Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

L’Atelier de la glisse : un savoir-faire local

Il y a six mois, Mathieu Jacq et Lucas Midoux ont créé leur boutique de surf, à Saint-Malo. Des planches fabriquées à la main et adaptées à la pratique en Bretagne.

Mathieu Jacq et Lucas Midoux ont créé l'Atelier de la glisse en septembre, à Saint-Malo. ©Charles Menguy

Mathieu Jacq et Lucas Midoux, deux Malouins, ont ouvert l’Atelier de la glisse en septembre 2023, à Saint-Malo. Pour acquérir ce lieu stratégique, à 500 m de la plage (au 28 rue Léon-Lempereur), ils ont investi 250 000 euros, incluant aussi l’acquisition de matériel. « Notre étude de marché nous a confirmé le potentiel du territoire, résume Lucas, 28 ans, diplômé d’un BTS commerce. Sur le territoire, il y a au moins 10 000 pratiquants, et ce chiffre continue de croître. » Il est accompagné dans ce projet par Mathieu Jacq, 24 ans, ingénieur, comme lui passionné de surf, ayant monté dès 2019 sa propre marque : Jacq Surfoards. Des planches fabriquées de ses mains et vendues à l’atelier.

Les planches de la marque Jacq Surfboards, conçues à la main par Mathieu Jacq, présentées dans leur atelier, à Saint-Malo. ©Charles Menguy

Les planches de la marque Jacq Surfboards, conçues à la main par Mathieu Jacq, présentées dans leur atelier, à Saint-Malo. ©Charles Menguy

Des surfs adaptés aux vagues bretonnes, qui peuvent être plus molles, soit avec une pente plus légère et moins de puissance

Des planches pensées pour la Bretagne

« Ce sont des surfs conçus pour la Bretagne, c’est-à-dire avec plus de volume pour correspondre aux vagues bretonnes qui peuvent être plus molles », détaille l’ingénieur. Jusqu’à présent, il n’y avait pas de fabricants locaux spécialisés dans ce type de création. «  Trois gammes existent : classique, recyclée et en bois, pour des prix allant de 600 à 1 600 euros. « On propose aussi de faire du sur-mesure, selon les pratiques ou les envies esthétiques. » En parallèle, les deux amis proposent de réparer des planches de surf, paddle, wing, etc. Une stratégie qui fonctionne, puisque cela concerne actuellement un peu plus de la moitié des demandes. « Les clients qui viennent ont des planches achetées entre 1 000 et 3 000 euros. Il est donc intéressant pour eux de les faire réparer, d’autant que la réparation coûte généralement entre 50 et 300 euros », explique Lucas Midoux.

Pour cette première année, les deux Malouins espèrent atteindre un chiffre d’affaires de 150 000 euros. « À moyen terme, nous réfléchirons à recruter pour la fabrication et la réparation », prévoit Lucas Midoux.

Un tee-shirt avec le logo Jacq Surfboards, au sein de l'Atelier du surf, à Saint-Malo. ©Charles Menguy

Un tee-shirt avec le logo Jacq Surfboards, au sein de l’Atelier du surf, à Saint-Malo. ©Charles Menguy

Pour donner de la visibilité à leur entreprise, ils participent à des évènements, comme le festival de surf Good Rock Log Fest, dont la dernière édition s’est déroulée en octobre à Saint-Malo et Saint-Coulomb. Ils nouent aussi des partenariats avec des surfeurs locaux et, pourquoi pas, demain des surfeurs professionnels.