Couverture du journal du 03/07/2024 Le nouveau magazine

Le Mezo, le château ressuscité

Le domaine Le Mezo sort de 3 ans de travaux et 16 M€ d'investissements. Niché dans un parc de plus de 25 hectares, à la nature préservée, sur la commune de Ploeren (Morbihan), le domaine peut accueillir jusqu'à 350 convives.

L'entrée du château et du parc de 25 ha, à 10 minutes à vélo du Golfe

Le château, sa corniche, ses moulures ou ses fresques, les poutres apparentes… Ajoutez à cela un parc grandiose, une serre magnifique, des dépendances entièrement rénovées et modernisées, une salle de réception, un club privé, une piscine, 2 étangs… Et vous obtenez le résultat 4 étoiles de 3 ans de travaux et 16 M€ d’investissements.

Un château, 9 maisons, 46 chambres et une capacité d’hébergement allant jusqu’à 132 clients. Pour les réceptions, le domaine peut accueillir jusqu’à 350 convives ! Le Mezo a été entièrement repensé pour accueillir tous types d’événements : mariage, convention d’entreprise, séminaires… Dans l’esprit d’une grande demeure familiale tournée vers le parc, le château et les suites, les Farm Houses, et les lofts en duplex offrent un confort élégant et vintage, qui allient le passé, le moderne et l’éco-responsabilité. Les 6 écolodges parfaitement intégrés à l’environnement du domaine qui ouvriront en octobre prochain sont une preuve supplémentaire du projet environnemental des propriétaires. Le site accueillera également, dès la rentrée, une société d’horticulture* qui fournira l’ensemble des besoins en fleurs et plantes du domaine. Le Mezo est d’ores et déjà une table gastronomique grâce à Olivier Colin*.

©Gaelle Le Boulicaut

Mobiliser 16 M€ pour réaliser un rêve

« J’ai envie de me lancer dans un projet de cette envergure depuis 30 ans, confie Sébastien Brancq, propriétaire du domaine et promoteur immobilier à vannes. Donc, quand on m’a proposé ce bien, je n’ai pas hésité longtemps. Comment ne pas tomber amoureux de cet endroit ? J’ai conçu le projet dans sa totalité, avec ma compagne Marie Nommé, en prenant soin de valoriser le patrimoine tout en faisant preuve d’éco-responsabilité. » Le couple a mobilisé les fonds nécessaires au projet (jusqu’à 16 M€ aujourd’hui) en mixant fonds propres, prêts bancaires et Locations meublées non professionnelles (Lmnp).

 

Sébastien Brancq & Marie Nommé réalisent leur rêve © DLM

Sébastien Brancq & Marie Nommé réalisent leur rêve © DLM

« on amortit bien et, surtout on offre du plaisir à nos visiteurs »

Les études débutent. Marie et Sébastien mettent leurs exigences sur le papier. Ils veulent à la fois restaurer, rénover, moderniser et respecter de hautes normes environnementales. Le chantier est énorme. Au point, qu’ils créent leur propre filiale spécialisée dans les travaux de rénovation avec une 20aine de salariés dont la plupart, vivent et travaillent sur place. Notamment les menuisiers et ferronniers dont la tâche est immense. Raccordement au tout-à-l’égout, électricité, charpente, couverture, géothermie, chaudière à bois, panneaux solaires… Le budget travaux explose assez vite mais c’est le prix du « convivial chic ». « Le château nous a coûté plus cher que prévu, admet Sébastien mais on amortit bien et, surtout on offre du plaisir à nos visiteurs. » Le 29 juin dernier, c’est ici que 160 chefs du monde entier ont décidé de célébrer les 140 ans de l’association des Arts culinaires de France.

@gaelleleboulicaut

Pas d’équivalent en Bretagne sud

La demeure familiale des Crémer, oui celle de l’acteur Bruno Crémer, connaît aujourd’hui une véritable métamorphose en se transformant en un domaine hybride mêlant hôtellerie classique et incentive. Véritable joyau du patrimoine local, le château est construit dans la deuxième moitié du 18ème siècle sur le site d’un ancien manoir mentionnée dès1427. Puis, les dépendances, la remise et la serre apparaissent à partir de la seconde moitié du 19ème siècle. L’ensemble de ce patrimoine historique est aujourd’hui au goût du jour. Les propriétaires assurent même qu’il n’existe aucun équivalent en Bretagne sud.

Un menu gastronomique hebdomadaire à découvrir

Tous les travaux et transformations seront achevés d’ici la fin de l’année et les plâtres seront largement essuyés. Le carnet de commandes se remplit à une vitesse stratosphérique et la 20aine de collaborateurs employés à temps plein ne devrait pas chômer. Après avoir redonné vie au domaine, Sébastien Brancq veut partager le charme retrouvé. Il fourmille d’idées pour rendre accessible ce cadre exceptionnel au plus grand nombre, à commencer par les dégustations hebdomadaires d’un menu gastronomique. Une belle manière de partager un coup de cœur.

Olivier Colin, un chef d’exception*

Apprécié bras droit de Pierre Gagnaire et ancien chef du Castel Clara de Belle-Île-en-Mer, Olivier Colin, est aussi un artiste voyageur, dont le parcours atypique a nourri sa curiosité et sa créativité, dans une démarche écoresponsable : cuisine aux saveurs de saisons, collaboration avec les producteurs locaux, produits de la terre et de la mer… Et, pour mieux appuyer cette démarche, le chef disposera même prochainement d’un potager qui fournira, en toute saison, les légumes et plantes aromatiques dont il aura besoin. Du potager à l’assiette, il n’y aura qu’un pas ! Découverte des produits de la région ou aventure exotique, à l’œil ou à l’aveugle…

 

Une ferme florale bientôt implantée au sein du domaine*

La fleuriste écoresponsable Tiphaine Turluche va implanter sa ferme florale Les Bottes d’Anémone au sein même du domaine. Tiphaine cultive et produit des fleurs de saison locales qui décorent et ornent les événements privés et les séminaires d’entreprise. Son entreprise à impact et sa démarche écoresponsable font des Bottes d’Anémone, la plus jeune entreprise française (et bretonne !) inscrite dans le programme Chrysalide (CCI France).