sur son algorithme, et de ne pas stocker dans un cloud le message, mais de le crypter directement depuis le téléphone », précise le commandant Chapparo.

Proximité et gratuité

L’application Signal est un outil entrant dans le dispositif PSQ, la politique de sécurité du quotidien, « le but est de centrer sur la prévention, le contact, la proximité, ici c’est via le numérique, c’est un outil supplémentaire ».

Le dispositif est en phase de test, et pourra être étendu et généralisé à l’ensemble du département via les compagnies de gendarmerie. L’application est téléchargeable gratuitement. Pour entrer dans le groupe d’échange entre buralistes, il faut signer une Charte, qui engage de part et d’autre les professionnels comme les gendarmes, pour une utilisation professionnelle destinée à assurer la sécurité et la sureté des commerçants.

Déploiement de l’application auprès des boulangers, des bijoutiers

Cet écosystème de partage d’infos locales est applicable à d’autres corps de métiers et fonctions. Des liens existent déjà entre la gendarmerie et les professions agricoles, les élus municipaux, les personnes âgées, les commerces de proximité. Vol, escroquerie, abus de confiance, extorsion de fonds, destruction ou dégradation de biens, « les échanges d’informations entre les professionnels et les gendarmeries permettent d’être plus vigilants, de faire de la prévention, de donner l’alerte », résume le commandant Chapparo. « Mais cela ne remplace pas le 17 ou le 112, ni même les patrouilles, c’est un outil de réactivité intéressant ».

L’avantage de cette application est de permettre la création de différents groupes de contact. Il sera proposé prochainement aux boulangers du département, ainsi qu’aux bijoutiers.