Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Marin-Marie et Roger Chapelet, deux amoureux de la mer

À Dinard, la galerie Winston s’est fait un nom avec ses expositions des peintres officiels de la Marine d’hier et d’aujourd’hui. Régulièrement, elle puise dans ses collections pour saluer le talent de ces artistes si habiles à saisir les couleurs de la mer et des embruns et à retracer les grandes heures de la marine à voile.

Galerie Winston _ Marin Marie

Pour son exposition de printemps, la galerie Winston confronte les marines de Marin-Marie (1901-1987) à celles de Roger Chapelet (1903-1995). Avec, pour le premier, des œuvres inédites prêtées par son petit-fils Jean-Marie Postel et, pour le second, des gouaches provenant directement de son atelier. Ces deux artistes de la même génération ont été nommés peintres officiels de la Marine à un an d’intervalle : Marin-Marie en 1935, Roger Chapelet en 1936. Témoins privilégiés de l’histoire de la Marine, ils sont montés à bord des derniers grands voiliers et navires de pêche, ont documenté la guerre et dépeint avec vérité des scènes de la vie maritime.

Marin-Marie

Embarqué en 1925 sur le Pourquoi-pas ?, le navire d’exploration polaire du commandant Charcot, navigateur solitaire dans l’Atlantique en 1933 sur le Winibelle, témoin majeur de la Marine française à Mers-El-Kebir, passionné de régates, amoureux des îles de Chausey et auteur d’ouvrages illustrés comme les Grands coureurs et plaisanciers, Marin-Marie a laissé une œuvre considérable. Il avait à cœur de partager son amour de la navigation, multipliant les croquis et les aquarelles sur le vif afin de faire revivre les grandes heures de la marine de guerre, de commerce, de pêche et de plaisance.

Avec le Commandant Charcot, Marin-Marie a participé à deux campagnes scientifiques dans l’Arctique. En témoigne une aquarelle du Pourquoi-Pas ? pris dans les glaces avec des bleus limpides et un miroir d’eau du plus bel effet. L’habileté de l’artiste à restituer la lumière de l’instant sur la banquise force l’admiration, de même que la finesse des coups de pinceaux pour dessiner les cordages et donner vie aux personnages, hommes d’équipage et scientifiques. Dans un autre aquarelle montrant L’Antonin remontant au vent : subtils camaïeux de verts pâles. La mer et le ciel sont à l’unisson.

Roger Chapelet

Rien ne prédestinait Roger Chapelet, enfant du Périgord, à naviguer sur toutes les mers du globe, du Grand Nord au Tonkin, à braver les tempêtes, pinceau à la main, pour faire entendre le fracas des vagues, le sifflement du vent dans ses aquarelles et ses gouaches éclaboussées d’écume. Sa vocation de peintre est née à Marseille, en 1927, après être monté à bord du Rollon, un navire de la marine marchande où son frère avait été engagé comme radio.

Fasciné par les ambiances portuaires, Roger Chapelet va peindre les grands ports d’Europe : Le Havre, Marseille, Anvers, Rotterdam… Avant de prendre le large et de s’embarquer pour Terre-Neuve et le Groenland pour rendre compte des campagnes de pêche à la morue. La vérité de ses peintures lui vaut d’être nommé peintre officiel de la marine en 1936. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Roger Chapelet sert sur les convois transatlantiques et mène une carrière de commissaire de la Marine, d’abord en Méditerranée, puis en Indochine en 1946. Les événements l’amènent à peindre différents théâtres d’opérations ainsi que des combats navals. Revenu à la vie civile après la guerre, il devient l’affichiste de plusieurs compagnies de paquebots et le peintre de la grande marine à voile.

À remarquer dans ce domaine, une huile sur toile de grand format représentant le clipper Three Brothers, le plus grand voilier du monde en 1875. Sur le ciel bleu traversé de nuages, les voiles se dressent fièrement, éclairées par les premiers rayons du soleil, dans une mer houleuse. Avec le même talent, Roger Chapelet a peint L’Angélus dans les icebergs et des gouaches très enlevées, comme un cargo en perdition, accompagné d’une citation de Roger Vercel, extraite de son livre Remorques (1935). Porté à l’écran en 1941 par Grémillon avec, dans les premiers rôles Jean Gabin et Michèle Morgan – le couple de Quai des Brumes – ce roman fait revivre la rude aventure des remorqueurs de sauvetage en unissant l’épopée maritime à l’humble vérité des êtres.

À travers cette exposition, Marin-Marie et Roger Chapelet nous offrent un grand bol d’air marin. Rien qu’à regarder leurs huiles, gouaches et aquarelles, on devine l’heure, la force du vent et l’état de la mer !

 

Galerie Winston
20 avenue Winston-Churchill, 35 800 Dinard
Exposition du 18 février au 6 mai 2024, tous les jours 10h /13h et 14h /19h (sauf les mardi et mercredi)
02 99 56 28 65 – 06 08 24 33 34 contact@galeriewinston.com – www.galeriewinston.com.