Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Les 3R au cœur du CFIA

Dans l'industrie agroalimentaire, l'utilisation des emballages en plastique à usage unique sera révolue d’ici à 2040. Le décret d’application de la loi Agec, dit « 3R » pour Réduction, Réemploi et Recyclage, qui définit des objectifs pour la période 2021-2025, contraignant les industriels et leurs fournisseurs à s’ajuster, était au centre d’une conférence au CFIA, grand rendez-vous de l’industrie agroalimentaire qui se tenait à Rennes du 12 au 14 mars.

De g. à dr. : Marie-Pierre Gaillard (Léa Nature), Benoît Piette (Bluenote Pack), Pierre Christen, (journaliste modérateur), Xavier Gauthier (Agromousquetaires), Christophe Morin (PackAgile) ©SB_7Jours

Le besoin de clarification sur les normes concernant les emballages et leurs zones grises est palpable. « Nous sommes au milieu du guet », commente Pierre Christen journaliste, modérateur de la matinée « Écoconception des emballages et performance industrielle : les clefs du succès » .

La complexité est multipliée par le nombre de normes à l’échelle européenne, « 16 » rappelle Vincent Colard, responsable R&D écoconception à Citeo, qui pilote le groupe de réflexion européen sur le projet de normalisation des emballages en plastique recyclable.

Face à la multiplication des réglementations, les professionnels de l’agroalimentaire s’inquiètent de la pérennité des relations avec certains fournisseurs mondiaux d’emballages : « Vont-ils continuer à livrer la France ? », s’interroge Xavier Gauthier, Responsable Innovation Packaging d’Agromousquetaires (4,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2023).

« Les entreprises Olga et Sill font partie de l’association « Pack en transition » »

Agromousquetaires : définir « le juste nécessaire »

Incontournable en France, le décret 3R, issu de la loi Agec, est le socle de la stratégie emballage d’Agromousquetaires. Un défi quand on sait que « nous sommes le premier fabricant de MDD (Marque de distributeur) sur le territoire, nous faisons vraiment du made in France dans nos 55 usines dont une trentaine répartie entre la Bretagne, la Loire-Atlantique et la Normandie. La maîtrise des coûts de production est donc le premier enjeu. »

L’agro-industriel vise la recyclabilité totale, « des emballages 100 % recyclables, en mono matériau, sans perturbateurs de tri, d’additifs ou de colorants, qui gènent le travail en centre de tri ». Autre pilier, la « réduction, soit la définition du juste nécessaire pour assurer la protection, le transport et la bonne utilisation du produit. »

Sur ce point, Xavier Gauthier alerte l’assemblée composée d’une centaine de professionnels : « Il y a beaucoup de gains à aller chercher sur les emballages logistiques. Pour les palettes d’eau, nous sommes passés d’une housse à un film et avons divisé par dix l’utilisation du plastique. » Agromousquetaires a également travaillé sur l’éco-encrage, la réduction des couleurs sur les packagings.

La synergie : le projet Dropack

Venue décliner son plan d’actions pour atteindre les objectifs 3R, Marie-Pierre Gaillard, responsable Projets Emballage, du groupe Léa Nature (siège en Charente-Maritime, 480 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022) croit en la synergie entre industriels. Léa Nature fait partie de « Pack en transition », un collectif d’industriels et de prestataires qui pense l’emballage de demain.

Parmi eux, deux entreprises bien connues des Bretons : Olga (35) et Sill Entreprises (29). Aux côtés de Benoît Piette, expert en écoconception d’emballages chez Bluenote Pack (Brive-la-Gaillarde), l’association de professionnels planche activement sur un projet de barquette réemployable pour les plats traiteurs et les produits laitiers, le projet Dropack. Trois matériaux vont être testés et une expérimentation devrait voir le jour en magasin en septembre 2024.