Couverture du journal du 07/06/2024 Le nouveau magazine

La Fondation Notaire & Breton s’engage

Créée il y a deux ans, la Fondation des notaires du ressort de la cour d'appel de Rennes, soutient de plus en plus d’associations de solidarité. Grâce au prélèvement d’un euro sur chaque acte notarié, la Fondation a récolté 130 000 euros en 2023. Grâce à cette cagnotte, de nombreuses associations caritatives peuvent continuer, voire étendre leurs initiatives solidaires.

Maître Nicolas Bosquet, délégué à la communication de la Chambre interdépartementale des notaires de la cour d’appel de Rennes ©DR

Financement d’un véhicule neuf places à destination d’un Ehpad, aide à l’organisation d’un réveillon solidaire pour le Secours Populaire, participation au financement d’un film documentaire sur le thème de l’enfant/l’alimentation et la nature, aide aux financements d’un atelier de rétablissement en santé mentale… La Fondation des notaires bretons participe à la solidarité nationale via le prélèvement d’un euro sur chaque acte notarié. « Un tiers de nos adhérents a déjà accepté (environ 500 notaires) de participer à cette initiative solidaire, explique Nicolas Bosquet, en charge de la communication. Nous espérons atteindre très vite les 50 %. »

Les premiers notaires en France

Comment ça marche ? La Fondation rassemble un comité exécutif qui sélectionne, depuis deux ans, des projets sous l’égide de la Fondation de France, toujours en lien avec la Région et les cinq départements de la cour d’appel de Rennes. « Nous sommes les premiers notaires adhérents à cette initiative dans l’Hexagone, se félicite Nicolas Bosquet. C’est utile, c’est concret et nous sommes très nombreux. Avec 600 offices et environ 1 500 notaires, nous représentons la deuxième force notariée du pays après Paris. Mais nous n’allons pas rester seuls très longtemps : Lyon vient de nous emboîter le pas. »

Aide à la réinsertion des personnes sortant de prison

Dans le Morbihan, la Fondation a, par exemple, subventionné, à hauteur de 5 000 euros, l’association Permis de Construire 56. Cette association, née à Nantes en 2010, accompagne les personnes qui ont vécu ou vivent encore une sanction pénale dans leur réinsertion (peine de prison, sursis, bracelet électronique, travail d’intérêt général, sanction réparation, stage de citoyenneté, composition pénale, jour amende). Après avoir ouvert une antenne à Saint-Nazaire en 2020, le réseau s’est élargi en ouvrant une association morbihannaise à Vannes en 2023.

 

La Fondation Notaire & Breton participe à la mise en place d’ateliers socio-éducatifs des travailleurs sociaux pour favoriser la réinsertion et contribue au financement de fournitures pour les activités. Bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans sa vie, bien dans son job : Permis de Construire 56 met en œuvre un parcours structuré autour de ces quatre piliers, pour que chaque personne pilote son projet de vie. Un accompagnement individuel via un travailleur social une fois par semaine minimum et un accompagnement collectif, via des activités socio-éducatives comme le théâtre, les séances de remise en forme ou les ateliers en lien avec l’insertion professionnelle.

 

« Plus d’un million de personnes passent devant la justice chaque année, indique l’association. La privation de liberté et le choc carcéral peuvent être des situations déstructurantes pour un être humain. Parmi les personnes passées sous main de justice, nombreuses sont celles pour lesquelles un accompagnement de droit commun reste insuffisant étant donné leurs grandes difficultés sociales et personnelles : aider à comprendre pourquoi elles en sont là, leur redonner confiance en elles, leur permettre de construire leur avenir, et éviter la récidive. »

25 projets soutenus

©DR

©DR

La Fondation Notaire & Breton, sous l’égide de la Fondation de France, a pour ambition de protéger et accompagner les familles de Bretagne et Loire-Atlantique, sollicitant le soutien des 1 400 notaires du territoire – répartis dans les 600 offices sur ce territoire – et de leurs clients. Les notaires engagés reversent 1 euro pour chaque acte rédigé, avec le souhait de transformer les 400 000 actes annuels en actes de solidarité. 25 projets ont été soutenus depuis sa création en mai 2022.