Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

[ Élections à la CMA ] Liste « Fiers d’être artisans »

« Il y a encore beaucoup à faire pour l’artisanat, on repart avec une liste de 35 artisans, dont 32 nouveaux colistiers ! »

cma Bretagne

de g. à d. Didier Laizeau (56), Ludovic Lorre (22), Philippe Plantin (35), David Chevrier (29) © LM-7J

La régionalisation

« La CMA est une instance régionale à présent, aussi nous avons travaillé sur un projet pour la Bretagne. Pour autant il semblait important de garder et même renforcer la proximité, c’est essentiel dans nos diverses familles de l’artisanat. C’est pourquoi nous souhaitons organiser des commissions territoriales, cela permettra d’être au plus proche des élus locaux et notamment les EPCI, les communautés de communes qui ont le pouvoir économique. Il nous faudra ensemble identifier le découpage le plus judicieux, pour avoir une liberté d’organisation par zone, renforcer le contact concret et direct avec les besoins des artisans, car ceux-ci peuvent être différents d’un pays à l’autre. Il y aura un élu CMA référent sur chaque secteur. L’objectif est bien d’apporter un même service au niveau régional : formation, promotion, accompagnement, etc., mais aussi de porter nos actions en mode projet, d’être agiles dans les décisions. »

Une liste libre

« Il est important de noter que cette liste rassemble des artisans qui ne sont pas forcément syndiqués ou engagés dans une organisation professionnelle. Nous voulons une vraie liberté de parole, de décision, sans être tenus à la ligne d’un parti ! Nous souhaitons aussi continuer à mettre en place des partenariats avec la CCI, la Chambre d’Agriculture, les représentants de l’industrie, de l’hôtellerie-restauration… Nous gardons et défendons l’identité des artisans, mais l’ouverture et la coopération permettent de porter des projets communs. Je tiens à rappeler qu’il n’est pas question de fusion avec la CCI, cela a même fait l’objet d’une motion votée au niveau national à CMA France. Rappelons toutefois que 60 % des ressortissants de la CMA sont aussi inscrits à la CCI, la mutualisation de certains services va de soit. Et si cela peut permettre d’ouvrir des bureaux mutualisés sur les territoires c’est aussi penser économie de moyens. »

Philippe Plantin CMA35

Philippe Plantin, plombier chauffagiste à Gévezé, président sortant de la CMA35 © LM-7J

La formation au service des métiers

« Ces partenariats peuvent aussi permettre d’ouvrir des formations mutualisées, qui sinon n’ouvriraient pas. Nous souhaitons aussi continuer à développer les partenariats avec les entreprises, comme dernièrement avec le groupe Renault sur la formation de mécanicien, ou encore avec Intersport pour les rayons cycles. Plus de 7000 jeunes sont formés en apprentissage chaque année via les 7 sites de formation de la CMA en Bretagne. Nous avons ainsi mis en place une véritable filière, du CAP à la Licence. La réforme de la formation fait que l’on est aujourd’hui au plus près des branches professionnelles. L’activité économique nous sollicite et nous adaptons l’offre de formation. À nous d’être en veille, d’anticiper les évolutions sociétales et les nouveaux métiers. »

La digitalisation

« C’est un vaste sujet. Notre mission est d’accompagner les ressortissants de la CMA, encore une fois, au plus près des territoires, avec la mise en place de modules de formation en lien avec les EPCI, les communautés de communes. Cela peut concerner la mise en place de Click & Collect, la facture numérique, comment répondre aux marchés publics, le référencement de son site internet… Aujourd’hui le numérique est partout, et la CMA est là pour aider les artisans dans ce domaine. »

La forte identité des artisans

« Nous, artisans, avons une forte identité. Être artisan c’est la marque d’un savoir-faire et d’un savoir-être, de proximité. C’est un terme parfois repris par des entreprises comme un atout marketing, mais ce titre d’artisan doit être défendu. Les métiers d’art sont aussi à prendre en compte. Ils ont été plus durement touchés lors de cette période sanitaire, ce ne sont pas des artisans à part. Ensemble, tous les corps de métier de l’artisanat, du bâtiment, des services, de la fabrication et l’alimentation, nous jouons un rôle essentiel de la vie locale. »