Couverture du journal du 23/07/2021 Consulter le journal

Sanitaires et pause-déjeuner au chaud requis pour les ouvriers

C'est une véritable coalition qui se lève depuis quelques jours. Le réseau de la fédération du Bâtiment en Bretagne (FFB) soutenu par le syndicat des restaurateurs UMIH Bretagne a été rejoint par les élus régionaux et les maires de Bretagne, pour porter ce message commun : offrir des lieux d'accueil aux ouvriers travaillant sur les chantiers, pour se restaurer au chaud et avoir accès à des sanitaires.

ouvriers

© Photo de SevenStorm JUHASZIMRUS provenant de Pexels

Les ouvriers du BTP sont en première ligne, ils sont sur les chantiers, se donnent du mal, et par tous les temps » indique Stéphane Le Teuff le président de la FFB de Bretagne.

Stéphane Le Teuff président de la FFB de Bretagne © D.R.

« Il est urgent d’ouvrir des restaurants ouvriers, et je demande aux maires d’ouvrir des salles communales, pour aider nos compagnons à se restaurer convenablement, à l’abri et un peu au chaud, et avoir accès à des sanitaires ! Les salles de restaurants sont restées fermées, cela doit durer jusqu’au 20 janvier.

La formule Click&Collect de restauration n’inclut pas d’accès aux toilettes par exemple. Et puis une pause déjeuner au froid dans sa voiture, on ne va pas le demander encore des semaines à nos compagnons ! C’est très pragmatique, mais c’est une question de dignité. »

Des maires en Bretagne ont pris l’initiative d’ouvrir des salles communales, pour proposer un lieu pour déjeuner, incluant par- fois même des douches, pas vraiment un luxe pour les compagnons du bâtiment et les artisans, appelés à travailler chez les particuliers ou les chantiers.

Un appel à la diligence est lancé au préfet de région et aux maires de toute la région : que les restaurateurs, susceptibles de pou- voir accueillir des salariés en respectant un protocole sanitaire strict, puissent pouvoir le faire comme le font déjà les restaurants routiers.

Il est urgent d’ouvrir des restaurants ouvriers et des salles communale

Dans un communiqué commun, la région et les maires de Bretagne* appuient cette requête

*Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne, Pierre Breteau, président de l’AMF d’Ille-et-Vilaine, Yves Bleunven, président de l’AMF du Morbihan, Dominique Cap, président de l’AMF du Finistère, et Loïc Raoult, président de l’AMF des Côtes-d’Armor, demandent au Premier ministre la réouverture des restaurants ouvriers.

« Lors du premier confinement, nous avons su tous ensemble nous mobiliser pour soutenir celles et ceux qui sont restés au travail afin d’assurer nos approvisionnements et de maintenir le minimum de vie économique et sociale nécessaire. Beaucoup sont aujourd’hui toujours en première ligne et méritent notre soutien et notre solidarité. Face à cette situation, nous demandons au Premier ministre la réouverture des restaurants ouvriers, au cas par cas, en lien avec les maires.Nous proposons de travailler avec la Fédération Régionale du Bâtiment et la CAPEB, l’État en région, les restaurateurs, l’Association des Maires de France en Bretagne, pour identifier, sur le territoire breton, les restaurants à ouvrir en priorité et en toute sécurité. »

La CMA 35 appuie la demande pour les artisans !

Depuis le reconfinement, les ouvriers du BTP ne sont pas autorisés à venir se restaurer dans les relais routiers. Livrés à eux- mêmes, ils n’ont pas d’autres choix que de pique-niquer sur le lieu de leur travail avec une météo parfois capricieuse en cette saison, des conditions rudimentaires. Un appel à la préfecture de la Région Bretagne et aux maires est lancé pour qu’ils puissent se restaurer dans les restaurants sur présentation de la carte CI-BTP et/ou artisan et l’ouverture des salles communales, dans le respect des conditions sanitaires.

La FRTP – travaux publics – aussi sur le front !

FRTP et CNATP avec les syndicats salariés des travaux publics portent unanimement ce même message à l’attention des pouvoirs publics, face aux difficultés des 8 000 salariés de la filière en Bretagne, travaillant sur les chantiers. Froid, pluie, humidité, la situation devient inacceptable et indigne pour les salariés travaillant en extérieur.