Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

L’« Hymne au soleil » de Laurent Bardainne

C’est un album lumineux et léger, que signe Laurent Bardainne, saxophoniste ayant grandi à Fougères puis Saint-Malo, avec 4 musiciens de Tigre d’Eau Douce. Classé N°1 des ventes jazz pendant quelques semaines, ce petit bijou instrumental lui vaut une nomination aux victoires du jazz 2022. Entretien quelques heures avant une journée Master Class avec des élèves du conservatoire de Saint-Malo, en amont de son concert à la Nouvelle Vague le 20 mai prochain.

Laurent Bardainne

Laurent Bardainne © Agnes Dherbeys

Ne pas s’attendre à des envolées complexes ou des grilles harmoniques déstructurées comme nous propose parfois le jazz. Pas besoin de myriade de notes pour toucher un essentiel, ce disque « Hymne au soleil » a tout d’une caresse. C’est un havre rétro teinté de soul, une fenêtre ouverte au vent, au soleil et à la langueur. « C’est vrai que j’avais envie de quelque chose de lumineux, de frais, un disque qui soit un peu comme une médecine, une potion », consent le musicien, attablé en terrasse du bar-tabac pas loin du quai Duguay-Trouin

Un succès

Pour donner forme à ce groove voluptueux, on retrouve Laurent Bardainne au saxophone, Arnaud Roulin à l’orgue Hammond, Sylvain Daniel à la basse, Roger Raspail aux percussions et Philippe Gleizes à la batterie.
Et un plaisir non dissimulé face au succès de ce second album. « C’est vrai que ça marche fort. Ce qui est bien c’est d’entendre du Jazz dans la playlist de France Inter ! C’est une porte d’entrée incroyable… C’est aussi rare que d’y entendre du Heavy Metal ! »
Une porte qui s’est ouverte à la pop radiophonique notamment grâce au titre « Oiseau », sur lequel Bertrand Belin a posé un texte et sa voix. « Jaime son travail et son univers, j’avais envie de cette collaboration. On s’est vu à Paris en terrasse, et 1 mois plus tard il m’a envoyé ce texte, et c’était parfait. » Cette simplicité et cette liberté d’action se sentent au fil des 10 titres de l’album. « C’est vrai que je m’impose de ne pas avoir de limite, continuer à rêver et se faire plaisir, c’est important. »

Fougères-Paris-Saint-Malo

Ado, Laurent Bardainne tombe sous le charme des Blues Brothers, dans ces années 80 le saxo est roi. « Et puis je me souviens du Coquelicot à Fougères, c’est le club où j’ai appris à jouer, à faire le bœuf avec d’autres musiciens. Tous les jeudis il y avait des concerts là-bas, c’était extra, ça a forgé la culture musicale de beaucoup de Fougerais. » Ensuite, direction le Conservatoire de Paris. « À 20 ans je jouais 10 heures par jour du saxo, c’est assez obsessionnel. Et l’été je venais jouer dans les rues de Saint-Malo intra-muros, et dans les bars le soir. Bon ensuite le saxophone c’est devenu ringard ! Il n’y avait plus que Macéo Parker… »

Il est le fondateur ou cofondateur de plusieurs formations musicales, notamment le co-leader du groupe électro-rock Poni Hoax, il est alors aux claviers pour faire danser les foules. Il est également sideman auprès de son frère de sax Thomas De Pourquery et ses Supersonic.

D’où vient ce titre « Hymne au soleil » ?

« C’est un hommage, c’est le titre d’une œuvre de Lili Boulanger, née fin XIXe, une compositrice française de génie, précurseure comme sa sœur Nadia. Elles ont donné leur nom au conservatoire de Paris 9e. C’étaient des femmes indépendantes et incroyables. »

Nouvelle Vague et conservatoire de Saint-Malo

Une quinzaine d’élèves des classes de MAO et de musiques actuelles du conservatoire de Saint-Malo travaillent depuis novembre 2021 sur le répertoire des deux albums de Laurent Bardainne & Tigre d’Eau Douce. Trois rencontres avec l’artiste ont jalonné la saison.

« Il y a des créations, des remix électro, c’est vraiment épatant. C’est comme une passation – et pourtant je ne suis pas très bon pédagogue. L’idée est de faire infuser sa musique, l’exigence, le rythme, l’harmonie, et ne jamais oublier la liberté quand on aborde la musique. » Cette collaboration musicale fera l’objet d’une restitution, 30 min en première partie du concert de Laurent Bardainne & Tigre d’Eau Douce, le vendredi 20 mai, salle de La Nouvelle Vague à Saint-Malo.

 

La pochette d’album

« C’est un visuel de Soy Panday ! C’est un skateur pro (Magenta Skateboard)… de la haute couture du skate attention ! Je suis fan de ces esthètes de la culture de rue. »

Laurent Bardainne

© DR

Premier album acheté ?

« C’était surement un vinyle, je pense à Dizzy Gillespie, la pochette était jolie, il y avait un bateau dessus je crois…Et bon sinon cela devait être Texas ou Dire Straits, c’était l’époque. »

Dernier album acheté ?

« Billie Eilish ! Elle a 20 ans et ses deux albums sont fous. Elle a une manière de susurrer, de chanter dans un souffle, et un son de voix… c’est la meilleure chanteuse du monde ! Et en plus elle ne se prend pas au sérieux. »