Couverture du journal du 22/01/2021 Consulter le journal

R&K fait fabriquer ses chaussures de luxe à Fougères

Modéliser les pieds de ses clients en 3D pour leur assurer une chaussure parfaitement adaptée, c’est le défi relevé par une jeune entreprise parisienne. Un service de création de souliers en cuir sur mesure dédié aux hommes, dont la fabrication sera réalisée dès mars 2021 à Fougères, ville réputée pour son savoir-faire dans le secteur.

R&K

R&K : Le pied du client est modélisé grâce à un scanner 3D © D.R.

R&K, c’est l’histoire d’un couple, Maria et Cyril Karunagaran, qui décide de se lancer en 2017 dans un concept innovant de création de chaussures sur mesure pour hommes. « Lorsqu’on achète des chaussures, on ne dispose que d’une dizaine de minutes pour se faire une idée du confort qu’elles vont apporter, sans être assuré que cela convienne réellement à l’usage » explique la co-fondatrice de la marque. De ce constat nait l’idée d’utiliser la technologie 3D pour modéliser les pieds des clients afin de proposer des souliers 100 % cuir parfaitement adaptés à la morphologie.

Les mesures du client sont prises grâce à un scanner 3D disponible dans la boutique installée dans le 5e arrondissement de Paris.

R&K

De gauche à droite : Cyril – Co-fondateur de R&K Florence – Piqûre/ patronage Nicolas – R&D, innovations, ma- chinerie – Maria – Fondatrice de R&K © D.R.

« Nous nous sommes inspirés des techniques des podologues pour les adapter au grand public », explique Maria. Grâce à cette technique, le client est guidé après sa prise de mesures sur un modèle adapté à sa morphologie, pour la gamme standard. Pour le sur-mesure, le futur propriétaire choisit la couleur, le type de cuir, le modèle, la doublure, les lacets, en fonction de ses goûts. Et comme ses données sont enregistrées, il pourra par la suite repasser aisément commande sur l’e-shop de la marque.

Si la technologie est rapidement au point, la fabrication s’avère un vrai casse-tête pour les jeunes entrepreneurs. Ils testent d’abord différents savoir-faire en Europe : en Espagne, au Portugal, en Roumanie puis finalement en Italie, mais leur volonté est de relocaliser en France « C’était notre souhait initial. Le souci, c’est que ce savoir-faire a pratiquement disparu dans notre pays. Après des recherches infructueuses, nous nous sommes tournés vers Fougères, car nous savions que la ville était un ancien pôle de la chaussure. » Les entrepreneurs décident alors de créer « Maison Felger », afin de maitriser leur processus de fabrication. Ils se rapprochent de la CCI Ille-et-Vilaine et de l’agglomération de Fougères pour développer leur projet d’implantation de leur atelier de façonnage. « Nous avons pu reconstituer rapidement une équipe de personnes ayant une vraie compétence dans le domaine. Le territoire étant riche de professionnels ayant travaillé dans la chaussure, le mot est passé assez vite que nous recherchions du monde. Notre équipe est aujourd’hui complète avec un patronnier et des gens sachant coudre à la main les chaussures, compétence très rare en France ».

Une belle histoire, car des retraités experts dans le domaine ont rejoint l’aventure avec la promesse de former les plus jeunes, apprentis, à ces techniques artisanales de luxe. « Nous avons aujourd’hui une équipe de 7 personnes et à l’ouverture nous serons une quinzaine avec les apprentis. »

Les locaux de 400 mètres carrés, situés à Parigné à 10 km de Fougères, seront opérationnels en mars pour réaliser ces créations originales. Les modèles y seront dessinés, découpés et cousus artisanalement au sein de l’atelier. Les chaussures sur mesure sont vendues à partir de 850 euros.

 

Fougères « pays de la chaussure »

JB Martin fut pendant une centaine d’années un fleuron de l’industrie fougeraise avant de fermer au mois de juin dernier. Symbole d’un savoir-faire français de qualité, elle compte plus de 1 200 salariés dans les années 60-70. Mais dans les années 80, l’entreprise connait des difficultés avec la concurrence de pays étrangers. Après des crises successives, l’entreprise est placée en liquidation judiciaire en juin dernier.