Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Diazo : nouvelle direction, nouvelle stratégie !

Fin 2023, Diazo, entreprise malouine qui accompagne les professionnels ou les particuliers dans leur communication, a été cédée à trois de ses salariées, après avoir été placée en redressement judiciaire. Avec elles, une page se tourne et une nouvelle stratégie se dessine.

Pauline Le Roux, Emmanuelle Ybert et Maud Gesnouin sont les trois co-dirigeantes de Diazo. - ©Charles Menguy

« Nous allions vers une issue fatale. » En 2020, Pauline Le Roux, alors comptable dans l’entreprise Diazo, qui propose, entre autres, de la création graphique et web, de l’impression et de la signalétique, ne peut que constater les difficultés du groupe malouin. En janvier 2020, c’est l’installation dans de nouveaux locaux, dans la zone Atalante, et un investissement estimé à 1,2 million d’euros. Le déménagement alourdit la facture de près de 50 000 euros. La crise Covid arrive alors comme un couperet.

« Les charges continuaient, mais l’activité était au ralenti », résume Pauline Le Roux. En 2022, les premières échéances tombent pour rembourser le prêt de 250 000 euros garanti par l’État. Diazo est placé en redressement judiciaire en septembre. Un an plus tard, en décembre 2023, le groupe est repris par trois de ses salariées : Maud Gesnouin et Emmanuelle Ybert, du service commercial, ainsi que Pauline Le Roux.

Pour convaincre le tribunal, celles qui sont devenues les co-dirigeantes ont proposé une stratégie « qui renoue avec l’ADN de Diazo », appuie Pauline Le Roux. Comment ? En ouvrant les portes de l’entreprise au public, avec la mise en place d’un showroom et, prochainement, d’un espace libre-service donnant accès à des ordinateurs pour imprimer ses documents.

Innovation et digital

Conscientes qu’elles évoluent dans un milieu concurrentiel, les co-dirigeantes axent aussi tout un pan de leur stratégie vers l’innovation. Début février, elles étaient au salon C!Print, à Lyon, pour mener une veille, tisser un réseau et découvrir les nouveautés technologiques.

Elles ont également noué des partenariats avec des écoles et accueillent trois stagiaires en communication digitale et audiovisuelle. « Nous menons une communication sur les réseaux sociaux, ce qui était absent jusqu’à présent. Or, cela a une vraie plus-value et nous en ressentons déjà des effets positifs », remarque Emmanuelle Ybert. Une page se tourne pour Diazo et ses co-dirigeantes ne manquent pas d’idées.

Diazo est un studio de création comptant douze salariés et proposant des prestations en PAO, reprographie numérique, impression grand format et offset, signalétique et enseignes, home déco et personnalisation. Avant la crise et la reprise par le trio de dirigeantes, le chiffre d’affaires avoisinait les 1,8 million d’euros et quelque 600 clients.