Couverture du journal du 23/02/2024 Le magazine de la semaine

Fougères Agglomération : « Nous avons des terrains disponibles, dont une unité foncière de 5 ha »

307 hectares (ha) de zones économiques, une dizaine de parcs d’activités, 1 700 établissements employeurs, dont une trentaine de plus de 100 salariés. Fougères en a fini avec la crise de la mono-industrie de la chaussure. L’agglomération fougeraise connaît une dynamique économique portée par une croissance endogène, et travaille à son attractivité pour faire venir à la fois de nouvelles entreprises sur son foncier encore disponible et des profils. Rencontre avec Patrick Manceau, président de Fougères agglomération et Michel Balluais, vice-président à l’économie.

De gauche à droite : Mathieu Gouirand, développeur économique; Patrick Manceau, président de l’agglomération, et Michel Balluais, vice-président à l’économie

De gauche à droite : Mathieu Gouirand, développeur économique; Patrick Manceau, président de l’agglomération, et Michel Balluais, vice-président à l’économie. ©SB-7J

« Dans l’agglomération de Fougères, nous avons de belles pépites et une vraie dynamique industrielle. Il y a l’effet A84, la route des Estuaires, qui ouvre vers la Normandie avec un beau développement aussi sur le secteur de Louvigné et des entreprises locales en phase de croissance. Des promoteurs rennais viennent faire des propositions de projets immobiliers. C’est une reconnaissance du territoire et un des effets du Covid, les villes moyennes sont plus investies. »
Sur ses 307 hectares (ha) de zones économiques, l’agglomération compte 22 000 emplois dont 35% se situent dans le commerce, les transports et services. L’industrie (électronique, verre, métallurgie, agroalimentaire, pharmacie et cosmétique, etc.) représente 22% des emplois. Depuis 2019, les créations d’entreprises s‘accélèrent, avec près de 500 emplois créés chaque année. À l’image du département, le bassin connaît un faible taux de chômage : 4,9%.

« Des promoteurs rennais viennent faire des propositions de projets immobiliers. »

Du foncier encore disponible !

Le territoire de l'agglomération de Fougères ©DR

Le territoire de l’agglomération de Fougères ©DR

Des terrains sont encore disponibles à la commercialisation. L’espace le plus important se situe dans la zone de l’Aumaillerie où 15 ha sont encore libres dont 5,7 ha d’un seul tenant, sur le site de l’ancien foirail. Conscients de la rareté d’une telle surface dans le département, les élus et le service de développement économique réservent ces hectares « à un beau projet industriel permettant la création de 300 – 400 emplois. » Plateforme logistique s’abstenir. L’agglomération fougeraise a valorisé le m² à 35 euros. Une deuxième grande unité foncière se trouve dans la zone d’activités de La Grande Marche, 2 à 3 ha. « Nous voulons l’implantation d’une entreprise de biotechnologie ou d’un site R&D puisqu’il y a déjà un écosystème autour de la biologie dans cette zone », formule Michel Balluais. L’élu fait référence à la présence de l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) qui est, au sein de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), l’autorité compétente en matière de médicament vétérinaire. L’agence est implantée à La Grande Marche à Javené, et emploie 80 personnes, essentiellement des cadres scientifiques.
Et la démarche Zéro Artificialisation Nette (ZAN) ? « Pour l’instant ce n’est pas un frein, mais comme pour toutes les collectivités, cela sera une difficulté dans 10 à 20 ans », reconnaît Patrick Manceau.

Bâtiments relais et village d’entreprises

La communauté d’agglomération dispose également de 11 bâtiments relais pour l’accueil d’entreprises commerciales ou artisanales en création ou en développement, tous occupés.
Un projet de village d’entreprises adapté à l’accueil d’activités artisanales verra le jour courant 2023 à Lécousse à La Meslais. Ce projet prévoit la construction de cellules, une vingtaine, de petites et moyennes tailles (entre 150 et 450 m²). La commercialisation de la zone par un investisseur privé, non connu à ce jour, devrait débuter dès le 2e trimestre.

Marketing territorial : « Fougères, être au bon endroit »

Pour soutenir sa dynamique, Fougères doit attirer des profils pour les entreprises. D’où la création d’une marque : « Fougères, être au bon endroit ». Cœur de cible? Les « 25-35 ans » que l’agglomération souhaite voir s’installer et s’inscrire dans le territoire.
Le déploiement de la stratégie comprend deux volets : la communication digitale et l’accompagnement des nouveaux arrivants. Sur ce deuxième point, l’agglomération a prévu des kits de séduction pour les candidats en cours de recrutement dans une entreprise du coin et un kit de bienvenue pour les nouveaux embauchés. « Les entreprises sont prêtes à participer financièrement. » D’après Michel Balluais, « il y a un véritable attrait des chefs d’entreprise pour la marque. Ils étaient 120 à se rassembler au lancement. Maintenant, ils sont en attente de concrétisations. » Mathieu Gouirand, développeur économique à l’agglomération, ajoute: « Il y a, autour de la marque, une logique de co-construction avec les entreprises, la CCI et Destination Fougères. »
Sans couper complètement le cordon avec son passé ouvrier – héritage qui sera mis en valeur dans le futur musée de la ville – Fougères veut confirmer son virage vers l’innovation et les technologies de pointe. La présence de Zeiss (verres de haute qualité), d’HTL (acide hyaluronique) et l’ouverture du nouveau centre de recherche de Safran attestent de ce pivot.