Couverture du journal du 23/02/2024 Le magazine de la semaine

Investissements d’entreprise : « Le robinet du crédit est ouvert »

En marge de son assemblée générale, la Fédération bancaire française (FBF) de Bretagne a dressé le bilan de 2023. Le réseau breton, qui représente 200 caisses et agences et près de 15 000 collaborateurs, salue « une belle année pour les investissements d’entreprise ». L’occasion, également, de présenter le nouveau président, Karim Ganaï, qui reprend le flambeau de Benoît Catel. 

Benoît Catel, Maya Atig et Karim Ganaï ©SB_7J

Benoît Catel, Maya Atig et Karim Ganaï ©SB_7J

Les banquiers sont clairs. Malgré un léger ralentissement en fin d’année 2023 et début 2024, les investissements des entreprises se sont bien portés. En Bretagne, sur les 132 milliards d’euros de prêts (environ 5 % du total national), les banques enregistrent 11 milliards d’euros de trésorerie des entreprises (+ 6 % par rapport à 2022) et 38 milliards d’euros d’équipements d’entreprise (+ 6 % par rapport à 2022). Le reste, 81 milliards d’euros, est consacré à l’immobilier, en hausse de 5 % par rapport à l’an passé.
« Le robinet du crédit est largement ouvert », assure Maya Atig, directrice générale de la FBF, venue pour l’assemblée générale de l’antenne bretonne. « 2023 est une très belle année pour les investissements d’entreprises, en particulier le premier semestre. L’industrie agroalimentaire et le tourisme sont restés très dynamiques. » Sans surprise, les secteurs identifiés les plus « à risques » par les banquiers sont le bâtiment et la pêche. Prudent, Benoît Catel, désormais ex-président de la Fédération bretonne, nuance : « Il est difficile de dresser de grandes généralités, certaines entreprises de ces secteurs sont tout à fait solvables, d’autres moins. »

L’industrie agroalimentaire et le tourisme sont restés très dynamiques en matière d’investissements.

PME : taux de 4,24 %

À l’échelon national, le taux de croissance des prêts accordés aux PME a augmenté de 1,8 % en 2023 et 96 % des PME ont obtenu une réponse positive à leur demande, crédits obtenus en totalité ou à plus de 75 %, selon les données communiquées par la Fédération. Les taux d’intérêt de nouveaux crédits pratiqués aux PME sont, en France, de 4,24 % ; un niveau inférieur à la moyenne de la zone euro (5,65 %) et d’autres pays européens, tels que l’Allemagne (6,27 %), l’Italie (5,97 %) ou l’Espagne (5,19 %).
« Les entreprises sont motivées par les investissements dans la transition environnementale, même à petite échelle, constate Maya Atig. 30 % des PME déclarent que leurs investissements sont nécessaires à leur propre performance et à la sauvegarde du climat. »

Et 2024 ?

Pour 2024, Karim Ganaï, nouveau président de la FBF Bretagne, s’est montré confiant : « En ce moment, les entrepreneurs diffèrent leurs investissements par manque de visibilité compte tenu du contexte. Il y aura donc un peu moins d’investissements, mais pas de façon significative, qu’en 2023, qui est une très bonne année de référence. »

-25 % de crédits immobiliers

Autre sujet éminemment brûlant pour les banques, le crédit immobilier, dont les conditions réglementaires se sont durcies. « Les crédits immobiliers en Bretagne ont baissé de 25 %, un peu moins vite qu’ailleurs. En France, la baisse est plutôt de 30 %. Nous demandons un desserrement des conditions. »

 

Qui est Karim Ganaï, le nouveau président de la FBF Bretagne ?

©SB_7J

Karim Ganaï, directeur départemental du Crédit Mutuel de Bretagne pour l’Ille-et-Vilaine, succède à Benoît Catel, directeur général de Banque Populaire Grand Ouest, à la présidence du comité des banques de la FBF Bretagne.
Originaire du Finistère et âgé de 49 ans, Karim Ganaï a commencé sa carrière comme technicien d’élevage dans une coopérative agricole, l’actuelle Terena. En 2003, après six années dans le monde agricole, il rejoint le secteur bancaire en tant que chargé de clientèle agricole au Crédit Mutuel.
« J’ai effectué un parcours complet dans ma banque », résume-t-il, directeur d’agence, responsable du marché agriculture Bretagne, jusqu’aux fonctions de directeur départemental d’Ille-et-Vilaine qu’il occupe depuis 2020.