Couverture du journal du 23/02/2024 Le magazine de la semaine

7,3 % de logements vacants en Bretagne

3,1 millions de logements sont vacants en France (hors Mayotte) : c’est 8,2 % du parc de logements (Insee recensement 2020). C’est près de 1,1 million de plus qu’en 2005. En Bretagne le taux est inférieur, il avoisine les 7,3 %.

Sur le territoire breton et les quelque 2 millions de logements, la part des logements vacants n’atteint que 6,5 % en Ille-et-Vilaine (36 000 logements sur les 555 000), 7,1 % en Morbihan, 7,4 % en Finistère, 8,5 % en Côtes-d’Armor (chiffres Insee des recensements de 2018 et 2020).

La proportion de logements vacants diffère fortement selon les territoires : plus fréquents dans les terres, en Bretagne intérieure, notamment sur la diagonale allant des monts d’Arrée à Redon. Le taux des logements vacants atteint par exemple 15,4 % dans la Communauté de Communes du Kreizh Breizh, 12,1 % à Ploërmel Communauté, 10,9 % à Redon Agglomération. (Chiffres Insee 2018)

Pour rappel, la France (hors Mayotte) compte 37,8 millions de logements (Insee_janvier 2024).

82,1 % sont des résidences principales (31 millions de logements), 10 % des résidences secondaires (3,7 millions) et 8,2 % des logements vacants (3,1 millions).

Par ailleurs, 55,1 % sont des logements individuels, et 57,2 % des ménages sont propriétaires de leur résidence.

Enjeux : accès à l’habitat & aménagement du territoire »

Des mesures ont été mises en place : la taxe sur les logements vacants est entrée en vigueur dès 1999 pour les communes situées dans une agglomération de plus de 50 000 habitants en zone tendue. Et une redéfinition du périmètre des zones tendues a pris effet au 1er janvier 2024, faisant passer le nombre de communes concernées de 1 150 à 3 698, représentant 45 % du parc total de logements. Depuis 2006 les autres communes peuvent instituer une « taxe d’habitation sur les logements vacants » pour les logements vacants depuis plus de deux ans.