Couverture du journal du 23/10/2020 Consulter le journal

Discothèques : « on nous abandonne ! »

Ils étaient une centaine ce mercredi 23 septembre 2020, sur le parvis de la mairie de Rennes. Des dirigeants de discothèques tout de noir vêtus, venus hurler en silence leur désespoir, leur sentiment d’abandon. Debout sur des flycases, tenant à la main des messages comme « la nuit doit revoir le jour », ils attendent qu’on leur apporte enfin des solutions pour survivre.

Cyril Copin, gérant de La suite à Rennes

Les gérants de discothèques sont désabusés. Seuls commerces fermés depuis le 16 mars 2020, ils traversent un désert sans fin, où les aides annoncées ressemblent à des mirages. « On nous promet des aides depuis le 24 juillet portant sur les mois de juin, juillet et août. Mais pour l’instant on est toujours dans l’attente » s’indigne Cyril Copin patron de La Suite à Rennes et représentant du collectif venu manifester. « Nous avons laissé nos syndicats nationaux gérer la crise des discothèques jusqu’au mois de juillet. Nous avons ensuite tenté de gérer la crise au niveau départemental. Nous n’avons strictement rien obtenu. Nous avons finalement monté un collectif 35 qui est devenu un regroupement breton des discothèques et qui comporte 150 établissements. » Prenant en main leur destin, les patrons portent trois revendications: la réouverture de leurs établissements avec un protocole sanitaire strict, l’obtention des aides prévues et prolongées pour les mois à venir et des mesures spécifiques pour les gérants sans salaire depuis un semestre « Nous avons des familles à nourrir, des charges fixes, comment peut-on vivre sans salaire pendant 6 mois ? » interroge Cyril Copin. « Nous sommes fermés et nous n’avons aucun secours, aucune aide. On attend toujours de la visibilité sur l’avenir. C’est le brouillard total, sans aucun soutien » déplore Christophe Renault, gérant de l’Escalier à Saint-Malo.

La France compte 1 600 discothèques sur son territoire. À ce jour 5 % des établissements ont déposé le bilan et 21 % sont en redressement judiciaire.