Couverture du journal du 14/05/2021 Consulter le journal

Traiteur Chauffe-Maurice, « La crise a fait évoluer notre concept »

Alors que le secteur de la restauration est au point mort, un couple originaire du Pays basque affole les papilles de ses clients avec des planches apéro et des tapas à emporter. La crise sanitaire a contraint ces jeunes traiteurs établis depuis 1 an à Rennes à revisiter leur concept… pour le meilleur. Histoire d’un succès.

traiteur chauffe-maurice

Julien Abrivard et Marine Barat proposent tapas et planches apéro © 7J - KB

« Avant, lorsqu’on était invité chez des amis on amenait le dessert, aujourd’hui on vient avec la planche apéro ! » explique Julien Abrivard, co-fondateur de chez Chauffe-Maurice. Un concept gourmand et convivial qui séduit de plus en plus la clientèle rennaise. Si depuis plusieurs mois tapas et planches apéro garnissent la carte du traiteur, le concept initial était quelque peu différent, mais la crise sanitaire est passée par là.

Tout commence en 2019 pour Julien Abrivard et Marine Barat. Lorsqu’il s’installe en Bretagne, le duo veut développer plusieurs idées. La partie traiteur avec tapas élaborés et planches mais aussi un concept innovant de distributeurs automatiques de plats sains et frais installés dans les entreprises. Le lancement est prometteur avec notamment le marché des salles de sport « il est quand même dommage de dévorer un sandwich après avoir sué pendant une heure ! », plaisante Marine Barat.

Avant, lorsqu’on était invité chez des amis on amenait le dessert, aujourd’hui on vient avec la planche apéro !

traiteur chauffe-maurice

Le futur bar à Tapas Chauffe-Mauris à l’angle des rues Joseph-Sauveur et Duhamel à Rennes © 7J – KB

 

Et puis c’est le confinement. Avec un bilan de moins d’un an, le couple n‘a droit à aucune aide et leurs distributeurs automatiques n’ont plus de clients. Ils décident alors de pivoter pour se recentrer sur l’activité de planches apéro et tapas. « On s’est dit qu’on allait pousser cette gamme, on a rajouté des planches, une dizaine au total, avec la Bretonne , la Basque, la viandarde, la fromagère… » explique Julien Abrivard « Pendant le confinement on pouvait avoir une cinquantaine de planches par livraison ». Une carte dans l’air du temps avec des clients confinés qui apprécient la formule. Les ventes se multiplient tout au long de l’année et le succès est au rendez-vous. Les clients affluent et participent à la notoriété des traiteurs en publiant de nombreuses photos de leurs plats sur instagram.

Nous avons survécu à deux confinements

Pour les fêtes de fin d’année, Julien et Marine avaient tout prévu. Des box individuels de 10 tapas pour une hygiène irréprochable étaient proposés aux entreprises qui organisaient un buffet de pour leurs équipes. Et le soir du 31, la formule fait mouche auprès des particuliers. Faute de bras, les traiteurs ne peuvent d’ailleurs pas accepter toutes les demandes. Des commandes passées globalement pour des groupes réveillonnant en petit comité entre 4 et 8 personnes « j’ai été agréablement surprise par le respect des règles sanitaires préconisées », souligne Marine Barat.

Une nouvelle ouverture en mars

Originaires du Pays basque, Julien Abrivard et Marine Barat se réjouissent de leur implantation en Bretagne et de la présence d’un réseau de professionnels qui les a « aidés et soutenus ». Si le succès du concept est au rendez-vous, les deux entrepreneurs ne se versent pas encore de salaire et réinvestissent tout pour consolider leur affaire « Nous avons survécu à deux confinements. On tient bon et nous souhaitons continuer aujourd’hui à nous développer ». Ils viennent d’acquérir le local jouxtant leur actuelle boutique pour ouvrir un bar à tapas d’une cinquantaine de m2 bénéficiant d’une double terrasse sur les rues Joseph-Sauveur et Duhamel. « Nous allons tout casser et repartir d’une page blanche pour faire un bar à tapas au top avec ambiance cosy. Notre laboratoire de cuisine sur mesure sera séparé de la salle d’une capacité de trente couverts par une belle verrière. Nous avons hâte ! » se réjouit le couple. Trois embauches sont envisagées, ouverture prévue mi-mars.