Couverture du journal du 13/05/2022 Consulter le journal

Solidarité – Ukraine : 1 500 citoyens bretilliens ont proposé d’accueillir des personnes déplacées

Depuis fin février et le début du conflit en Ukraine, les services de l’État en Ille-et-Vilaine sont pleinement mobilisés avec les mairies, pour organiser le parcours d’accueil des personnes déplacées. La Bretagne est prête à accueillir 8000 Ukrainiens, dont 2000 en Ille-et-Vilaine.

Table ronde, solidarité Ukraine

Préfet, sous-préfet, familles ukrainiennes, élus locaux, représentants d’associations d’aides se sont rencontrés à Combourg. ©7J-LM

« Nous avons mobilisé 6 de nos 58 chambres à l’hôtel, pour accueillir des familles ukrainiennes, arrivées il y a une semaine » indique Claire Le Roux, qui tient avec son mari l’Hôtel du Lac à Combourg. Et pourtant l’hôtel est plein en ce début de saison « on fait notre part, c’est important. »

1 500 logements proposés

« Nous avons reçu ces propositions d’hébergement sur l’arrondissement de Saint-Malo grâce au relais de l’UMIH, le syndicat hôtelier », précise Philippe Brugnot, sous-préfet de Saint-Malo. « À Dinard un centre de vacances a proposé quelques logements individuels. Une congrégation religieuse de Saint-Malo a mis à disposition un établissement pouvant accueillir 100 personnes. Dol de Bretagne, Roz sur Couesnon… plusieurs communes ont aussi mobilisé leurs logements communaux » énumère le sous-préfet.

Voilà ce qui a été mis en place depuis 2 mois, ce n’est pas parfait, mais le travail est en cours. Nous agrégeons les solutions

« Au total en Ille-et-Vilaine, nous avons eu 1 500 propositions d’accueil de citoyens », indique Emmanuel Berthier, préfet de la région Bretagne et préfet d’Ille-et-Vilaine « Les maires, leurs adjoints, les CCAS, examinent ces propositions. À ce jour, 250 ont été validées pour accueillir des familles ».

Mobilisation générale

« Vous êtes à peu près 1 000 Ukrainiens déplacés, en Ille-et-Vilaine aujourd’hui », souligne le préfet, lors d’un échange avec trois femmes ukrainiennes présentes depuis une semaine à Combourg avec leur famille. «Je dis à peu près, car vous n’êtes pas obligé de vous déclarer en préfecture : seuls 550 adultes se sont déclarés accompagnés de 300 enfants. »

Table ronde, solidarité Ukraine

Trois femmes ukrainiennes ont témoigné, entourées ici de 2 traductrices ©7J-LM

Les trois femmes témoignent de leur parcours de fuite, via la Pologne, Berlin, Paris, avant d’atterrir en Bretagne, au gré du hasard. « Le président a permis l’accueil de 100 000 Ukrainiens sur le sol français, plus si nécessaire, mais nous souhaiterions que ce ne soit pas nécessaire. Soit une capacité de 8 000 en Bretagne, 2 000 par département. Le dispositif Première Urgence de la région Île-de-France travaille avec une répartition vers 4 régions, dont la Bretagne, voilà pourquoi vous êtes arrivés ici. »

La préfecture travaille en lien avec l’ensemble des partenaires du territoire, notamment l’association Coallia, qui examine les situations administratives des migrants et trouve des solutions d’hébergement temporaire. « C’est une mobilisation générale, des maires, des citoyens, de l’État, des associations. »

Éducation, santé

Le statut de déplacé permet une protection temporaire de 6 mois, un dispositif exceptionnel autorisé par l’Union européenne en mars dernier. Il permet d’avoir l’allocation de demandeur d’asile, d’exercer une activité professionnelle, de scolariser les enfants. « 500 élèves ukrainiens ont été accueillis dans des écoles bretonnes. C’est 150 en Ille-et-Vilaine, près de 40 en maternelle, ou encore 9 étudiants qui vont pouvoir poursuivre leur parcours supérieur, » précise Emmanuel Berthier.

Table-ronde à Combourg, sur l’accueil et l’accompagnement des personnes déplacées d’Ukraine en Bretagne Romantique De g. à d. Joël Le Besco, maire de Combourg, Emmanuel Berthier, préfet de la région Bretagne et d’Ille-et-Vilaine, Philippe Brugnot sous-préfet de Saint-Malo

Table-ronde à Combourg, sur l’accueil et l’accompagnement des personnes déplacées d’Ukraine en Bretagne Romantique De g. à d. Joël Le Besco, maire de Combourg, Emmanuel Berthier, préfet de la région Bretagne et d’Ille-et-Vilaine, Philippe Brugnot sous-préfet de Saint-Malo ©7J-LM

« Pour ce qui est de l’emploi, sur l’arrondissement de Saint-Malo, des personnes ont pu être embauchées dans la restauration et l’hôtellerie par exemple. Et nous examinons actuellement des équivalences ou accords possibles concernant des professionnels du secteur médical, en lien avec le centre hospitalier de Saint-Malo » reprend Philippe Brugnot.