Couverture du journal du 18/09/2020 Consulter le journal

La filière de déconstruction des épaves nautiques se déploie en Bretagne

La Région Bretagne s’est investie au côté de l’Association pour une Plaisance Éco-Responsable (APER) afin de mettre en place une véritable filière de déconstruction/traitement des produits du nautisme.

Les produits concernés sont des bateaux de plaisance ou de sport mesurant entre 2,5 et 24 m (dont les jet skis), conçus pour la navigation maritime et en eaux intérieures, soumis à l’obligation d’une immatriculation ou d’un enregistrement en France. Sont exclus les embarcations à propulsion humaine et les engins de plage (kayak, windsurf, stand-up paddle, kitesurf, pédalo…).

En France, la déconstruction de 20 à 25 000 bateaux est envisagée d’ici fin 2023.

L’APER prend en charge l’intégralité des coûts de déconstruction du bateau à partir de sa réception dans le centre de recyclage. Seul le transport de l’embarcation jusqu’au site de déconstruction demeure du ressort du propriétaire. En France, la déconstruction de 20 à 25 000 bateaux est envisagée d’ici fin 2023.

Jusqu’à cette année 2020, une filière de gestion globale de ces déchets n’existait pas. Envisager la seconde vie d’une embarcation ou sa déconstruction pure et simple était entravé par les difficultés diverses auxquelles étaient confrontés les propriétaires : réglementaires, financières, juridiques, voire même affectives pour certaines personnes très attachées à leur bateau. Avec de multiples parties prenantes : du propriétaire au gestionnaire de port, des chantiers navals aux notaires, assureurs et experts maritimes en passant par les opérateurs de déchets ou encore les collectivités et les administrations.

Conscients de la situation, les acteurs bretons avaient déjà travaillé à la mise en place d’une démarche commune pour améliorer, au niveau régional, la gestion des bateaux en fin de vie.

En novembre dernier, la collecte exceptionnelle de bateaux de sport en fin de vie menée dans les centres nautiques bretons a permis à la Région de s’engager au côté de l’APER et d’accompagner la montée en puissance de cette toute jeune filière sur l’ensemble du territoire. Le bilan de cette opération a été un succès. Près de 240 bateaux et matériels nautiques ont été collectés auprès de 21 centres nautiques bretons pour être déconstruits. 22,740 Tonnes de déchets nautiques ont ainsi été pris en charge et recyclés ou valorisés en CSR (Combustible Solide de Récupération). Une opération menée sur un temps record, 10 jours au total, de la mise en place des opérations à la réalisation du bilan.

Cette jeune filière de déconstruction nautique s’inscrit dans le cadre de la mise en place, en 2019, de la Responsabilité Élargie des Producteurs de bateaux (REP). Elle peut s’appuyer sur 8 centres agréés par l’APER en Bretagne dont celui des Recycleurs Bretons, Guyot environnement et Romi Recyclage. Trois nouveaux centres vont également ouvrir courant 2020. La Bretagne bénéficie aujourd’hui du meilleur maillage territorial de France en la matière.

À ce jour, ce sont plus de 1 500 demandes au niveau national qui ont été déposées sur le site dédié de l’APER,

www.recyclermonbateau.fr et plus de 500 bateaux déjà déconstruits.