Couverture du journal du 13/05/2022 Consulter le journal

Hôtellerie-Restauration : « Notre liberté de travailler se réduit de plus en plus »

Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre et le ministre de la Santé et des Solidarités ont annoncé de nouvelles mesures de restrictions dans le but de limiter la propagation du variant Omicron, à compter du 3 janvier 2022 et pour une durée de 3 semaines. Pour les syndicats hôteliers, GNI, l’UMIH, le GNC et SNRTC, toutes ces nouvelles mesures « réduisent l’activité des professionnels à peau de chagrin ».

Hôtellerie, restauration

©Shutterstock

Dans un communiqué de presse daté du 27 décembre dernier, les organisations professionnelles de l’hôtellerie-restauration s’inquiètent de ces nouvelles mesures qui « restreignent toujours plus les conditions pour travailler et vivre de son travail. »

« Pour les cafés et les bars, c’est même une interdiction pure et simple de travailler en annonçant l’interdiction de la consommation debout », peut-on lire dans le communiqué. « Les traiteurs-organisateurs de réceptions sont eux aussi frappés par cette interdiction et celle liée aux rassemblements. Selon eux, c’est déjà 90 % de l’activité économique des semaines à venir qui est perdue. »

Les organisations soutiennent les professionnels de la nuit qui s’estiment à nouveau trahis avec la prolongation de leur fermeture pour 3 semaines supplémentaires. « Ils sont, à ce jour, les seuls établissements recevant du public à vérifier, en plus du pass sanitaire, l’identité des clients pour qu’elle soit bien conforme au pass présenté. »

Enfin, à toutes ces mesures sanitaires devrait venir s’ajouter, à partir du 15 janvier 2022, le pass vaccinal. Si les professionnels le comprennent comme une possibilité de continuer à travailler et à rester ouverts, les organisations soulignent que « cela constitue néanmoins une énième restriction en réduisant leur potentielle clientèle. »

On réduit notre clientèle potentielle

Les organisations professionnelles (GNC, GNI, UMIH et SNRTC) tiennent à rappeler l’engagement du Gouvernement à prendre toutes les mesures d’accompagnement économiques dès lors que des restrictions sanitaires viennent impacter leur activité.

Ils demandent d’urgence la réactivation de l’accompagnement économique pour toutes les entreprises pour décembre 2021 et janvier 2022 et tout le temps des restrictions imposées. À savoir :

  • Le rétablissement du Fonds de Solidarité dans les conditions de novembre 2020 et l’aide « coûts fixes » notamment pour les plus gros établissements
  • Le retour de l’activité partielle « covid-19 » sans reste à charge
  • Des exonérations des charges sociales sur les salaires et une aide au paiement des cotisations

Inquiétude sur les remboursements de PGE

Les organisations professionnelles rappellent également combien « il sera impossible pour de nombreux professionnels de rembourser, à compter de mars 2022, leur PGE dans les conditions économiques actuelles. De nouvelles mesures devront être annoncées d’urgence par le Gouvernement. »

Rappel des nouvelles mesures

  • Prolongement de la fermeture des discothèques.
  • Consommation debout interdite dans les cafés, bars, restaurants.
  • Les grands rassemblements sont limités à 2 000 personnes en intérieur et 5 000 personnes en extérieur.
  • Annulation de toutes les cérémonies de vœux en janvier.
  • Télétravail obligatoire 3 jours minimum pour tous les salariés pour lesquels cela est possible.