Couverture du journal du 24/05/2024 Le nouveau magazine

Vente aux enchère du mobilier de château La Haute-Forêt

Édouard Nignon (1865-1934), d’origine nantaise, était un homme de goût. Chef dans les grands palaces de Russie et d’Angleterre, cuisinier de l’empereur François-Joseph d’Autriche, auteur de livres de gastronomie, il possédait un fort joli château dans les environs de Rennes, dont le décor intérieur et le mobilier sont intacts. Les actuels propriétaires ont confié à Rennes Enchères et à Carole Jézéquel, commissaire-priseur, le soin de transmettre ce patrimoine unique.

©DR

©DR

Un château néo-gothique

©DR

©DR

Bâtie en 1858, La Haute-Forêt en Bréal-sous-Monfort est l’œuvre de l’architecte rennais Jacques Mellet, connu pour ses hôtels particuliers et ses châteaux. Au début du XXe siècle, Edouard Nignon s’était laissé séduire par cette demeure pleine de cachet : un grand parc, une élégante façade d’inspiration néogothique avec tourelles et riche décor sculpté, un escalier de pierre à double volée… À l’intérieur : vestibule imposant, grand salon, petit salon, salle à manger, salon de billard, bibliothèque, chambres à coucher et vastes cuisines.

Des ensembles de mobilier complets dans chaque pièce

©DR

©DR

Bertrand Berthelot, expert en mobilier et objets d’art pour Rennes Enchères, s’émerveille de « l’harmonie qui règne en ce lieu », et de la qualité de la décoration. « Le mobilier présente des ensembles complets dans chacune des pièces, ce qui est rare ! » Des meubles de style, réalisés au XIXe siècle certes, mais d’une grande qualité d’exécution. Ainsi, dans le grand salon : des fauteuils de style Louis XV et Louis XVI, une belle table de milieu en bois doré (1700 / 2500 €), un piano à queue Erard plaqué d’acajou (600 / 700 €) … Dans la salle à manger : dessertes, argentiers, tables et chaises de style Régence magnifiquement sculptés. Dans le salon de billard : un billard en noyer signé « Palisson à Paris » avec tous ses accessoires (1000 / 1500 €). Édouard Nignon avait acquis de nombreux objets d’art : des marbres de Rougelet et Carrier-Belleuse (Bacchante et putto, 5000 / 7000 €), un lustre en bronze à 16 bras de lumière pour le grand salon (2000 / 3000€), des coupes à monture de bronze signés Barbedienne, des pièces d’orfèvrerie, des céramiques, des objets d’Extrême-Orient, des devants de feu en bronze doré et patiné figurant des sphinges, des statues et des vases de jardin…

©DR

©DR

La fourchette des prix est large et les lots des plus variés : un ensemble d’ustensiles de cuisine en cuivre (40 / 60 €), un petit vase en bronze d’Henri Varenne rehaussé d’une langoustine (40 / 60 €), un banc coffre en noyer de style Renaissance ( 150 / 250 €), un buffet cylindre en marqueterie de bois satiné fin XVIIIe (400 / 600 €), un menu illustré du banquet servi le 14 mai 1896 à l’occasion du couronnement du Tsar Nicolas II de Russie ( 800 / 1200 €), une paire de coupes en argent Art Nouveau (4000 / 5000 €)… Toutes ces créations sont la mémoire d’un homme de goût. Édouard Nignon avait su faire de La Haute-Forêt un havre de beauté, de sérénité et d’inspiration. Puisse ce château lui aussi revivre !

©DR

©DR

Rennes Enchères 32, place des Lices, à Rennes. Tel. 02 99 31 58 00
www.rennesencheres.com
Expositions publiques : vendredi 15 septembre, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, samedi 16 septembre, de 10 à 13 h. Faites estimer vos objets par les experts : journées d’estimation gratuites vendredi 22 septembre au 32, place des Lices et samedi 23 septembre, couvent des Jacobins au 1, rue de Saint-Malo à Rennes. Sur rendez-vous avec envoi de photos à art@rennesencheres.com