Couverture du journal du 03/02/2023 Le magazine de la semaine

Barreau de Rennes : la nouvelle bâtonnière veut faire entendre la voix des avocats

Au 1er janvier prochain, l’avocate pénaliste Catherine Glon succède à Éric Lemonnier à la tête du barreau de Rennes qui réunit plus de 1000 avocats.

Catherine Glon, avocate pénaliste, a été élue bâtonnière pour deux ans. ©SB-7JOURS

Catherine Glon, avocate pénaliste, a été élue bâtonnière pour deux ans. ©SB-7JOURS

La question ne reste pas longtemps sans réponse. Pourquoi a-t-elle choisi ce métier ? « Parce que je n’aurais pas pu faire autre chose. » Inspirée par des figures telles que Gisèle Halimi et Henri Leclerc, Catherine Glon a la justice chevillée au corps. « J’aime passionnément mon métier et mon barreau. Nous sommes des passeurs de voix, des passeurs de droit, exprime-t-elle. Nous changeons profondément la vie des gens. » En parallèle de son bâtonnat, elle compte garder une partie de son activité d’avocate. Élue à plusieurs reprises membre du conseil de l’ordre et du Conseil National des Barreaux, elle a « appris à gérer [son] temps ».

Le bilan du bâtonnier Lemonnier

Élue en juin 2022 pour deux ans, la spécialiste en droit pénal et droits des personnes succède à Éric Lemonnier qui se dit « fier » de son barreau. « Un barreau modèle dans lequel il y a peu de difficultés disciplinaires et déontologiques », ajoute-t-il. Faits notables du mandat écoulé, la défense du secret professionnel des avocats et le soutien apporté à une manifestation de magistrats et greffiers devant la cour d’appel de Rennes en décembre 2021 pour demander plus de moyens financiers. Une présence des avocats aux côtés de la magistrature « assez inédite ». S’il reconnaît que des budgets supplémentaires vont être alloués à l’institution, permettant notamment la création de nouveaux postes de juges, Éric Lemonnier sait que « les moyens attribués ne pourront pas corriger le retard. »

Passage de bâton à la tête de l’ordre des avocats de Rennes entre Catherine Glon et Éric Lemonnier.

Passage de bâton à la tête de l’ordre des avocats de Rennes entre Catherine Glon et Éric Lemonnier, en présence d’Anne Pelé, vice-bâtonnier 2021-2022.

« Faire respecter la place des avocats »

Un contexte difficile pour la justice dont Catherine Glon a parfaitement conscience. Elle entend néanmoins « faire respecter la place des avocats dans l’institution judiciaire. Il n’y a pas de hiérarchie entre juger, requérir et défendre, poursuit-elle. Nous exerçons des métiers au sein d’une profession unique. La co-construction doit être au cœur des échanges. » La nouvelle autorité des avocats rennais compte aussi organiser la présence de la profession dans le monde économique. Dans les tuyaux, une manifestation annuelle pour mieux faire connaître le droit auprès des PME. De plus, Catherine Glon veut mener des actions avec la Métropole et la Ville de Rennes pour « aller vers les gens».

Une application mobile pour le barreau

Outre ces enjeux de visibilité, la bâtonnière va s’atteler au contrôle des lieux de privation de liberté : « Il faudra compter avec le barreau de Rennes. » Un indice sur le prochain lieu inspecté ? « Surprise ! », lance-t-elle avec un large sourire qui laisse deviner sa détermination sur le sujet. Autre projet qui devrait être rapidement engagé, la création d’une application mobile du barreau pour que les avocats aient accès à l’information mise à disposition par l’ordre en temps réel. Autant de chantiers qui seront soumis au vote du conseil de l’ordre pour un mandat qui, elle l’assure, sera empreint « de sincérité, franchise et transparence. »

4e bâtonnière

Cette figure du barreau rennais sera la quatrième femme à occuper la fonction de bâtonnier. « Bâtonnière, j’y tiens ! » Si pour certains le débat ne tient pas à la féminisation des mots, Maître Glon est favorable « à la politique du petit pas. » Et elle sait de quoi elle parle tant son parcours d’avocate, commencé en 1986, est teinté de ses engagements en faveur des droits de l’Homme. Au sein du Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, du Planning familial ou encore de l’association Aides. Elle fut à l’origine du groupe de défense des mineurs du barreau de Rennes, et, avec d’autres, de l’association aide juridique d’urgence. De sa trajectoire transpire un esprit combatif. « Parfois il faut savoir résister et ne pas en avoir honte. » À bon entendeur.

Barreau de Rennes au 1er janvier 2023

Le barreau de Rennes au 1er janvier 2023

Éric Lemonnier part en retraite

Le spécialiste du droit rural passera également la main au sein de son cabinet. Même s’il ne veut plus d’un emploi du temps d’avocat, il ne devrait pas rester beaucoup de place dans l’agenda du jeune retraité, entre ses missions d’enseignement et sa participation à un groupe de réflexion sur un sujet qu’il préfère encore garder secret. D’autant que devrait venir s’ajouter la charge d’assesseur au sein des cours criminelles départementales dont sera dotée la Bretagne au 1er janvier 2023. « Je suis sur le point de déposer ma candidature. » Une expérimentation prévoit la possibilité qu’un des assesseurs soit un avocat honoraire, pour une durée de trois ans. Des affaires dont la peine ne peut excéder 20 ans de réclusion seront jugées sans jury populaire par des magistrats. L’absence de jurés doit permettre un gain de temps. D’abord opposé au principe, « supprimer le jury populaire est une grave erreur », Éric Lemonnier a décidé de composer avec ses principes. « Des confrères m’encouragent, ils me disent que c’est bien qu’il y ait des avocats. »