Couverture du journal du 19/04/2024 Le nouveau magazine

Avocats : les combattants de la défense ont un visage

Du 4 au 18 septembre, le Parlement de Bretagne à Rennes accueille l’exposition « Visages de la liberté, ils prennent le risque de défendre ». Des portraits d’avocats poursuivis, jugés, condamnés ou assassinés rappellent que la liberté de défendre a parfois un prix.

« Je suis né pour te [défendre] / Pour te nommer / Liberté. »
Ces mots, les 15 avocats mis en avant lors de l’exposition auraient pu les écrire.
Le Barreau de Rennes, l’Union Internationale des Avocats et le Conseil National des Barreaux rendent hommage à ceux qui risquent leur liberté ou leur vie pour la seule raison qu’ils exercent leur métier d’avocat.

Un devoir de mémoire à travers les visages (entre autres) de…

 Alice Nkom, première femme avocate du Cameroun, s’est illustrée tout au long de sa carrière par son combat en faveur des Droits de l’Homme, et notamment les droits des personnes LGBTI. Victime de nombreuses menaces et intimidations dans son pays, elle a reçu le Prix Amnesty des Droits de l’Homme en 2014.

Benjamin Ramos, assassiné à l’âge de 56 ans, cet avocat philippin défendait des petits paysans et les aidait à faire valoir leurs droits.

Waleed Abu al-Khair est un avocat saoudien et militant des droits de l’Homme. Déclaré coupable d’avoir « désobéi au souverain et cherché à lui ôter sa légitimité » et « insulté le pouvoir judiciaire et remis en cause l’intégrité des juges », il a été condamné à quinze ans de prison en 2014.

Rana Habibi, avocate et universitaire afghane spécialisée dans la défense des droits des femmes et enfants victimes de violences, elle a dû fuir le pays après la prise de pouvoir des talibans. Elle vit actuellement à Bordeaux.

Natalia Matskevich, avocate biélorusse radiée du barreau de Minsk à la suite de la défense d’une des principales figures de l’opposition du régime en place.

Derk Wiersum avocat néerlandais spécialiste du crime organisé, il est tué avec une arme à feu en pleine rue en 2019, alors qu’il défendait un témoin-clé dans un procès contre un criminel recherché pour une importante affaire de drogue.

 

Du 4 au 18 septembre, au Parlement de Bretagne (Rennes). Horaires du lundi au vendredi, de 8h45 à 12h et de 13h45 à 17h.