Couverture du journal du 18/09/2020 Consulter le journal

Voeux de la CCI 35 « En termes de reboisement économique, l’Ille-et-Vilaine ne s’est jamais aussi bien porté »

Après l’aéroport de Rennes, puis le couvent des Jacobins, c’est dans un cadre bohème et singulier au MeM que le président Emmanuel Thaunier a formulé ses vœux pour l’année 2020. Devant plus d’un millier d’invités, l’élu s’est félicité du dynamisme économique de l’Ille-et-Vilaine, a fait le point sur les nouvelles missions et annoncé des déménagements à venir.

Maintenir la croissance et l’attractivité du territoire

«Le seul véritable défi sera celui de la conquête de flux exogènes » a martelé Emmanuel Thaunier en introduction de son discours. Car si « les emplois grâce au développement des entreprises bretiliennes semblent acquis, comme le taux de chômage durablement bas dans notre département en atteste, il faudra redoubler d’efforts et d’ingéniosité dans les années à venir pour que cette attractivité quasi-structurelle ne se fasse pas au détriment de nos territoires voisins mais au contraire nous incite à partir –hors Bretagnechercher de nouveaux brétiliens, habitants comme entreprises ». Pour assurer cette croissance Emmanuel Thaunier préfère au « radicalisme des promoteurs de la décroissance économique et du minimalisme » une approche qui « tout en intégrant pleinement les exigences environnementales » ne nuit pas à l’activité économique du territoire. « Confronter les modèles tourne souvent au débat idéologique » regrette-t-il. Le message aux élus et candidats aux Municipales est lancé.

Soutenir « Les entreprises du quotidien »

« Le commerce et la restauration, les entreprises du Quotidien comme j’aime souvent les qualifier, celles qui font le lien social et la vitalité d’un centre-ville ou d’un centrebourg continuent de souffrir » déplore Emmanuel Thaunier rappelant l’impact des mouvements sociaux et du succès de la vente à distance sur ces entreprises de proximité. Afin de protéger les « entreprises, comme les femmes et les hommes qui y travaillent, qui créent la valeur dont l’ensemble de notre société a besoin pour fonctionner », le président de la CCI 35 appelle à la planification des actions, préférant par exemple la mise en œuvre d’un plan de transport collectif alternatif et des concertations en amont, à la condamnation définitive de la voiture en centre-ville. Il appelle également les citoyens à mettre en cohérence leur désir de protection de l’environnement avec leur comportement d’achat au quotidien en consommant, quand cela est possible, près de chez eux.

En termes de reboisement économique, l’Ille-et-Vilaine ne s’est jamais aussi bien porté souligne le président « La CCI 35 et ses différentes délégations de Fougères, Redon, Rennes, St-Malo et Vitré ont accueilli plus de 9 000 porteurs de projets et accompagné 2 000 d’entre eux sur le chemin de la création d’entreprise ».

« Le seul véritable défi sera celui de la conquête de flux exogènes »

Emmanuel Thaunier s’est aussi félicité des programmes de valorisation et de soutien aux entreprises à travers le «concours crisalide» qui récompense chaque année les aventures entrepreneuriales d’exception, et le «programme Breizh Fab», soutien des PME manufacturières bretonnes dans l’amélioration de leur compétitivité et leur adaptabilité notamment dans les secteurs de la construction et de l’agro-alimentaire.

Développement de l’Aéroport Rennes Bretagne malgré quelques turbulences

Emmanuel Thaunier a rassuré : « En dépit des difficultés du marché du transport aérien, l’aéroport de Rennes affiche un trafic stable ». Malgré les défaillances de nombreuses compagnies aériennes, les liaisons vers Nice, Toulouse et Marseille sont d’ores et déjà en grande partie reprises par EasyJet et Volotea, la connexion avec Genève est désormais opérée tout au long de l’année et à compter du 31 mars prochain la compagnie Lufthansa, reliera Rennes au hub mondial de Francfort. Pour accompagner la future croissance des trafics, les parkings sont étendus et la piste sera complètement refaite au mois de mars prochain (sans besoin de rallongement). L’aérogare fait actuellement l’objet d’une réflexion qui devrait aboutir au doublement de sa capacité sur l’emprise foncière actuelle.

Des déménagements annoncés

La perte de la gestion des équipements portuaires de St-Malo et Cancale impose à la CCI la réorganisation de son implantation au nord du département « La délégation de la CCI est en train de se chercher de nouveaux locaux plus adaptés, le centre de formation par apprentissage de St-Jouan des Guérêts au sud de St-Malo déménagera pour se rapprocher de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat à Marville, à proximité de l’hippodrome ». Le siège de la CCI à Rennes va également devoir trouver un nouveau lieu d’accueil d’ici deux à trois ans. Raison annoncée : la nécessité pour l’École Supérieure de Commerce, Rennes School Of business qui jouxte la CCI, de s’agrandir.

Le siège de la CCI à Rennes va devoir trouver un nouveau lieu d’accueil

L’union fait la force

Dans le contexte de la réforme de l’apprentissage et plus généralement de la formation professionnelle de 2018, le marché est devenu hautement concurrentiel. Afin de se doter des mêmes outils que ces nouveaux entrants, la CCI s’est rapprochée de la CMA d’Ille-et-Vilaine. « De poids économiques proches, présents en matière de formation dans les mêmes territoires, n’ayant principalement que des formations complémentaires, non concurrentes aux nôtres et mue par cette même volonté de transformer l’outil de formation, nous avons décidé de faire évoluer notre association «Faculté des Métiers» en société, forme juridique qui nous permettra de nous développer avec les mêmes armes que nos rivaux. Elle aura l’agilité requise pour faire face à la nouvelle concurrence et devenir, forte de plus de 4 400 apprenants, le principal acteur de l’apprentissage en Ille-et-Vilaine, voire en Bretagne », s’est réjoui Emmanuel Thaunier.

« Les prestations d’expértise de la CCI devront être monétisées »

La monétisation des actions de la CCI

« Après des relations tumultueuses depuis des années avec l’État et des rabotages de ressources » la mise en place d’un Contrat d’Objectif et de Performance décliné en Convention d’Objectifs et de Moyens en région permet à la CCI d’Ille-et-Vilaine d’avoir une vision claire et précise des missions qui lui sont à présent dévolues. « Cette clarification était souhaitée de tous et nous permet désormais de nous réorganiser dans un cadre connu et espérons-le stable », a souligné Emmanuel Thaunier. Thierry Girard, nouveau directeur Général de la CCI d’Ille-et-Vilaine, est chargé de mettre en place ce nouveau dispositif et cette réorganisation qui « amènera à réduire sensiblement les effectifs liés aux missions d’intérêt général –par définition offerte- et à renforcer les prestations d’expertise qui devront quant à elles être monétisées ».