Couverture du journal du 23/10/2020 Consulter le journal

Comme un établi, le coworking pour artisans

Un lieu de 1540 mètres carrés dédié à l’artisanat vient d’ouvrir à Rennes. Même si les travaux ne sont pas terminés, les premiers artisans ont investi cet espace partagé unique. Le concept pensé pour les artisans est également ouvert sur certaines plages horaires aux particuliers bricoleurs.

Benjamin Danjou et Edvin Bernardin , les fondateurs de Comme un Établi.

C’est en lieu et place de l’ancien garage Peugeot au 5 rue baron Rault à Rennes que Comme un Établi s’est installé. Le bâtiment loué à la mairie de Rennes offre 1200 mètres carrés au sol et un étage de 340 mètres carrés sera très prochainement construit.

Passé l’entrée, on arrive sur un espace central commun appelé « la volière » conçu pour accueillir les activités artisanales utilisant du petit outillage manuel ou portatif comme les perceuses, scies sauteuses, scies circulaires. On y pratique la couture, la maroquinerie, la rénovation de meuble par exemple. « Pourquoi la volière ? Nous utilisons un champ lexical particulier autour de notre oiseau emblème, le tisserin » explique le cofondateur du lieu Edvin Bernardin « Cet oiseau vit en communauté dans un grand nid partagé où chacun est chargé de fonctions particulières comme la collecte du bois, des brindilles, le tissage du nid. » Ce grand espace principal est bordé de « nichoirs » petits box destinés aux artisans « nicheurs », professionnels ayant choisi de s’installer à l’année chez Comme un Établi. Les artisans utilisant les espaces mutualisés au mois sont surnommés « les migrateurs ».

Le lieu offre également une salle de réunion, un espace convivial avec cuisine et billard, des espaces de formation, un studio photo pour assurer la promotion des créations… Une deuxième grande salle jouxte ce premier lieu. Baptisé « le nid », l’espace doté de grosses machines professionnelles potentiellement dangereuses, est réservé aux artisans, principalement pour le travail des métaux et du bois.

La Volière et certains équipements seront accessibles aux particuliers et aux associations sur des plages horaires particulières, à partir de janvier 2021. Ainsi le samedi et les mardis et jeudis soir, le lieu sera ouvert au public et certains artisans proposeront des cours.

La salle centrale, appelée « la volière ». Les travaux seront terminés en novembre.

La salle centrale, appelée « la volière ». Les travaux seront terminés en novembre.

L’idée de Comme un Établi est née dans l’esprit de deux copains d’enfance d’origine malouine, Benjamin Danjou et Edvin Bernardin. L’un est ingénieur construction bois, l’autre est ingénieur géologue. Au départ, les deux amis imaginent créer une association pour ouvrir un lieu partagé d’une centaine de mètres carrés avec quelques machines dédiées au travail du bois. Rapidement, ils identifient de nombreux besoins chez l’ensemble des artisans indépendants et redimensionnent le projet, aidé en cela par l’incubateur de l’ESS TAg35.

Le lieu est finalement co-construit avec une quinzaine d’artisans qui adhèrent au projet et apportent leur éclairage dans l’élaboration des plans, le choix des machines et différents besoins « Nous avons écouté un panel d’artisans indépendants et identifié de nombreuses problématiques : le prix du foncier à Rennes pour l’acquisition d’un local, le coût de l’outillage, l’isolement. Pour les particuliers de la métropole rennaise, c’est pareil, ils habitent pour une majorité d’entre eux en appartement et manque d’espace pour bricoler, et souvent n’ont pas l’outillage nécessaire. Et puis c’est plus amusant de bricoler à plusieurs ! » souligne Edvin Bernardin.

Comme un Établi a également vocation à devenir un vrai couteau suisse pour le bassin rennais où les associations pourront trouver les ressources nécessaires « le but c’est aussi de créer des partenariats avec les Lab Fab, les beaux-arts… » précise Edvin Bernardin.

=> Il aura fallu deux ans et demi de préparation pour aboutir à l’ouverture du lieu. Le vendredi 2 octobre Comme un Établi a été transformée en Coopérative SCIC. Elle compte à ce jour 75 sociétaires, artisans, particuliers et deux salariés, les fondateurs. La part minimale pour devenir sociétaire est de 90 euros, la coopérative appartient à tout le monde. Devenir sociétaire permet d’agir sur la gouvernance. À noter qu’il n’est pas nécessaire de devenir sociétaire pour venir utiliser les machines.

Les premiers artisans ont débarqué à l’atelier. Ça tapisse, ça forge, ça coupe, ça retape : c’est l’effervescence ! Les premiers occupants sont : La Lumineuse Fabrique, Aline Dudziak Bijoux, Atelier KoPal, Steel’lins, Le Rabot Chantant, OUKA, La Fabrique de Margaux, Creation Stephane Pennec – Ebeniste.

Margaux Le Bellego tapissière d’ameublement « partager nos savoir-faire »

Margaux Le Bellego est tapissière d’ameublement. Elle dispose d’un box de 15 mètres carrés.

Margaux Le Bellego est tapissière d’ameublement. Elle dispose d’un box de 15 mètres carrés.

« Je fais de la restauration de siège pour les particuliers et parfois pour les institutions. Je donne également des cours. J’ai crée mon activité il ya un an et demi au sein de la coopérative Elan Créateur sous le nom « La Fabrique de Margaux ». Rejoindre Comme un Établi m’a paru comme une évidence : je peux réduire mes charges, participer à un collectif, partager les savoir-faire et être dans l’entraide avec mes confrères. Je peux aussi bénéficier de machines que je ne pourrais pas me payer toute seule. Et puis étant déjà au sein d’une coopérative le modèle également coopératif de Comme un Établi me plaisait beaucoup. »

Instagram : lafabriquedemargaux

Emeline Delvoye métallière « Ne pas être seule c’est un vrai avantage »

Emeline Delvoye est métallière. Elle a fondé l'atelier de construction métallique Ouka en 2016.

Emeline Delvoye est métallière. Elle a fondé l’atelier de construction métallique Ouka en 2016.

« Avant, quand je devais plier ou couper des tôles, je le faisais faire par une entreprise, parce que cela demande d’avoir des machines que l’on ne peut pas s’offrir quand on est seule. Avec comme Comme un Établi, nous bénéficions de machines professionnelles mutualisées. C’est également une vraie chance d’évoluer dans un endroit où autant de compétences sont réunies. Échanger, faire des pauses ensemble, ne pas être seule, c’est un vrai avantage. En plus de l’accès aux machines, je bénéficie d’un box où je peux dessiner mes plans, exécuter les petites finitions sur mes projets et faire ma comptabilité. »

Site web : atelier-ouka.com

Stéphane Pennec, ébéniste créateur de mobilier sur mesure « Imaginer des projets à plusieurs grâce à la complémentarité de nos compétences »

Stéphane Pennec est ébéniste créateur de mobilier sur mesure "Influencé par les courbes tendues de l’Art Nouveau belge et français, comme par la légèreté et le minimalisme du style scandinave ».

Stéphane Pennec est ébéniste créateur de mobilier sur mesure « Influencé par les courbes tendues de l’Art Nouveau belge et français, comme par la légèreté et le minimalisme du style scandinave ».

« Je viens de Lille où je partageais déjà un atelier avec d’autres artisans. Mais le lieu était plus petit, nous étions 5 ébénistes à mutualiser les moyens. Ici c’est différent, de nombreuses activités sont représentées, ce qui crée une grande richesse. Je suis arrivé il y a trois semaines. Je loue un box ainsi que l’utilisation des machines. Cela me permet de développer l’activité sans avoir à m’engager financièrement sur l’achat de matériel couteux. Un autre avantage encore plus important à mes yeux est la puissance du collectif, la possibilité de mutualiser des connaissances, d’imaginer des projets à plusieurs grâce à la complémentarité de nos compétences. »

Site web : creationpennec.com