Couverture du journal du 15/10/2021 Consulter le journal

Rennes : Le secrétaire d’État Cédric O ambassadeur de la 5G

En déplacement à Rennes vendredi 2 juillet, le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques Cédric O s’est rendu à la gare et au Technicentre de la Janais, dans le cadre du projet « living labs 5G » porté par la SNCF. L’occasion pour lui d’encourager le déploiement de la 5G et de souligner son riche potentiel.

Christophe Fanichet Cédric O

Christophe Fanichet, directeur général adjoint numérique du Groupe SNCF, Président directeur général de SNCF Voyageurs et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques ©GP 7Jours

« La 5G va entraîner un bouleversement extrêmement important du fonctionnement des entreprises », a annoncé Cédric O qui a pu découvrir dès son arrivée en gare de Rennes différentes applications utilisant la 5G pour usagers et professionnels. Menées depuis 2019 dans le cadre du projet living labs 5G, ces expérimentations ont vocation à simplifier la vie des voyageurs, des professionnels de la SNCF, des agents de maintenance et même des journalistes.

Porté par la SNCF, le projet living labs 5G est un dispositif d’expérimentation ouvert à des tiers. Mis en place en partenariat avec Orange, Nokia et l’Institut Mines-Télécom, il doit permettre de faire émerger de nouvelles solutions et cas d’usage en bénéficiant de l’écosystème numérique local. Le ministre a ainsi pu découvrir la fraîcheur de startups rennaises comme Ama (lunettes connectées pour l’assistance à distance du travail de techniciens) ou Fastpoint (téléchargement instantané de films ou séries). Un dynamisme bien connu du secteur rennais des télécoms qu’a tenu a souligner Cédric O.

Mais si le grand public est souvent bien conscient des changements que va apporter la 5G en termes de confort et de simplicité dans sa vie quotidienne, les répercussions de cette technologie sur le fonctionnement des entreprises reste méconnu. Ce déploiement, selon les mots de Cédric O, va « changer complètement la donne ». Le ministre espère qu’il permettra de gagner en efficacité, de réduire la pénibilité et de créer de l’emploi. « Si on arrive à déployer cette technologie, c’est toute la région qui va en bénéficier ».

Cédric O

Cédric O essaie les lunettes connectées de la startup Ama ©GS – 7Jours

L’aube d’une révolution industrielle ?

C’est l’autre grand enjeu du déploiement de la 5G : l’industrie.

« Nous sommes ici au cœur de la raison d’être de la 5G », a insisté Cédric O au Technicentre SNCF de la Janais, dans lequel le dispositif living labs 5G va être étendu. L’implantation de la 5G dans ce technicentre doit permettre à la SNCF d’accélérer le passage au très haut-débit sans fil de ses entités industrielles.

Sans la 5G, la France pourrait être surclassée en matière industrielle par ses concurrents chinois, américains, allemands. « Il faut être au rendez-vous de la 5G », a martelé le ministre. C’est notamment la 5G sur la bande de fréquence 26 GHz qui devrait être un tournant et qui pourrait entraîner un véritable saut de productivité en matière numérique. Cette bande de fréquence, déployée sur des endroits localisés et stratégiques comme des gares, des sites industriels ou des stades, où les besoins de capacité sont extrêmement forts, permettrait des débits équivalents à ceux d’une fibre optique.

Pour Cédric O, réussir à anticiper cette nouvelle ère, à travers des projets comme celui du Technicentre de la Janais, c’est préparer ce que sera l’industrie française dans 5 à 10 ans : augmenter les capacités, la productivité et réussir l’alchimie entre le savoir des opérateurs et cette nouvelle technologie. Avec sa stratégie, le gouvernement espère aussi faire revenir des emplois industriels.

Exposition aux ondes : Cédric O se veut rassurant

Mais si la 5G retient autant l’attention, c’est aussi en raison des interrogations que son déploiement suscite dans la population. L’exposition aux ondes est-elle nocive pour la santé ? Sur ce point, Cédric O se veut rassurant et insiste sur le cadre très surveillé en matière sanitaire du déploiement. « La France est le pays qui a le cadre de surveillance de l’exposition le plus fort », a-t-il assuré. Le ministre s’appuie ainsi sur l’agence nationale des fréquences qui n’a pas constaté d’augmentation de l’exposition aux ondes des Rennais, cette dernière étant déjà très basse.

Le ministre a toutefois souligné que, au vu des chiffres de commercialisation et même s’il est normal que des questions se posent à l’arrivée de nouvelles technologies, une grande partie des Français adhérait à la 5G. Une technologie qui finirait finalement par rentrer dans les mœurs, à l’instar d’autres technologies avant elle, comme le compteur Linky.

La bande de fréquence 26 GHz permettrait des débits équivalents à ceux d’une fibre optique.