Couverture du journal du 24/05/2024 Le nouveau magazine

Fret ferroviaire : Lahaye lance une ligne Rennes – Lille

Le groupe familial breton Lahaye Global Logistics, basé à Vern-sur-Seiche (35), poursuit sa dynamique d'investissements dans le transport intermodal en ouvrant une deuxième ligne de fret ferroviaire entre Rennes et le port de Lille, un défi dans le contexte inflationniste actuel. La crise énergétique a d’ailleurs menacé le lancement de la ligne. Mais pas de quoi effrayer Matthieu et Jean-Baptiste Lahaye qui planchent déjà sur deux nouveaux services rail-route à horizon 2024-2025.

La nouvelle ligne de fret ferroviaire Rennes – Lille ouvre l’accès aux ports du nord de l’Europe. ©DR

La nouvelle ligne de fret ferroviaire Rennes – Lille ouvre l’accès aux ports du nord de l’Europe. ©DR

Le groupe, qui fêtera ses 70 ans cette année, ouvre le 13 mars une nouvelle ligne de transport combiné entre Rennes et le port de Lille. Un investissement cumulé de 3,5 millions d’euros. Aujourd’hui le fret ferroviaire ne représente que 1,5 % du transport de marchandises en Bretagne. Mais Matthieu Lahaye, qui a repris l’entreprise de son père de 1700 salariés avec son frère, Jean-Baptiste, croit à son développement. « Le ferroviaire fonctionne, cela fait 12 ans que nous en faisons. C’est une des solutions du transport de demain. Ce n’est pas un long fleuve tranquille, mais il y a de gros avantages en termes d’empreinte carbone et de pénibilité. Sur la route, nous faisons 400 000 km par jour et consommons 100 000 litres de gazole quotidiennement. Ce n’est pas une situation qui peut forcément durer. »

Ouverture vers les ports du nord de l’Europe

Le lancement de la ligne est prévu avec trois rotations hebdomadaires assurées par le tractionnaire Captrain France en traction électrique. Cette nouvelle liaison s’accompagne d’importants travaux de transformation effectués au terminal de Rennes, avec la création d’une troisième voie sous portique. Cette nouvelle ligne Rennes – Lille ouvre l’accès aux ports du nord de l’Europe : Anvers, Rotterdam, Zeebrugge, Dunkerque. « Du port de Lille, nous sommes capables de connecter les différents ports du Nord par barges fluviales. Nous proposons ainsi un mode de transport très vertueux. » Seul bémol : « Il y a davantage de flux du Nord vers la Bretagne que l’inverse. Il y a là un déséquilibre sur lequel nous travaillons. Notre enjeu est de convaincre des chargeurs bretons d’utiliser ce mode de transport pour connecter le nord de la France », analyse le dirigeant.

La ligne Rennes – Lille en chiffres

Un investissement de 3,5 millions d’euros
16 wagons neufs, « fabrication Made in France »
3 rotations hebdomadaires au démarrage
« Nous espérons vite basculer sur un service quotidien, 5 jours par semaine. »
500 kg de CO2 économisés par trajet

Un lancement menacé

Matthieu Lahaye ©Studio Carlito

Matthieu Lahaye ©Studio Carlito

Le lancement a été un temps menacé en raison de l’envolée des prix de l’énergie. Le transporteur exploite déjà une ligne de transport combiné rail-route entre Rennes et Lyon, cinq jours par semaine aller-retour, l’équivalent de 12 000 camions en moins sur les routes par an. La hausse des tarifs mise en œuvre par le tractionnaire Naviland Cargo, filiale de la SNCF, signifie pour Lahaye un surcoût de 1 million d’euros. « Les aides sont principalement routées vers la SNCF et ses filiales. Nous n’en voyons pas vraiment la couleur », déplore Matthieu Lahaye. Une hausse que le groupe répercute sur ses clients.

« Cela remet en cause la politique de décarbonation des transports. Nos clients essaient de maintenir des volumes, mais ne garantissent rien. Nous devons remettre des camions sur la route. » Le président du Conseil régional, Loïg Chesnais-Girard, a écrit au ministre des Transports, Clément Beaune, pour solliciter des solutions, par exemple une aide directe au groupe Lahaye. Lors d’un échange entre les deux hommes, « le ministre a pris conscience d’à quel point la ligne était critique. C’est la braise sur laquelle nous devons souffler, car si en France le fret représente 10% du transport de marchandises, en Bretagne nous sommes en retard. Le ministre a demandé à ses services d’instruire le dossier pour voir quelle aide pouvait être apportée à Lahaye », rapporte Loïc Hénaff, conseiller régional délégué au fret.

Deux nouvelles lignes à horizon 2024-2025

Selon Matthieu Lahaye, « ce n’est sans doute pas la meilleure période économique  pour lancer de tels projets, qui nécessitent des années entières de préparation. Mais les créneaux étaient disponibles pour faire circuler les trains, ainsi qu’un point de chute au port de Lille, ce qui n’était pas certain si nous reportions le lancement.» La situation conjoncturelle ne devrait pas stopper les frères Lahaye dans leur dynamique de croissance puisque la création de deux nouvelles lignes au départ de la Bretagne à horizon 2024-2025 est dans les tuyaux. Des ambitions qui s’inscrivent dans la stratégie de la Région qui « est en train d’écrire une politique du fret au plus près des acteurs », assure Loïc Hénaff. Il se murmure que cette politique pourrait prévoir la création d’un nouveau terminal à La Janais (ancien site de Citroën à Rennes) à horizon 2030. « Nous écrivons des scénarios.  »

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale

Sujets de l'article