Couverture du journal du 18/09/2020 Consulter le journal

Les secrets de l’île de Cézembre par Philippe Delacotte

Dans les années 70, Philippe fait ses études littéraires à Rennes2. Très vite, il commence sa carrière de journaliste en tant que vacataire à Ouest-France. Aujourd’hui, il collabore au Télégramme pour les pages malouines après avoir travaillé à l’Eclaireur de Chateaubriant, et à la Tribune de Loire-Atlantique. Il a également travaillé 15 ans à Radio-France et 7 ans en tant que rédacteur en chef de TVR.

Du journalisme à la littérature.

Après « Football côté cours », il aborde un tout autre sujet avec « Dans le sillon d’Edmond Hervé » puis il met en valeur « Les hommes de la Baie ». A la demande des Editions Cristel il vient de réaliser un quatrième bouquin. Il s’agit, cette fois, d’un ouvrage de recherche sur « Les secrets de l’île de Cézembre ». Ce livre grand public comprend trois grandes parties.

L’île aux moines

Dans un premier temps, l’auteur retrace l’arrivée de Maclow avec une trentaine de religieux venus du Pays de Galles. Après avoir débarqué sur l’île au VIème siècle, ils s’installeront dans la cité d’Aleth. Au fil des ans, le nom du saint deviendra Malo et donnera ainsi son nom à la Ville.

L’île aux militaires

Au XXème siècle, historiens et malouins connaissent ce lieu comme éminemment stratégique. Il l’était déjà depuis plusieurs siècles mais les allemands surent utiliser cette île pour fermer l’accès du port avec les tirs croisés de la cité d’Aleth et de nombreux autres îlots dont le Grand Bé et d’autres fortifications de la baie. L’auteur rappelle que ce fut l’endroit le plus bombardé au Km2 de tous les théâtres d’opération en Europe. 75 ans plus tard, les services de déminage poursuivent leurs efforts pour sécuriser l’île qui dès le 16 Août 1944 sera pilonnée par les tirs de l’artillerie terrestre américaine et de nombreux bombardements. Certains auteurs évoquent le largage sur et autour de Cézembre de 20 000 bombes explosives, perforantes et napalm jusqu’au 2 Septembre. A cette date, seulement, le lieutenant Richard Seuss, à la tête de 400 hommes acceptait de se rendre alors que le colonel von Aulock, commandant la place de Saint-Malo avait hissé le drapeau blanc dès le 17 Août.

L’île aux touristes

Aujourd’hui, ce lieu d’exception exposé plein sud permet aux malouins et touristes de faire le plein de soleil pendant une journée complète en fonction des horaires des vedettes où il est possible de croiser Bernard Lavilliers et d’autres célébrités… Il est aussi, maintenant, possible de s‘y rendre en bateau taxi. Hors la plage et son pourtour immédiat, des panneaux signalent aux promeneurs le danger de s’aventurer en dehors des zones autorisées. Depuis quelques années, plantes et oiseaux reprennent leurs droits sur l’île nous explique Philippe Delacotte. Au-delà de l’intérêt de cet ouvrage de 90 pages fort bien illustré, l’auteur nous dévoile que la totalité de ses droits seront reversés à la S.N.S.M. Une autre bonne raison d’acheter ce livre.

Pour en savoir plus : www.editions-cristel.com