Couverture du journal du 03/07/2024 Le nouveau magazine

Louvigné-de-Bais : la chapelle Saint-Job du 17ème siècle reprend vie

Menacée d’écroulement, l’ensemble de la toiture de la chapelle Saint-Job, à Louvigné-de-Bais, est en cours de restauration par les entreprises Potel charpente, Hériau couverture et Joubrel maçonnerie et taille de pierre, ainsi que Arthema pour l’étude et la consolidation des peintures murales, SCBM pour les menuiseries extérieures et Helmbold pour les vitraux. Un projet porté par la commune et son maire Thierry Pigeon, qui ont souhaité réutiliser un maximum des matériaux d’origine.

La chapelle avant travaux ©DR

La chapelle avant travaux ©DR

Visite du chantier en cours de restauration par les intervenants ©DR

Visite du chantier en cours de restauration par les intervenants ©DR

Construite au début du 17ème siècle, cette chapelle, inscrite au titre des Monuments historiques, abrite notamment un retable maître-autel lavallois de belle facture. Plusieurs rénovations de la toiture (dernière en date de 1978) ont permis de sauvegarder l’édifice, mais la charpente présentant une déformation transversale marquée, avec affaissement, a usé prématurément la couverture, mais aussi les corniches et chevronnières en pierre. Dirigés et supervisés par YLEX Architecture, agence d’architecture du Patrimoine basée à Dinan (22), les travaux de restauration ont démarré il y a un an.
« Nos travaux consistent à restaurer et consolider les murs en conservant au maximum les pierres d’origine. Les plus détériorées sont remplacées par de la pierre de grès des Vosges pour les corniches, chevronnières et encadrements de baies. Des relevés et calepinages ont été réalisés au préalable avant de déposer les pierres abîmées. Avec de nombreux plans inclinés, les chevronnières sont intéressantes à reconstituer techniquement. Nos compagnons tailleurs de pierre et maçons sont friands de ce genre de travaux », explique Romain Brégent, dirigeant de l’entreprise Joubrel.

« Je me souviendrai longtemps de ce chantier. »

Fabien Savatte, tailleur de pierres ©DR

Fabien Savatte, tailleur de pierres ©DR

La charpente a nécessité 1500 heures de travail pour l’entreprise POTEL. « Elle était tellement déformée, qu’on a dû malheureusement remplacer beaucoup de pièces d’origine par des nouvelles en chêne, taillées et assemblées à l’identique, reproduisant les techniques du 17ème. C’est une grande fierté pour nos équipes de faire perdurer cette chapelle et le savoir-faire d’époque », précise Maxime Potel, dirigeant de l’entreprise. Une fois la charpente terminée, c’est l’entreprise Hériau qui interviendra, dans quelques semaines, pour la pose au clou de la couverture en ardoises neuves.
Ce chantier est une expérience collective pour les compagnons des entreprises, parmi lesquels un apprenti de 26 ans, Fabien Savatte, en formation en alternance dans l’entreprise Joubrel et en première année de Brevet professionnel des métiers de la pierre au campus de l’Unicem, à Louvigné-du-Désert. « Je me souviendrai longtemps de ce chantier. J’y ai appris beaucoup, et en plus, notre travail va permettre de sauvegarder cet édifice très ancien. »
Fin 2023, la chapelle Saint-Job retrouvera une nouvelle jeunesse, tout en conservant son charme, grâce au savoir-faire de trois entreprises locales. L’histoire de cet édifice va être retracée dans un livre par la commune de Louvigné-de-Bais.