Couverture du journal du 27/01/2023 Le magazine de la semaine

Patrimoine : faire les bons choix à tout âge

La bonne gestion de votre patrimoine nécessite du temps, de l’énergie, et des compétences. Pour ne pas se tromper, mieux vaut vous y intéresser tôt. Vous aurez la latitude pour réaliser des économies et vous constituer un capital au fil des années. Maître Jean-Edouard Bouedo, membre de la Chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine, vous donne ses conseils pour que vous fassiez les bons choix à tout âge de votre vie.

Me Jean-Edouard Bouedo , membre de la chambre des notaires d'Ille-et-Vilaine

Me Jean-Edouard Bouedo , membre de la chambre des notaires d'Ille-et-Vilaine © Bechu Photographie

Le patrimoine est l’héritage que vous allez transmettre à vos enfants et aux générations qui suivront. Il se constitue des immeubles (biens immobiliers qui ne peuvent pas être déplacés) et des meubles (biens pouvant être déplacés : mobilier, biens électroniques, placements bancaires…). Prendre les bonnes décisions patrimoniales implique une bonne gestion de son épargne et de ses investissements. Pour ce faire, il vous s faut mesurer les prises de risque que vous allez prendre et les placements que vous allez faire. Il est alors essentiel d’analyser votre situation afin d’envisager des pistes d’organisation de votre patrimoine et de fixer votre stratégie d’investissement. Selon votre âge, le degré d’exposition aux risques ne sera pas le même.

Bon à savoir

Demandez à votre notaire d’établir votre bilan patrimonial. Il prendra en compte votre situation économique et professionnelle, vos caractéristiques personnelles et surtout, vos objectifs patrimoniaux. Selon ce que vous recherchez, il vous proposera des solutions adaptées (leviers financiers, flux financiers, transmission du patrimoine…).

Épargner à 30 ans

Quand on a moins de 30 ans, se constituer un patrimoine peut sembler lointain. Et pourtant, cela peut être une étape charnière pour se créer de l’épargne et préparer l’avenir sereinement. En effet, il n’est jamais trop tôt pour mettre de côté. Bien que les livrets d’épargne ne rapportent que très peu compte tenu de l’inflation actuelle, une épargne liquide mobilisable à tout moment est indispensable. Pour déterminer votre capacité d’épargne, il vous suffit de déduire vos charges fixes et variables de vos revenus. Vous pourrez ensuite commencer à capitaliser sur le long terme, par exemple en plaçant une centaine d’euros tous les mois sur une assurance-vie multi-supports. Cet investissement régulier et progressif permet de prendre date pour l’avenir. Il a l’avantage de présenter une prise de risque très faible et de bénéficier d’une fiscalité moindre en cas de retrait.

Assurer à 40 ans

Passés 40 ans, vous êtes propriétaire et avez sûrement des enfants pour qui l’avenir vous préoccupe. Le financement de votre retraite peut également vous inquiéter. Pour anticiper l’avenir et anticiper les études de vos enfants, pensez à garder une épargne de précaution. Pensez également aux placements financiers qui vous garantiront des revenus jusqu’à votre décès. Différents outils existent comme les plans d’épargne salariale (PEE) ou encore les plans d’épargne retraite (PER, PERP).
En effet, ces années peuvent parfois avoir faire l’objet de changements de vie professionnels ou familiaux et vous obliger à réviser vos objectifs et stratégies financières.

Accroitre à 50 ans

À 50 ans, vous avez peut-être fini de rembourser votre crédit immobilier et vous avez envie de rentabiliser votre patrimoine déjà construit. Vos enfants ont quitté le nid familial, mais sont encore dépendants financièrement. Votre résidence principale coûteuse en entretien pourrait ne plus convenir à vos besoins. Une solution pragmatique et économiquement saine pourrait être de la vendre pour acheter plus petit et vous permettre également de récupérer un capital.
L’investissement dans l’immobilier locatif peut alors s’avérer une bonne option. Vous augmentez votre patrimoine tout en limitant l’impact sur votre épargne personnelle grâce aux loyers versés par votre locataire. Ce placement vous procurera par la suite un revenu complémentaire régulier au moment de la retraite. Si vous investissez dans l’ancien, avec des travaux, vous pourrez bénéficier du dispositif de déficit foncier (Denormandie, Malraux…). Dans le neuf, le dispositif Pinel vous permettra également d’obtenir une réduction d’impôt.

Le conseil de Maître Jean-Edouard Bouedo

Même avec un prêt, investir dans la pierre reste une valeur refuge. Malgré une augmentation rapide du taux d’intérêt, le contexte reste favorable pour acheter un bien immobilier dans le but de le louer. Un taux de 3% à 3,5% reste un bon taux, surtout lorsque l’inflation est à 5,8%.

Transmettre à 60 ans

À 60 ans, c’est le temps des bilans et des recompositions patrimoniales. Bien que vos revenus s’apprêtent à baisser en vue de la retraite, votre patrimoine a augmenté avec l’âge. Vous disposez souvent d’une meilleure capacité d’épargne, car vous n’avez plus de crédit à rembourser. De plus, avec l’allongement de l’espérance de vie, vous pouvez encore valoriser votre patrimoine en prenant quelques risques avec votre épargne. Investir dans des placements comme l’assurance-vie peut être une bonne solution, si vous n’en avez pas encore et que vous avez des économies. Veillez toutefois à souscrire à ce contrat avant vos 70 ans, sous peine de minimiser l’avantage fiscal. Il existe également d’autres placements à bon rendement comme le plan d’épargne en actions (PEA) ou encore le capital-risque/capital-investissement.

60 ans, c’est également l’âge pour donner un coup de pouce à ses enfants qui auraient un projet d’achat, de mariage ou autre. Pensez alors aux donations qui vous permettront, par la même occasion, de préparer votre succession. En effet, donner dès 61 ans permet de profiter des abattements et les renouveler plus vite. Chaque parent peut ainsi donner jusqu’à 100 000 € par enfant sans qu’il y ait de droits de donation à payer. Un couple peut donc transmettre à chacun de ses enfants 200 000 € en exonération de droits. Cet abattement de 100 000 € peut s’appliquer en une seule ou en plusieurs fois tous les 15 ans. Il existe également un abattement exceptionnel pour les donations exclusivement de somme d’argent pouvant aller jusqu’à 31 865 €. Aussi, si vous avez des petits-enfants, vous pourrez leur faire une donation de 31 865 €. Pour vos arrière-petits-enfants, l’abattement sera de 5 310 €.

D’autre part, vous pourrez envisager de faire une donation de votre patrimoine immobilier à vos enfants et prendre en charge les frais liés à cette opération afin de réduire les droits de succession à payer à votre décès. La donation-partage permet d’organiser de votre vivant le partage de vos biens et donc de préserver l’entente entre vos enfants. Cette opération nécessite le recours à un notaire qui vous conseillera et expliquera le mécanisme retenu aux membres de la famille afin de susciter l’adhésion.

Enfin, toujours dans ce même intérêt de transmission, vous pouvez opter pour la création d’une société avec vos enfants. Sous la forme juridique de SCI ou SARL familiale, elle permet aux membres d’une même famille d’être propriétaires, dans des proportions différentes ou pas, et de gérer ensemble, un ou plusieurs biens immobiliers, en évitant que les règles de l’indivision s’appliquent.

Le conseil de Jean-Edouard Bouedo

Attention à ne pas vous séparer trop vite de votre patrimoine pour ne pas risquer de ne plus rien avoir en cas de besoin. Entre placements sûrs permettant d’avoir à sa disposition des liquidités et investissements plus risqués pour faire prospérer son épargne, tout est une question d’équilibre. Votre notaire saura vous guider sur la stratégie à mettre en œuvre pour profiter sereinement de votre retraite.

Publié par