Couverture du journal du 25/11/2022 Consulter le journal

Soldes d’été 2022 : une moindre fréquentation des commerces rennais

Selon un sondage de la Chambre de commerce et d’industrie, de l’Union du commerce et du Carré Rennais, la fréquentation des commerces est inférieure pour 40% des commerçants par rapport à l’année dernière pendant les soldes d’été. Le niveau de stock, lui, était supérieur pour 50% des commerçants au début des soldes. À noter également des difficultés de recrutement pour ces entreprises.

soldes

Jean-Marc Chevrel, dirigeant du magasin Le Patron - Rennes - Prêt-à-porter homme ©HC-7J

L’étude, réalisée auprès de 50 commerces*, révèle que, par rapport à 2021 sur l’ensemble de la période, la fréquentation des commerces est inférieure pour 40 % des commerçants, identique pour 33 % et supérieure pour 26 % d’entre eux. Le chiffre d’affaires, lui, est égal pour 37 %, inférieur pour 30 % des commerces, et supérieur pour 23 %.

La vague de chaleur qui a déferlé sur toute la Bretagne dont la capitale bretonne, la semaine dernière, a eu un impact sur les ventes. Si certains commerçants ont affirmé que la canicule avait favorisé la désertification des rues rennaises, d’autres s’en sont frotté les mains. « Souvent, la canicule nous amène de la clientèle en plus, assure Nacha Gautier, responsable de la boutique Courbettes et Galipettes. Elle a totalement boosté les ventes de certains vêtements. Il y a un samedi où nous avons vendu 48 robes ! ».

Le niveau de stock au début des soldes était supérieur pour 50 % des commerçants, identique pour 32 % d’entre eux et inférieur pour 18 %. Quant à la trésorerie, elle est égale ou inférieure pour 72 % d’entre eux, et supérieure pour 28 %.

En 2021, compte tenu du contexte sanitaire, le gouvernement avait décalé d’une semaine les soldes d’été. Ceux-ci avaient commencé le mercredi 30 juin et pris fin le mardi 27 juillet 2021. Pour certains commerçants rennais, les soldes ont eu lieu trop tôt dans la saison.

« Par rapport à l’année dernière, les chiffres de la fréquentation sont en légère baisse. Il est évident qu’il y a moins de flux. Toutefois, tout en ayant moins de monde, les dépenses sont plus conséquentes. De plus en plus, les clients ont des besoins très précis et ne repartent pas les mains vides, ce qui permet d’avoir un chiffre d’affaires qui ne souffre pas trop. » Jean-Marc Chevrel, dirigeant du magasin Le Patron – Rennes – Prêt-à-porter homme

soldes

©HC-7J

«  Alors que beaucoup continuent les prix au rabais même après la fin des soldes, moi j’ai décidé d’arrêter les promotions à la fin des soldes. L’idéal serait que les soldes finissent fin juillet, selon moi. » Laurence Le Guern, gérante Garance – Rennes – Mobilier, Décoration, Conseil

Des difficultés à recruter

Par rapport à l’année dernière, 13% des commerces répondants ont dû augmenter leur effectif pendant les soldes et 74% sont restés avec le même nombre de salariés. Toutefois, pour 13% d’entre eux, le nombre d’employés a dû être revu à la baisse. La moitié des entreprises éprouvent des difficultés à recruter en raison d’un manque de candidatures sur tous les types de postes, y compris l’encadrement.

« Dans notre métier, il est évident que nous avons des difficultés pour recruter du personnel. Le problème aussi, c’est trouver des gens de confiance afin de pouvoir laisser le salarié seul, si besoin, gérer le magasin. Aujourd’hui, c’est un vrai casse-tête. » Benoît Moron, gérant Running Conseil – Rennes – Dédié à la course à pied

 

soldes

Benoît Moron, gérant Running Conseil – Rennes – Dédié à la course à pied ©HC-7J

 

« Les salaires ne suivent pas. Les salariés gagnent quelques fois plus au chômage qu’en allant travailler. D’autres ne sont qu’à 80% et bénéficient d’aides ce qui leur permet d’être mieux rémunérés que s’ils étaient en temps plein. » Nacha Gautier, responsable de la boutique Courbettes et Galipettes – Rennes – Vêtements femmes

 

soldes

Nacha Gautier, responsable de la boutique Courbettes et Galipettes – Rennes – Vêtements femmes ©HC-7J

Retour de la Grande Braderie pour le plus grand bonheur des commerçants

Toujours selon l’étude, les remises les plus couramment pratiquées sur ces soldes d’été sont de l’ordre de -30% et -50%. La deuxième démarque s’est installée en 2e semaine avec des remises majoritairement constatées à -40% et -50%, et même jusque -70% pour presque un quart d’entre eux.

Enfin, la Grande Braderie de Rennes, organisée le 29 juin dernier, a, elle, fait des heureux. 57% des commerçants du centre-ville se sont dits satisfaits de l’activité de ce rendez-vous annuel. Par contre, 73 % des commerçants n’ont pas souhaité ouvrir le jeudi 14 juillet par crainte de manque d’activité, par choix personnel ou par manque de personnel.

*le panel de répondants était composé de 67 % d’indépendants, 23 % de franchisés et 10 % de succursalistes. Les secteurs d’activité représentés majoritairement par 53 % d’équipement de la personne, 13 % d’équipement de la maison, 10 % culture-sport-loisirs et 7 % alimentaire, parfumerie soin beauté 4 %.

La ministre de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé que des mesures allaient être prises en vue du plan de sobriété énergétique. L’une d’elles consiste à sanctionner les commerçants qui laisseront les portes ouvertes de leur magasin quand celui-ci est climatisé. « C’est aberrant de laisser la porte ouverte quand la climatisation fonctionne », estime Laurence Le Guern, gérante de Garance. Une mesure respon- sable donc pour la plupart des commerçants. D’accord sur le principe, certains expriment pourtant leur mécontentement face à ces sanctions « infantilisantes ».

« Le problème, c’est qu’on infantilise de plus en plus les gens en imposant certaines règles », déplore Jean-Marc Chevrel, dirigeant du magasin Le Patron. Un sentiment partagé par Nacha Gautier, responsable de la boutique Courbettes et Galipettes. « C’est toujours tout pour la verbalisation sur une population qui est facile à verbaliser. »