Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

Robots intelligents agricoles Aisprid lève 4,6 millions d’euros

La startup malouine, spécialisée dans la conception de robots autonomes pour la récolte de fruits et légumes, entend répondre à la pénurie de main-d’œuvre que connaissent les producteurs

aisprid

@DR

Si les consommateurs de fruits et légumes sont de plus en plus clients de produits d’origine locale, en face, les producteurs peinent à trouver des bras pour répondre à la demande. En cause, la pénibilité du travail de récolte dans les champs et sous les serres.

« Au fur et à mesure que je rencontrais des producteurs, je me suis rendu compte que leur plus gros problème était le manque de main-d’œuvre », explique Nicolas Salmon, co-fondateur et CEO d’Aisprid. Et depuis 30 ans, la situation se dégrade, menaçant même la pérennité de certaines exploitations. L’épidémie de covid n’a pas arrangé les choses en exposant aux yeux du grand public la dépendance du secteur en main-d’œuvre étrangère : jusqu’à 100% des effectifs chez certains producteurs.

aisprid

De g. à d. : Morgan Kervoern, Nicolas Salmon, Pierre-Edouard Hannoush. @DR

Pallier le manque de main-d’œuvre et produire local

Mêlant robotique et intelligence artificielle, la solution innovante d’Aisprid vient résoudre le problème de manque de main-d’œuvre tout en continuant à produire des fruits et légumes localement. « Je trouve aberrant que nous importions autant de l’étranger », estime Nicolas Salmon. En effet, ce sont près de 50% des tomates et 70% des fraises consommées en France qui proviennent de l’étranger. Souveraineté alimentaire, moindre impact environnemental lié au transport, agriculture locale et raisonnée : autant d’enjeux auxquels se propose de répondre Aisprid, qui résonnent tant chez les consommateurs que chez les producteurs.

Des améliorations à venir grâce à la R&D

Fondée en 2020, Aisprid a d’abord conçu un robot pour la récolte de fraises avant de se tourner vers la récolte de tomates, qui présente un environnement plus favorable pour le développement industriel de sa solution. Dirigée par Nicolas Salmon, Pierre-Edouard Hannoush et Morgan Kervoern, ingénieurs de formation, la star-tup travaille aujourd’hui avec des producteurs présents dans le grand ouest. Elle vient également de remporter le prix spécial du jury du concours AGRETIC, programme régional qui vise à développer les technologies numériques dans les filières agricoles et agroalimentaires bretonnes.

Avec sa levée de fonds, Aisprid va pouvoir poursuivre la mise au point et le déploiement des premiers robots sur le marché, accélérer les programmes de R&D et préparer l’industrialisation puis la commercialisation de la solution à grande échelle. Elle prévoit une réelle accélération pour 2022. La levée de fonds est réalisée auprès de Demeter, GO CAPITAL et Breizh Up (géré par SOfimac Innovation) ainsi qu’auprès de ses partenaires bancaires BPGO, Caisse d’Épargne, BNP, Crédit Mutuel de Bretagne et Bpifrance.