Couverture du journal du 14/06/2024 Le nouveau magazine

L’agent de sécurité, « un métier particulier »

Créée en 2003 et nichée à Bruz, la société Arka Sentinelle Prévention (3 millions d’euros de chiffre d’affaires) intervient dans la sécurité privée et la surveillance des biens et des personnes. Si la concurrence est forte dans ce domaine, Arka tire son épingle du jeu en proposant un service de gestion des urgences et, dernièrement, de la sécurité mobile. Rencontre avec Bertrand de Rambures, nouveau dirigeant de l’entreprise.

©S.Se7Jours

 

« L’agent de sécurité est un peu une sentinelle, un veilleur. » Bertrand de Rambures, repreneur d’Arka Sentinelle Prévention en 2022 et ancien officier de réserve pendant quinze ans, donne le ton. Créé en 2003, par Dominique Goldschmidt, le groupe Sentinelle, d’abord spécialisé dans l’évènementiel, rachète Arka en 2014 et devient Arka Sentinelle Prévention.

Aujourd’hui, Arka Sentinelle Prévention n’intervient pas seulement dans l’évènementiel, « même si c’est toujours une grosse partie de notre service ». 46 employés interviennent 24h/24 dans toute la Bretagne – et depuis peu dans les Pays de la Loire – auxquels s’ajoutent 80 à 130 CDD par mois, selon les besoins.

L’entreprise compte une vingtaine de clients principaux, comme la Ville de Rennes et Citedia, mais aussi près de 25 clients évènementiels, pour un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros, dont 30 % en événementiel, 15 % pour la sécurité des magasins et 30 % de « demandes ponctuelles et urgences. Nous avons aussi une multitude de petits clients chaque mois : club de foot, lycée, associations… »

Nouvelle agence à Nantes

Dans un domaine où la concurrence est rude, « ce qui nous différencie, c’est notre réactivité. Ces dernières années, c’est devenu une de nos forces, notamment pour la gestion des urgences. À présent, le défi n’est pas de trouver des contrats, mais d’en trouver des rentables, car les clients ont tendance à considérer la sécurité comme secondaire ».

L’entreprise intervient dans plusieurs domaines :

– La sécurité événementielle, avec près de 25 clients. « Nos principaux terrains d’interventions sont les festivals, dont six gros (Roi Arthur, Mythos, Pont du Rock, Bout du monde, Transmusicales et Artsonic), mais aussi les salles de spectacle (MeM, 4Bis…) et les salons. »

– La sécurité des magasins, « qui ne représente que 15 % de notre chiffre d’affaires. Ce domaine n’est pas forcément apprécié par nos agents car c’est un peu une caricature du métier, le « vigile »». L’entreprise travaille avec une quinzaine de magasins d’Ille-et-Vilaine, dont quatre « avec qui nous sommes en contrat : Galerie Lafayette de Rennes, Intersport de Pacé, les Super U de Maurepas et Melesse ».

– La sécurité incendie, « qui est une compétence transversale : les agents en sécurité incendie interviennent aussi dans tous les autres domaines, du moment qu’ils ont l’agrément SSIAP ».

– Les missions ponctuelles de sécurité : agent de sécurité cynophile ou gardiennage.

Dernier domaine, lancé il y a seulement quelques mois par le nouveau dirigeant :  « la sécurité mobile, les rondes pour les entreprises, car nous avions des demandes de beaucoup de clients. Nous avons lancé cela en même temps que notre nouvelle agence de Nantes. D’ailleurs, nous commençons à démarcher de nouveaux clients pour nos autres activités et envisageons, à l’avenir une camionnette qui pourrait servir de PC mobile ».

Une carte professionnelle pour exercer

Arka Sentinelle Prévention met en avant l’embauche de personnes « habilitées » pour travailler dans la sécurité. « Le métier d’agent de sécurité est particulier. Avant 2010, tout un chacun pouvait se prétendre agent de sécurité. Depuis, il faut un agrément du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), qui dépend du ministère de l’Intérieur et donne le droit à une carte professionnelle. Cela a permis de border un peu les choses, mais il existe toujours, malheureusement, des entreprises qui embauchent des agents sans carte professionnelle. »