Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

« Femmes Entrepreneuses » : Orange présente sa nouvelle promotion

Déjà plus de 500 femmes ont été accompagnées au cours des cinq premières saisons de « Femmes Entrepreneuses » par le groupe Orange, partout en France, dont 38 en Bretagne. Cinq créatrices bretonnes, représentant quatre entreprises, viennent d’intégrer la sixième session du programme, pour 10 mois.

De g. à dr. : Typhaine Fox, Eizhy ; Maëva Tiger, Féé ta potion ; Maud Rouillard, Dénéo ; et Joséphine de Geyer, Les SuperActifs. ©SB_7Jours

 

Pour accompagner ces créatrices, en phase d’amorçage ou développement, Orange décline un programme sur-mesure, faits d’atelier et de mentoring de cadres dirigeants du groupe (15 000 salariés dans le Grand Ouest, dont 5 000 à Rennes). Cette année, le parrain de la promotion est Alain Siksik, program management officer : « L’entrepreneuriat est vertueux. C’est un privilège, en tant que salarié, de pouvoir accompagner des gens passionnants. »

Les quatre entreprises bretonnes retenues sont :

Joséphine de Geyer et Marie Villena, Les SuperActifs (Rennes, 35)

La plateforme numérique lancée en 2022 met en relation des particuliers avec des retraités en recherche de lien social et de complément de revenus, pour des missions de bricolage, garde d’enfant, jardinage ou autres. Les cofondatrices, l’une ancienne avocate et l’autre ingénieure, annoncent 1 600 utilisateurs, dont 45 % sont Bretons. Une nouvelle version du site verra le jour en mai de cette année.

Site web : Les SuperActifs

Typhaine Fox, Eizhy (Hénon, 22)

Après 20 ans de salariat, Typhaine Fox veut « faire sa part ». À la tête de sa start-up industrielle avec son frère depuis 2020, elle valorise les végétaux délaissés pour les transformer en litière, végétale et compostable, pour animaux de compagnie, les élevages, mais aussi en absorbant pour toilettes sèches. « En France, il y a 15 millions de chats dont la litière pèse pour 3,5 % des déchets ménagers. » D’où l’idée de proposer un produit plus vertueux. L’unité de production de 3 000 m2 a été installée à Hénon, sur une ancienne friche industrielle, avec des machines de seconde main. Le volume de production annuel est de 1 000 tonnes. 600 tonnes sont pour l’heure commercialisées dans une centaine de points de vente. « Nous avons aussi un partenariat avec la coopérative Le Gouessant pour de la litière avicole.»

Site web : Eizhy

Maëva Tiger, Féé ta potion (Rennes, 35)

À 28 ans, l’ancienne conseillère bancaire a créé sa gamme de produits capillaires bios et naturels. Elle commence dans sa cuisine à élaborer les formules, en obtient la validation auprès d’un laboratoire et d’un toxicologue. La commercialisation commence fin 2022, auprès de boutiques spécialisées, de salons de coiffure et sur son site internet. Son laboratoire, dans lequel elle travaille encore seule, est basé à Saint-Grégoire. « J’étais enceinte, femme active avec les cheveux bouclés, je me suis dit qu’il fallait créer une routine facile pour mes cheveux. »

Site web : Féé ta potion

Maud Rouillard, Dénéo (Rennes, 35)

Avec son associé, Maud Rouillard a mis sur pied en 2021 une plateforme numérique sport-santé à destination des professionnels (comme les kinésithérapeutes, les ergothérapeutes, les médecins…), des établissements de santé et sport-santé (maison sport-santé, centre de réadaptation…) mais aussi des patients. L’objectif est de faciliter le suivi du parcours de soins et de permettre au patient de bénéficier d’accompagnement en activité physique. La solution SaaS bénéficie du soutien du ministère des Sports et de l’Agence régionale de santé. 300 établissements et 18 000 patients sont déjà utilisateurs.

Site web : Dénéo

Le syndrome de l’impostrice a encore de beaux jours devant lui.10 % des start-up en France sont fondées par des femmes, recueillant seulement 7 % des levées de fonds. Principal frein pour se lancer exprimé par les créatrices : « est-ce que j’en suis capable ? » À l’image de Maëva Tiger de Fée ta potion : « J’espère gagner en confiance en moi et en ce que je fais. » De la même manière, elles sont plusieurs a témoigner des barrières qu’elles s’imposent sur la fixation d’un juste tarif pour leur prestation ou produit. « Vous êtes au bon endroit », lance Nelly Simoes, responsable du programme Orange.