Couverture du journal du 02/12/2022 Consulter le journal

Aéroport de Lorient : (re)décollage immédiat

Après le départ d’Air France en 2019, l’aéroport de Lorient-Bretagne sud construit un nouveau projet sous la houlette de son directeur, deux investisseurs privés, Lorient Agglomération et la CCI du Morbihan. Un nouveau départ espéré tant pour l’infrastructure que l’aviation d’affaires.

Aéroport de Lorient

Vue sur le tarmac de l'©aéroport de Lorient ©Aéroport de Lorient

L’aéroport civil de Lorient-Bretagne Sud hébergé par sa grande sœur militaire, la Base aéronavale de Lann-Bihoué, est en phase de transformation profonde. Fini les lignes commerciales régulières vers Paris ou Lyon, les perfusions financières, les subventions, les pertes d’exploitation… Un nouveau modèle économique s’impose. « Souplesse et agilité sont certainement les deux atouts principaux de notre nouveau projet, résume Mickaël Toma, directeur de l’aéroport pour la société Edeis. Cela nous permettra de gérer l’équipement différemment, d’organiser et de répondre de manière satisfaisante à la très forte demande des entrepreneurs pour les vols d’affaires. Elle a également d’autres vertus. Cette nouvelle approche nous permettra notamment de répondre aux besoins grandissant des hôpitaux qui utilisent les vols sanitaires pour des dons d’organes ou des évacuations. Nous attachons beaucoup d’importance au volet de cette mission et c’est là que la notion de Délégation de service public prend tout son sens. »

Turbulences historiques

Et, question sens, l’histoire de cet équipement est plus que mouvementée. L’aéroport est maintenu en activité depuis de nombreuses années, contre vents et marées. Ballotté entre des collectivités qui désirent conserver un aéroport de proximité, des compagnies aériennes qui posent leurs roues sur le tarmac pour redécoller quelques mois plus tard et des investisseurs privés qui s’intéressent de loin au dossier. Aujourd’hui, il semblerait que tous les acteurs impliqués aient tiré un trait définitif sur le rêve d’aéroport civil régional en explorant d’autres pistes de développement.

« Nous souhaitons un vrai développement raisonné de la structure »

Mickaël Toma, directeur de l’aéroport de Lorient-Bretagne sud ©DB-7J

« En remportant l’appel d’offres en 2021, Edeis s’est associé à la CCI du Morbihan et Cipago pour dépasser la crise sanitaire, le désengagement des opérateurs aériens et l’énorme chute de trafic, explique Mickaël Toma. Nous souhaitons un vrai développement raisonné de la structure même si nous espérons dépasser les 120 000 passagers par an. » Deux soutiens de poids pourraient permettre de faire la différence dans ce nouveau projet. Maxime Ray (entrepreneur et ancien président du Vannes OC) et Philippe Canaba (Président de l’entreprise SPARFELL France) ont effectivement acheté deux avions ERJ 135 qui élisent domicile à l’aéroport de Lann Bihoué. Des engins de 37 places achetés 8 M€ par le Lorientais Maxime Ray et sa société Lorizon, créée en juillet 2022.

Objectif : Transport d’affaires

Avec des trajets vers Inverness (liaison historique vers la base arrière des pêcheurs d’Intermarché), Paris, Lyon et Toulon… les investisseurs veulent clairement privilégier le transport d’affaires même si les « civils » intéressés par ces destinations pourront acheter des places en vente libre à des prix compétitifs. « Le transport d’affaires connaît vraiment une très forte demande et c’est un service que nous entendons rendre dans d’excellentes conditions, précise Mickaël Toma. C’est la raison pour laquelle nous recréons des espaces adaptés à cette nouvelle offre. » Salons privés, salles de réunion, espaces de travail, restauration, parcours passagers, parking… Au total, plus de 500 000 € sont investis dans la rénovation de l’aéroport vieillissant.

Rendre le territoire accessible

Au-delà de ces investissements, l’équipement bénéficiera bientôt d’une accessibilité permanente 24h/24 en devenant prestataire AFIS (Aérodrome Flight Information Service). En obtenant cette certification, l’aéroport pourra répondre aux groupes qui souhaitent atterrir en dehors des heures habituellement ouvrables. Un atout indéniable pour les hommes d’affaires… et l’ensemble de la Bretagne Sud. « Les hommes d’affaires investissent sur un territoire parce qu’il est accessible, rappelle Mickaël Toma. »

Animer ce lieu atypique

Le nouveau directeur entend également redonner une nouvelle image et une plus forte notoriété à l’équipement. Et cela commencera par une communication à destination des cibles principales. En début d’année 2023, un événement conséquent organisé sur place rassemblera agences de voyages, personnalités et réseaux d’entreprise. Des rencontres informelles qui devraient créer des synergies essentielles à la pérennité de Lann-Bihoué. À terme, les habitants du territoire pourront également profiter de ce lieu exceptionnel pour des événements festifs privés. À suivre…