Couverture du journal du 20/11/2020 Consulter le journal

ENVIR’A : Soutenir la performance environnementale et sociétale des entreprises artisanales

envir'a cma

Thierry Burlot - Philippe Plantin (président de la CMA35) - Louison Noël (président CMA Bretagne) - Gilles Petitjean (directeur régional ADEME) - Lionel Lohro (artisan) - Philippe Georget (artisan).

La chambre des métiers et de l’artisanat accompagne depuis 2001 les artisans bretons dans leurs efforts pour réduire leur empreinte environnementale à travers le programme régional Envir’A. Réduction des déchets, identifications des leviers de développement durable, optimisation des matières premières, aide aux artisans spécialisés dans la réparation des biens, de nombreuses actions sont mises en place pour répondre aux enjeux environnementaux actuels.

Créé en 2001 sous l’impulsion de 3 structures, le réseau des Chambres des Métiers et de l’Artisanat de Bretagne, l’ADEME et le Conseil Régional de Bretagne, le programme Envir’A a été repensé en 2018 pour tenir compte des nouveaux enjeux et impulser une dynamique nouvelle. Et au-delà des démarches de réduction des déchets, de gestion d’énergie et de transition vers une économie circulaire, un soin tout particulier est porté sur la visibilité donnée à ces artisans acteurs du changement. « Il est important que les entreprises artisanales montrent l’exemple. La Bretagne compte plus de 63 000 entreprises artisanales et réunit 177 000 actifs bretons. Tout le monde connaît un artisan dans sa famille. Aujourd’hui nous voyons de nombreuses manifestations de jeunes et leur montrer que les entreprises artisanales se mobilisent c’est important ! » précise Louison Noël, président de la Chambre des métiers et de l’artisanat.

envir'a cma

Thierry Burlot – Philippe Plantin (président de la CMA35) – Louison Noël (président CMA Bretagne) – Gilles Petitjean (directeur régional ADEME) – Lionel Lohro (artisan) – Philippe Georget (artisan).

Le programme Envir’A, se décline sur 4 dispositifs

« Coup de balai sur les produits dangereux »

L’objectif du dispositif est d’apporter une solution concrète aux artisans qui n’ont souvent plus la place pour stocker leurs déchets potentiellement polluants, ni le volume suffisant pour contractualiser avec un prestataire, en leur proposant une collecte dans l’entreprise, à tarif préférentiel, de tous leurs types de déchets dangereux. Les tarifs sont négociés pour être attractifs, sans minimum de facturation et garantissent la collecte sous 1 mois maximum. Sur la période 2018-2019, 132 collectes ont été réalisées soit 49 tonnes de déchets dangereux collectés.

Eco-défis des commerçants et des artisans

Le label Eco-défis valorise les entreprises qui mettent en place des actions concrètes en faveur de l’environnement autour de 6 thématiques : déchets, produits, énergie, eau, transport et sociétal. 43 défis sont proposés autour de ces thèmes et l’artisan doit se positionner sur un minimum de 3. Le dispositif apporte une grande visibilité à l’artisan qui en bénéficie, en témoigne Lionel Lohro de Merlevenez Carrosserie « Le dispositif Eco-défis m’a permis de valoriser mes efforts et de donner une bonne image à mon entreprise auprès d’une nouvelle clientèle via le relai presse ». En 2018, 72 artisans ont été accompagnés et 41 labellisés.

TPE & PME gagnantes sur tous les coûts

L’objectif de ce dispositif est de gagner en rentabilité tout en réduisant son impact environnemental grâce à l’optimisation des flux (énergie, matières premières et consommables, eau, déchets). Le programme a permis une moyenne de 4 380 euros d’économies fléchées par entreprise en 2018. Les artisans intéressés peuvent s’inscrire sur le site https://www.gagnantessurtouslescouts.fr. L’accompagnement réalisé par un référent régional est personnalisé et confidentiel. Pour les entreprises de moins de 20 salariés inscrites au répertoire des Métiers, la prestation est proposée gratuitement.

Répar’Acteurs

La CMA a créé le label Répar’Acteur pour accompagner les artisans qui ont fait le choix de favoriser la réparation à la vente. Il regroupe à ce jour 500 artisans qui redonnent une seconde vie aux objets (bijoux, électroménager, cycles, appareils numériques…). « Sur le territoire breton on compte environ 3 500 entreprises artisanales qui seraient susceptibles de devenir labellisée Repar’acteur, ce sont souvent de petites entreprises artisanales ou des personnes seules qui n’ont pas suffisamment de visibilité. Les artisans labellisés gagnent en visibilité grâce à un annuaire dédié disponible sur internet. Ils sont également mis en avant sur Facebook, et participent à des opérations de promotion. Notre rôle c’est d’accompagner, de donner de la visibilité et d’essayer de créer un véritable réseau de façon à être visible auprès du grand public et aussi auprès d’autres artisans » explique Philippe Plantin, président de la CMA35. Une exposition itinérante a été constituée au niveau régional pour mettre en valeur ces Répar’Acteurs.