Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Entretien avec Laurence Besserve : Freiner l’artificialisation des sols en Bretagne

Selon le premier PLUI* adopté en décembre 2019 par Rennes Métropole et ses 43 communes, 78 % du territoire de Rennes Métropole est classé en espace agricole et naturel. Nonobstant, 1 763 ha seront urbanisés d’ici 2035, soit moins de 3 % de la surface totale du territoire.
Entretien avec Laurence Besserve, maire de Betton et 2e vice-présidente de Rennes Métropole en charge de l'aménagement et de l’habitat.

Magazine 7 Jours Bretagne logo

© Rennes, ville et Métropole

Rennes Métropole : Moins de 3 % des sols seront urbanisés d’ici 2035

L’usage vertueux de la terre

« Avant d’évoquer la densification et l’extension urbaine actuelle, reprenons quelques chiffres : entre 1982 et 2001 la métropole rennaise consommait 219 ha/an. Entre 2001 et 2016 on est passé à 130 ha consommés par an, nous étions déjà dans une dynamique vertueuse. Aujourd’hui, dans les projections 2020-2035 on atteint les 117 ha/an consommés. Afin d’accompagner le dynamisme démographique, 1 763 ha de zones sont prévues à urbaniser entre 2020 et 2035, alors que l’on comptait + de 3 000 ha dans les précédents PLU. »

Terre-minus

« C’est terminé les lopins de terre de 1 000 m2 pour une maison individuelle, on est aujourd’hui en moyenne à 300 m2 de terrain en lotissement. On densifie aussi avec de nouvelles formes urbaines, plus de collectifs. Les règles de densité ne sont pas les mêmes selon les communes : de 15 logements par hectare en espace rural, à 100 logements à l’hectare en ville avec des bâtiments R+7 par exemple. »

© Studio Carlito

Maîtrise foncière

Le renouvellement urbain a aussi une grande part dans la densification de l’habitat. La politique d’acquisition de la Métropole est dynamique, mais les parcelles déjà construites ont déjà une certaine valeur, cela n’a rien à voir avec le prix de la terre agricole… Une parcelle de 700 m2 à Betton peut se vendre 300000 euros. Si on densifie on peut faire 3 logements, mais dans un tel projet il faut ajouter la réhabilitation, les normes de construction, et au final proposer un prix de logement abordable. L’équation est délicate pour les communes.

Moitié habitat / moitié équipement

« En 2014-2016 on estime qu’une surface à urbaniser c’est 1,79 ha pour 100 habitants, mais tout compris ! C’est 0,97 ha pour le logement, et le reste pour les routes, les infrastructures, les écoles etc. »

 

* PLUI : Plan Local d’Urbanisme Intercommunal

Le PLUi approuvé en décembre 2019

78 % du territoire de Rennes Métropole est classé en espace agronaturel :

  • Zones A (agricoles) = 32 000 ha, soit 45 % du territoire
  • Zones N (naturelles) = 24 000 ha, soit 33 % du territoire

18 % du territoire est classé en zone urbaine (UA, UB, UC…)

Moins de 3 % du territoire est classé en zone à urbaniser (1AU et 2AU)

 

 

 

Projet de Loi Climat

Les députés ont examiné en première lecture, la première quinzaine d’avril, les milliers d’amendements du projet de loi Climat-résilience. Parmi les nombreux points, l’article 52 interdit la construction de nouveaux centres commerciaux sur des sols naturels. Le gouvernement réduit également par deux le rythme d’artificialisation des sols par rapport à la décennie précédente, avec la volonté d’atteindre le zéro artificialisation nette (ZAN) en 2050. « Cela semble difficile de généraliser le « zéro artificialisation nette ». Il faudra une prise en compte des zones qui connaissent une forte croissance démographique, comme la métropole rennaise », s’enquiert Laurence Besserve. Car comment faire au regard des 90000 habitants de plus à accueillir d’ici 2035 sur la métropole, soit en 15 ans, et 65 000 logements à construire dans ce même temps, même si près de la moitié (46 %) de ceux-ci se feront en renouvellement urbain, soit sans consommation de nouvelles terres naturelles.