Couverture du journal du 18/09/2020 Consulter le journal

104 milliards d’euros de prêts accordés aux entreprises en Bretagne en 2019 (+ 4,7 % en 1 an) selon les chiffres du comité des banques de Bretagne

Le Comité régional Bretagne de la Fédération Bancaire Française tenait son assemblée générale début mars à Rennes, dans un contexte économique tendu : gilets jaunes, grèves, Brexit, interrogations sur le budget de l’UE, coronavirus, chute brutale des valeurs financières.

Résultats encourageants pour les entreprises

En 2019, la diminution du chômage a permis aux TPE/PME de tenir bon avec, entre autres, une augmentation des crédits bancaires de 4,7 % en équipement et 6,7 % en immobilier. En France, le crédit au PME se chiffre à 1 061 milliards d’euros. De nouveaux crédits de l’ordre de 300 milliards d’euros ont aussi été accordés aux TPE. Cette croissance française des crédits est l’une des plus élevées en Europe (4,8 % vs zone euro 2,6 %). Ainsi, plus d’un million de PME ont été financées par le crédit avec des taux très favorables (1,69 % vs 1,88 % en zone euro).

En Bretagne, en décembre 2019, les crédits à l’économie s’élèvent à 104 milliards d’euros (dont 39 milliards d’euros pour l’Ille-et-Vilaine) : 38 milliards d’euros de crédits financent l’équipement et la trésorerie, et 63,8 milliards d’euros l’immobilier.

En 2018, il n’y a eu que 2 000 saisines auprès du médiateur du crédit soit 88 % de moins qu’en 2 008.

Hausse notable des prêts pour les particuliers

Les encours de crédits sont de 1 302 milliards d’euros avec 29,8 milliards d’euros de crédits nouveaux, dont 23,7 milliards d’euros pour l’habitat et 6,1 pour la consommation. Quand on connait l’intérêt des Bretons pour l’accession à la propriété, les prêts à l’habitat sont, tout particulièrement, importants sur notre territoire. Si la vigilance s’impose lors de l’octroi des prêts aux particuliers, ceux-ci représentent, néanmoins, 50 % de la somme totale des crédits bancaires. Dans cette période de taux bas, les engagements restent raisonnables et n’empêchent aucunement la concurrence des banques entre elles pour fidéliser ou conquérir la clientèle.

L’inclusion bancaire

À la lecture de ces chiffres, on pourrait conclure que les feux sont au vert pour l’entreprise et les particuliers. Ce serait faire fi des clients en difficulté financière, pour lesquels une offre spécifique permet un plafonnement de frais.

Fin 2019, 490 000 offres ont été souscrites permettant un montant maximal des plafonds souhaités par le gouvernement soit 20 € de frais mensuels. Cependant, 3,4 millions de personnes présentant une « fragilité » ont été détectées par les banques ce qui présage un travail d’information à réaliser dans les années à venir. Différentes approches ont été évoquées par les 15 banquiers bretons au cours de cette AG : contacts directs avec les clients, réunions en partenariat avec des associations, dont la Maison de la Consommation et de l’Environnement… tout en intensifiant l’éducation financière afin de prévenir les difficultés.

Apprendre à maîtriser un budget

Pour 2020, les priorités d’action du comité sont de continuer à financer l’économie, de favoriser l’inclusion bancaire et de mettre en place de la pédagogie pour apprendre à maîtriser un budget. Ces actions d’éducation s’adressent tant aux créateurs qu’à certains dirigeants, mais aussi aux familles. Un programme est mis à la disposition des entreprises sur le site : www.aveclespme.fr. Autre opération particulièrement originale, la mise en place d’interventions auprès d’élèves de CM1 et CM2, à la demande des professeurs des écoles. Une démarche pédagogique via un jeu de plateau conçu et mis à la disposition des élèves, sous l’autorité de l’enseignant et avec un conseiller bancaire. En cinq ans, 800 élèves ont souscrit à l’opération « J’invite un banquier dans ma classe ». Pour en savoir plus : www.lesclesdelabanque.com