Couverture du journal du 13/05/2022 Consulter le journal

Entretien avec Anne-Sophie Robin, PDG du Groupe BS : « Il n’est de richesse que d’Hommes »

Le groupe rennais BS est le leader français de la découpe industrielle de viande. Ses quelque 1300 bouchers interviennent dans plus d’une cinquantaine de sites industriels en France. Une réussite familiale engagée depuis 1979 qui doit son succès à un esprit innovant dans un secteur traditionnel. Rencontre avec sa dirigeante Anne-Sophie Robin, une jeune femme ultra-dynamique pour qui le bon sens est l’atout maitre de l’entrepreneur.

Anne-Sophie Robin, PDG du Groupe BS

Anne-Sophie Robin, PDG du Groupe BS ©Studio Carlito

La rencontre se déroule dans les bureaux du Groupe BS au Mabilais, centre d’affaires emblématique de Rennes qui surplombe La Vilaine. Pour accéder au bureau d’Anne-Sophie Robin, le visiteur traverse un couloir, véritable galerie de portraits de bouchers en plein travail. Des hommes et des femmes sublimés, cœurs battants de l’activité BS

Au départ, une opportunité de marché

Chez Bouchers Services, c’est sur les ressources humaines que repose la richesse de l’entreprise. BS recrute, forme des experts en 2ème transformation des viandes – désossage, parage, découpe, piéçage – qu’elle place ensuite, in situ, chez les industriels qui ne disposent pas de cette compétence en interne. La viande est ensuite conditionnée et envoyée aux grandes enseignes. Mais pour bien comprendre l’activité de Bouchers Services, et l’esprit visionnaire de ses fondateurs, il faut remonter aux années 70. Les moyennes et grandes surfaces poussent alors comme des champignons sur tout le territoire. Leur rayon boucherie propose de la viande sous vide, en libre-service. Le problème, et donc l’opportunité pour les fondateurs de Bouchers Services, c’est que ni les abattoirs ni les supermarchés ne disposent du savoir-faire nécessaire de découpe de viande, spécifique aux bouchers traditionnels. Les Robin, qui sont dans le métier, ont l’idée de faire appel à des « tâcherons » qu’ils placent chez les industriels. Il s’agit de bouchers officiant à la journée qui exerçaient déjà en Allemagne, pays alors en avance sur le sujet. Avec le marché qui se structure rapidement, le recours aux bouchers industriels devient la norme « L’emploi de nos équipes aurait pu être temporaire, mais la qualité de notre savoir-faire a rendu pérenne notre activité », souligne Anne-Sophie Robin.

L’entreprise est née en Lorraine en 1979, puis a installé des bureaux en Bretagne, il y a une quinzaine d’années, au plus près des principaux acteurs du marché. Elle possède son vaisseau amiral à Rennes depuis une dizaine d’années.

Assurer la demande en main-d’œuvre grâce à la formation

Pour répondre à une demande toujours plus forte, le Groupe BS recrute bouchers, apprentis, mais le vivier de personnes qualifiées se tarit rapidement. Martine Robin, mère d’Anne-Sophie, lance en 1995 une école de formation aujourd’hui baptisée F2o et animée par 10 anciens bouchers devenus formateurs agréés. « Au départ c’était à petite échelle, en fonction de nos besoins en interne.» En 2015, l’organisme se structure sous l’impulsion d’Anne-Sophie Robin. Arrivée dans l’entreprise en 2008, elle se prépare alors à en prendre la direction générale. La jeune femme travaille d’arrache-pied son plan stratégique et l’école de formation en sera le cœur « Je voulais en faire le fil conducteur qui développerait le groupe dans le futur. J’étais plutôt à contre-courant, mais j’étais habitée par cette idée, et la suite m’a donné raison.» Effectivement aujourd’hui l’organisme de formation du Groupe BS forme environ 150 bouchers par an, pour le secteur industriel, mais aussi le traditionnel « Nous avons monté une formation qualifiante de bouchers traditionnels, pour les centres E.Leclerc. » F2o forme également 1 500 stagiaires chaque année sur des formations courtes en hygiène et sécurité, entres autres.

Nous combattons les idées reçues sur nos métiers qui peuvent entraîner de vraies difficultés de recrutement

La réalité virtuelle pour une découverte du métier en immersion

Mais, comme le souligne Anne-Sophie Robin « Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt. Le secteur est réputé difficile et peut avoir mauvaise presse. Chez BS, nous combattons les idées reçues sur nos métiers qui peuvent entraîner de vraies difficultés de recrutement.» Alors pour faire connaitre le métier, le rendre accessible sans avoir à manipuler tout de suite viande et couteaux, une idée surgit dans l’esprit de la dirigeante alors qu’elle range les fils de la console WII de ses enfants. Nous sommes en 2015. « J’ai eu un déclic. Je me suis dit que si on pouvait apprendre à jouer au golf ou au tennis dans son salon, il devait être possible de faire pareil pour apprendre à désosser dans un bureau ! » Le Groupe BS prend alors contact avec la société rennaise Artefacto pour développer l’outil. « Cela a demandé du temps, nous utilisons la technologie depuis 2020. Les apprenants chaussent leur casque et se retrouvent devant une table avec un morceau de viande. Ils reproduisent les gestes montrés par leur enseignant, avec leurs manettes comme couteaux… Cela ne remplace pas la formation réelle, mais c’est un complément, un sas, entre la théorie et la pratique. » Une technologie plébiscitée par Pôle Emploi qui a investi dans ces casques de réalité virtuelle pour présenter le métier de boucher « La réalité virtuelle c’est quand même plus sexy que les fiches descriptives pour présenter nos métiers ! » plaisante  Anne-Sophie Robin.

Le Koutoron© : il fallait y penser !

La santé au travail et le bien-être des salariés sont une obsession pour la dirigeante de Bouchers Services. La société a d’ailleurs été récompensée du prix de l’innovation RH, les trophées des mille et une vies en 2014, pour son implication auprès de ses équipes. La recherche de méthodes optimales pour réduire les risques professionnels est également au cœur des préoccupations du Groupe.

De là est née une innovation déposée : le Koutoron©. « 30 % des accidents de travail sont dus aux piqûres des couteaux. Les salariés travaillent avec de véritables armes blanches, des couteaux avec des lames de 23 cm… » L’idée germe alors de fabriquer un couteau à bout rond « Maintenant quand j’en parle ça me parait évident ! » déclare la dirigeante. Entre la recherche et le développement, le Koutoron aura couté des centaines de milliers d’euros à BS. « l’innovation joue un rôle essentiel dans la préservation des métiers traditionnels. C’est pour cela que nous avons créé une structure à part nommée AgiliT : pour développer les idées et les outils, mais aussi les proposer à nos clients, afin qu’ils puissent bénéficier de nos avancées. »

Les métiers manuels reviennent en force

Pour Anne-Sophie Robin il est indispensable de continuer à revaloriser les métiers manuels, car « ils ne sont pas morts et au contraire reviennent en force ». D’ailleurs Bouchers Services se présente avant tout comme une entreprise proposant les services d’hommes et de femmes rodés aux techniques manuelles. Le Groupe BS est en pleine croissance. D’ici 2025, Anne-Sophie Robin ambitionne de réaliser un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros avec un effectif de 2 000 salariés. Aujourd’hui le Groupe affiche un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros et emploie 1 300 personnes. 100 postes en formation qualifiante rémunérée, débouchant sur un CDI, sont actuellement proposés.

L’innovation joue un rôle essentiel dans la préservation des métiers traditionnels

La question à Anne-Sophie Robin C’est quoi pour vous l’innovation ?

Tout le monde parle d’innovation. Quand on entend ce mot, on s’attend à quelque chose d’incroyable… Mais finalement ce sont les choses les plus simples, réalisées avec bon sens, qui sont souvent les meilleures et qui tiennent le plus dans le temps !

Anne-Sophie Robin, PDG du Groupe BS

Anne-Sophie Robin, PDG du Groupe BS ©Studio Carlito

Anne-Sophie Robin, dans les pas de sa mère

Tombée dans la marmite Bouchers Services quand elle était toute petite, Anne Sophie Robin a fait ses classes pendant plusieurs années auprès de sa mère Martine Robin, avant de prendre la direction de l’entreprise familiale. Après un BTS et une école supérieure de commerce, la jeune fille découvre le monde professionnel particulier de sa mère, une femme charismatique au parcours hors normes. Elle a 22 ans, en 2008, quand elle intègre Bouchers Services directement sur le terrain au contact des clients, des collaborateurs et accompagnée du directeur technique de chez Bouchers Services. Après 2 années passées à appréhender les rouages du métier, Anne-Sophie s’oriente instinctivement vers la gestion des ressources humaines et structure en 2010 le service RH qu’elle dirigera jusqu’en 2016. En 2016, Anne-Sophie Robin intègre la direction générale pour finaliser sa formation à la gestion et à la stratégie. En 2019, elle devient la présidente de Bouchers Services.