Couverture du journal du 03/02/2023 Le magazine de la semaine

Frigo Magic : le boom des applis anti-gaspi

Chaque Français jette environ 30 kg de nourriture par an, une aberration écologique et économique. Et si finalement une partie de la solution résidait dans de meilleures compétences en cuisine ? C'est le pari de Frigo Magic, l'appli anti-gaspi développée par le Rennais Sébastien Burel. Depuis 2015, 2,3 millions de personnes l'ont déjà testée et 120 000 l'utilisent régulièrement. La société veut maintenant accélérer son développement pour assoir son modèle économique.

Magazine 7 Jours Bretagne logo

Sébastien Burel a lancé l'application anti gaspi Frigo Magique en 2015

C’est dans sa cuisine que Sébastien Burel nous accueille. Ce serial entrepreneur travaille de chez lui, son équipe de 6 personnes en remote. Il dégaine rapidement son téléphone pour nous expliquer le fonctionnement de son appli, déjà bien connue des consommateurs « il vous suffit de lister les ingrédients qui sont dans votre frigo ou votre placard. L’application vous propose des recettes uniquement avec des produits que vous possédez déjà, dans un objectif de lutte contre le gaspillage alimentaire. C’est beaucoup moins compliqué qu’un livre de cuisine où il manque toujours aux gens un ingrédient ou une épice pour faire la recette. Là, on fait vraiment avec ce qu’on a dans le frigo. Notre objectif est de dédramatiser la cuisine auprès des personnes qui ne sont pas habituées à faire à manger. Une sorte de pédagogie douce pour apprendre à cuisiner sans gaspiller.. » À ce jour 600 ingrédients composent la base de données, 4000 recettes en français, 2000 en anglais. « Et comme on peut remplacer un produit par un autre, c’est même 21 millions de combinaisons possibles en français et 7 millions en anglais ».

« Une pédagogie douce pour apprendre à cuisiner sans gaspiller »

Une audience boostée par le contexte écologique et économique

Le succès s’accélère depuis la rentrée. «Nous constatons une forte montée en puissance des téléchargements depuis septembre », indique Sébastien Burel qui précise toutefois que sur 1000 téléchargements (le rythme journalier actuel), seuls 6 à 7 utilisateurs deviendront réellement actifs sur l’appli. Mais les faits sont là, avec un intérêt croissant marqué « Aujourd’hui nous répondons à plus de cinquante messages par jour, il y a 6 mois c’était 5 ! ». Inflation, pouvoir d’achat en berne, eco-anxiété, il faut dire que tous les facteurs sont réunis pour pousser les consommateurs à mieux gérer leur quotidien. Si l’audience est forte, le modèle économique doit aujourd’hui évoluer pour pérenniser l’outil « Frigo Magic est gratuit. Nous avons réalisé un sondage auprès de nos utilisateurs et 85% d’entre eux ne souhaitent pas passer sur du payant.» Conséquence, la société ne gagne pas d’argent pour l’instant, classique pour un modèle qui vise d’abord à bâtir une audience. « La bonne nouvelle c’est que ces mêmes utilisateurs sondés acceptent, en contrepartie, de voir de la publicité et de bénéficier de recettes sponsorisées par des marques de l’agro-alimentaire. »

L'appli Frigo Magic compte 120 000 utilisateurs réguliers

L’appli Frigo Magic compte 120 000 utilisateurs réguliers

« Nos datas peuvent guider les industriels pour faire évoluer leurs produits »

Des industriels en quête de data pour innover

Et les partenariats sont d’ores et déjà lancés. Les premières rentrées d’argent viennent des ingrédients sponsorisés par les entreprises de l’agro-alimentaire. « Nous comptons actuellement une dizaine de clients, ce qui représente une centaine d’ingrédients sponsorisés », détaille Sébastien Burel. Une plateforme SAAS sera bientôt disponible par abonnement et mise à disposition des industriels. Elle leur permettra d’informer les consommateurs sur leurs produits, proposer des recettes pour les cuisiner. Ils auront également la possibilité d’étudier les datas collectées par l’application « C’est un point fort du modèle. On voit les tendances, les signaux faibles… par exemple on a constaté une baisse de la consommation de viande d’environ 5% sur une année. Ces datas peuvent guider les industriels pour faire évoluer leurs produits, innover pour répondre aux nouveaux usages des consommateurs, leurs attentes. Ils ont besoin de se reconnecter avec le consommateur final ». Si aujourd’hui, Frigo Magic dénombre une dizaine de clients pour une centaine de produits, l’objectif est de rapidement passer à la vitesse supérieure.

Levée de fonds et Kriptown

C’est bien le but de la levée de fonds de 1,6 million d’euros en cours. Originalité de la démarche, 200 000 euros sont collectés via la plateforme kriptown. Cette « bourse de proximité » peut être comparée à un système de crowdfunding, mais avec cette différence notable que les « token » (1 token = 10 euros) peuvent être échangés sur un marché secondaire comme des titres sur un marché boursier. Cette levée de fonds devrait permettre à Frigo Magic de développer sa solution, embaucher 16 personnes, s’exporter sur davantage de pays – même si « sur 30 jours glissant Frigo Magic allume déjà 95% de la carte du monde » souligne Sébastien Burel – et atteindre 4 millions d’euros de CA en 2026.

« Reconnecter la cuisine avec les fonds de placard »

Travail sur l’Eco-score

En janvier 2021 Frigo Magic a fait équipe avec La Fourche, Yuka, Etiquettable, Eco2 initiative, Open Food Facts, ScanUp, Foodchéri et Seazon, pour expérimenter l’Éco-score. Tout cela, en partenariat avec l’ADEME (L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) et le Ministère de la Transition Écologique. Cet indicateur reflète l’impact environnemental des aliments. Pour être plus précis, il note l’ingrédient de A (faible impact) à E (impact important). « L’Éco-score est visible pour l’ensemble des recettes de l’application ».

Sensibilisation du public sur les dates limites de consommation

Frigo Magic s’est également rapproché de Too Good To Go en signant leur pacte sur les dates de consommation. Lancé en 2018, ce Pacte a pour objectif de clarifier la mention de la date de durabilité minimale. En effet, l’incompréhension des Français autour des dates de consommation et la nuance entre la date limite de consommation (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM) serait responsable de 20% du gaspillage alimentaire. C’est plus de la moitié des Français (53%) qui ne savent pas encore faire la différence entre ces deux différentes dates. « Nous jouons un rôle de pédagogue auprès de nos utilisateurs, pour les éclairer sur les dates de péremption. C’est important pour nous d’informer notre audience et de contribuer à diminuer le gaspillage alimentaire ».

L’aventure Frigo Magic a débuté en 2015

Une histoire de potes

Tout a commencé… lors d’un apéro. Et oui ! Les trois cofondateurs de l’application Christophe Boisselier, Sébastien Burel et Olivier Clanchin, veulent poursuivre la soirée, mais ce n’était pas prévu et ils ne savent pas quoi diner… Christophe Boisselier, restaurateur et créateur de plusieurs restaurants, improvise un plat avec les restes du frigo et des placards. « Tout le monde s’est dit : c’est magique ! Tu arrives à faire quelque chose de sympa en 15 minutes. Ça a été un déclic, nous avons voulu en faire un concept : réussir à cuisiner un plat innovant, rapide et délicieux avec des restes. » Sébastien Burel, l’ingénieur, et Christophe Boisselier, le cuisinier, décident de créer un algorithme à partir de cette idée, soutenu par Olivier Clanchin, dirigeant de l’entreprise agroalimentaire Olga. Un trio complémentaire pour une appli qui veut « reconnecter la cuisine avec les fonds de placard ». Frigo Magic nait en 2015. Si Christophe Boisselier a quitté l’aventure en 2020, l’entrepreneuse rennaise Caroline Lepoutère et le chef Jean Imbert ont rejoint l’aventure.

30 kg de nourriture gaspillées chaque année
Chacun d’entre nous jette chaque année 7 kg d’aliments non consommés et encore emballés ! L’autre partie des denrées qui partent à la poubelle concerne pour 1/4 de restes de repas, 1/4 de fruits et légumes non consommés, 1/5 de produits partiellement consommés, 14% de pain, 5% de boissons. (Source Ademe)

Sébastien Burel, le serial entrepreneur

L’homme a l’esprit d’entreprise chevillé au corps, « c’est grisant », confie-t-il. Sorti de l’école EPITA en 1993, il est embauché par une société spécialiste des CD-Rom et des bornes interactives, bientôt rejoint par un camarade de promo… un certain Olivier Baudet (Claranet, Rennes). Au bout de quatre ans, ils démissionnent pour créer Artful. Cette société est le début de l’aventure entrepreneuriale. Ils orientent rapidement leur activité sur la création de sites Web et participent au lancement de Winamax. Ce contrat les propulse sur le devant de la scène, ils réalisent une levée de fonds et lance une plateforme d’hébergement. En 2004, leur société est rachetée par le groupe anglais, Claranet, dont Oliver Baudet est l’actuel CEO France. Sébastien Burel monte ensuite plusieurs sociétés, s’associe à la marque Bordas Soutien Scolaire en autre… En 2015, c’est le début de l’aventure Frigo Magic.

La boite à questions

L’ingrédient qui ne manque jamais dans votre frigo ?

Le beurre, c’est une angoisse d’en manquer (rires) j’en ai même plusieurs plaquettes en permanence

Un comportement lié a la gestion de son frigo qui vous énerve ?

Jeter les produits dès que la DLC est dépassée ! Moi, je peux manger un yaourt même 3 semaines après la date conseillée sur le packaging.

Une recette facile avec des restes ?
La soupe, on en mange un jour sur deux. En ce moment c’est surtout les soupes aux champignons, j’en raffole.

Votre plat signature ?

La galette ! Allez je vous livre ma recette : 330 grammes de farine de sarrasin, 75 cl d’eau, 11g de sel et 1 œuf.