Couverture du journal du 27/11/2020 Consulter le journal

Les Coursiers Rennais s’émancipent des plateformes

En réaction aux conditions de travail et de rémunération qui se dégradent sur les plateformes de livraison comme UberEats et Deliveroo, 10 coursiers rennais ont choisi de s’associer. Ils veulent des prix justes, des relations « gagnant-gagnant » avec les restaurateurs et une pratique éthique de leur métier. Les premiers coups de pédales ont été mis le 17 novembre dernier pour livrer les pizzas du restaurant Angello.

Coursiers Rennais

Les Coursiers Rennais regroupent aujourd’hui une dizaine de personnes expérimentées dans la livraison en vélo.

« Avec les plateformes foodtech, les règles du jeu changent régulièrement, le prix des courses, la répartition des commandes entre livreurs. Ces dernières années on a vu nos rémunérations baisser. » déplore Hugo, ancien coursier chez Deliveroo, co-fondateur des Coursiers Rennais. Face à ce constat, une dizaine de livreurs issus des plateformes ont décidé de s’unir pour proposer aux restaurateurs et à leurs clients une alternative plus juste et plus éthique.

Les coursiers se regroupent donc en association, gardant chacun leur statut d’indépendant. « Nous sommes prestataires de l’association. Nous avons une assurance individuelle, nous couvrant en cas d’accident. » explique Hugo.
« L’objectif à terme est de se monter en coopérative ou en SARL. » Pour traiter et dispatcher les commandes, ils optent pour la solution automatisée « couriier » « ce logiciel est proposé par une société de livraison parisienne qui met depuis quelque temps sa solution à disposition des livreurs qui se lancent en province ».

Coursiers Rennais

Les livraisons se font uniquement en vélo

L’aventure démarre le mardi 17 novembre avec le restaurateur Yann Dayer propriétaire des pizzerias Angello. Il est le premier établissement à profiter des services des Coursiers Rennais. 19 livraisons ont été assurées dès le premier soir. À ce jour, les commandes ne passent pas par une marketplace, mais se font directement sur le site du restaurant. Après ce premier test, les Coursiers Rennais devraient proposer leurs services aux restaurateurs de la plateforme de vente à emporter « tonrestoalamaison.fr » qui regroupe une vingtaine d’établissements indépendants. « Les restaurateurs avec qui on projette de travailler sont dans l’ensemble plutôt réfractaires aux grandes plateformes. C’est un choix éthique de leur part. »

Et pour Hugo, il est important de sensibiliser restaurateurs et clients au juste prix de ce type de service. « Nous travaillons sur une seule zone de livraison intra-rocade au tarif unique de 10 euros. Charge au restaurateur de répartir ce coût entre lui et le client final. Si la décision lui revient, nous sommes là pour le conseiller sur ce point. En général nous préconisons de facturer 6/7 euros au client final et le reste à la charge du restaurateur. » Un prix un peu plus élevé que les plateformes, mais qui rémunère correctement le livreur dans une transparence totale pour le client final « on s’engage aussi à ce que les prix de base de la carte ne soient pas gonflés comme cela peut se voir parfois ».

Une éthique écologique aussi, avec des livraisons uniquement en vélo sur Rennes. « Au départ, c’était également le cas sur les plateformes, mais pour agrandir leur zone de livraison et baisser le coût des courses, les livraisons à scooter se sont développées et représentent aujourd’hui plus de 50% des commandes », regrette Hugo. Les Coursiers Rennais reçoivent déjà de nouvelles candidatures de personnes souhaitant s’émanciper à leur tour des plateformes.