Couverture du journal du 23/10/2020 Consulter le journal

le street artist Ozana s’invite chez Odorico

Le temps d’un week-end, le street artist rennais Ozana a accroché ses toiles aux murs de la maison Odorico. Les thèmes de l’enfance, l’enfermement, la liberté, la covid ou encore la violence sont présents dans cette jeune oeuvre inspirée de célèbres pochoiristes comme Banksy, Blek le Rat ou encore Jef Aerosol.

Façades d’immeubles, devantures de boutiques, ou encore l’emblématique piscine Saint-Georges portent sa patte. C’est au 7 rue Joseph Sauveur que vécut le mosaïste Isidore Odorico, figure rennaise incontournable. Patrimoine privé exceptionnel, chargé d’art et d’histoire, la maison Odorico a ouvert ses portes quelques jours pour accueillir Ozana, jeune artiste prometteur.

Ozana devant son portrait d’Odorico.

Ozana, Seb de son prénom est un discret. D’ailleurs, il ne veut pas apparaitre sur les photos. Autodidacte, il a commencé à peindre pour son plaisir en 2015, utilisant tous les supports de récup qu’il pouvait trouver. Il peint l’actualité, décrit l’injustice avec sa sensibilité. Le Bataclan, Charlie Hebdo, le mouvement Nuit debout, nourrissent son envie d’exprimer ses émotions. Parisien, il arrive à Rennes il y a deux ans avec sa compagne et prends un poste dans la restauration. Touché par le chômage lors du confinement, il peint davantage. Ses cartons de déménagement qu’il avait conservés deviennent les supports de ses créations. Le moment est inspirant, inquiétant, pousse la réflexion et l’imagination. Ozana veut partager son travail.

Il décide alors de déposer ses peintures dans la rue, dans son rayon autorisé d’un kilomètre. Les oeuvres trouvent vite preneurs, et disparaissent chez des propriétaires heureux d’acquérir une création ainsi trouvée, dans la rue, à l’heure où la liberté s’efface au profit de la sécurité.

Et de ce confinement, de ces oeuvres déposées dans la rue, nait des rencontres… et des opportunités. C’est ainsi qu’Ozana se voit proposer un lieu exceptionnel pour sa toute première exposition. Et Odorico l’inspire, il ajoute à son oeuvre une série de toiles où la mosaïque est très présente jusqu’à ce portrait d’Odorico lui-même.

Un artiste à suivre assurément. Instagram : ozana_streetart