Couverture du journal du 23/02/2024 Le magazine de la semaine

Equithérapie : Les animaux comme source de mieux-être

Virginie Toussenot installée à Languidic, connaît un parcours professionnel très riche qui l’a amené récemment à se consacrer à la zoothérapie. L’ancienne infirmière est devenue « Chargée de Projet en Médiation par l’Animal ». Une récente reconversion qui lui a même valu les honneurs du BGE du Morbihan qui l’a distinguée comme « Talent Breton de la création d’entreprise ».

Virginie Toussenot avec Dylan et le poney, Kanto à l'écurie de Kerloës à Languidic ©DR

Virginie Toussenot avec Dylan et le poney, Kanto à l'écurie de Kerloës à Languidic ©DR

Historienne et juriste de formation, Virginie Toussenot s’est reconvertie tardivement en 2018 à l’âge de 40 ans pour devenir infirmière. Depuis, elle ne cesse d’œuvrer et de se former pour apporter du « mieux-être ». Son chemin professionnel continue donc naturellement avec de nouveaux savoir-faire. En devenant zoothérapeute avec le titre, reconnu par l’État, de « Chargée de projet en médiation par l’animal », elle ne fait qu’ajouter une carte supplémentaire à ses compétences thérapeutiques.

Apporter de l’aide à toute personne fragilisée

Celle qui n’a pas pu devenir monitrice d’équitation à cause d’un grave accident dans sa jeunesse a décidé de se consacrer à des activités professionnelles où les valeurs humaines priment. D’abord comme infirmière en santé mentale puis comme zoothérapeuthe. Mon parcours me permet aussi aujourd’hui d’exercer comme praticienne en thérapie brève (thérapie EMDR-AC), dit-elle. Je peux ainsi m’adresser à toute personne fragilisée par la maladie, le handicap, le mal-être que cela soit dans ses dimensions psychiques, physiques, cognitives, sociales, motrices, sensorielles ou émotionnelles, ainsi qu’à toute personne en quête de développement personnel. »

Centre équestres, Ephad, écoles…

Virginie a créé l’association Ani’Maux à Mots à Languidic avec deux structures équestres partenaires, l’écurie de Kerloës (Languidic) et le poney club du Louve (Pluvigner), pour travailler l’équithérapie. Elle se déplace également en Ephad avec ses lapins, cochons d’Inde, chiens ou chats persans pour provoquer le sourire des résidents et réveiller des souvenirs. La mairie d’Auray lui fait également confiance pour intervenir devant les classes de CP et CM1. Elle y fait la lecture à voix haute accompagnée de son chien. « Le chien est non jugeant et cela met les enfants en grande confiance, précise Virginie. »

Les valeurs de l’entreprise sont la bienveillance, l’écoute active, le respect des différences et la singularité de chaque personne : « En tant que soignante et thérapeute, mes valeurs sont en adéquation avec ma personnalité puisque je suis moi-même neurodivergente (Trouble du spectre de l’autisme, ou TSA). » Une particularité qui peut être d’une grande importance pour répondre à la forte demande sur les troubles du neuro-développement et combattre les discriminations.