Couverture du journal du 27/11/2020 Consulter le journal

La mosaïque revient en force en Ille-et-Vilaine

En Bretagne, au détour d’une rue, sur la façade d’une pharmacie ou encore au sol d’une cathédrale, il suffit parfois d’y prêter attention pour s’apercevoir que la mosaïque est partout, tout autour de nous. Un art fortement ancré, grâce notamment aux œuvres de la célèbre famille de mosaïstes Odorico. Depuis 2018, les Mosaïques de Vilaine perpétuent cette tradition en fabriquant de sublimes fresques pour les entreprises ou encore les particuliers.

Le blason réalisé pour le Stade Rennais © D.R.

Matthieu Luco a ouvert l’atelier Les Mosaïques de Vilaine en 2018 © Bretimages Studio

Les Mosaïques de Vilaine est le nom de l’atelier de mosaïque de l’entreprise Luco & Bataller Carrelage. En plus des travaux de carrelage classiques, l’entreprise dirigée par Matthieu Luco s’est spécialisée dans la réalisation de fresques en mosaïques sur mesure pour différents supports (tapis d’entrée, salle de bain, éléments de façades, etc.).

Les tapis d’entrée connaissent d’ailleurs un très grand succès auprès des commerces : le Paris-Brest by Christian Le Squer à la Gare, le bistrot l’Arrivée, le Bénédicte ou encore le Grill ont opté pour ce tapis à petits carreaux du plus bel effet à l’entrée de leurs établissements. Les enseignes, sols, tableaux, sont également fortement plébiscités. Les mosaïstes de l’atelier travaillent sur mesure en fonction de l’envie du client qui est impliqué dans son projet.

Au Stade Rennais aussi, on est séduit par ce retour de la mosaïque. D’ailleurs Isidore Odorico est une figure importante de l’histoire du football. Il a défendu les couleurs du Stade Rennais comme joueur (1912-1925) puis comme président (1931-1938). En son hommage, le club a commandé aux Mosaïques de Vilaine le blason de la ville, reproduction à l’échelle 1/2 de l’ouvrage original réalisé en 1931 par les ateliers Odorico et aujourd’hui visible à l’Hôtel de Farcy à Rennes.

Matthieu Luco est artisan carreleur depuis 2001. La mosaïque le fascine depuis sa tendre enfance où il contemplait déjà avec admiration les murs couverts de mosaïque de son école à L’Hermitage. C’est en 2018 qu’une demande client va lui permettre d’assouvir cette envie lointaine de faire de la mosaïque. Le restaurant l’Arrivée à Rennes lui donne quartier libre pour réaliser sa façade. Puis c’est le concept store Chérie-Chéri qui lui commande un tapis d’entrée. Le bouche-à-oreille fait son œuvre et l’activité décolle.

Aujourd’hui l’entreprise de carrelage fait travailler une quinzaine de collaborateurs et trois sont dédiés à la mosaïque pour Les Mosaïques de Vilaine. Matthieu Luco a embauché son neveu, biologiste marin à la base, qui s’est rapidement passionné pour le métier. Son fils Tony, est également en apprentissage. Une affaire de famille, à l’image d’Odorico…