Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

Tourisme d’affaires : Breizh Event 35. Collaborateurs, associés, confrères, « il y a une réelle envie de se retrouver »

Après deux années Covid, les réunions corporate n’ont jamais été aussi nécessaires. Si la Bretagne est plébiscitée pour ses destinations de loisirs, elle l’est aussi dans le secteur du tourisme d’affaires. Salons, congrès, la reprise des habituels séminaires est bien là, mais les professionnels du secteur notent aussi un afflux d’autres sollicitations, pour des temps de regroupement entre collaborateurs. Des temps de team-building, hors du bureau, devenus essentiels entre les phases de télétravail et autres visio-échanges. Le point avec des membres de Breizh Event 35.

Géraldine Le Meur, présidente de Breizh event 35 et dirigeante de Wescapade, Michael Trévilly, vice-président de Breizh Event 35 et dirigeant d’Astrevent, Camille Lou Le Calvez, secrétaire de Breizh Event 35 et responsable Grand Ouest pour City One

Géraldine Le Meur, présidente de Breizh event 35 et directrice adjointe de Westcapades, Michael Trévilly, vice-président de Breizh Event 35 et dirigeant d’Astrevent, Camille Lou Le Calvez, secrétaire de Breizh Event 35 et responsable développement commercial et marketing Grand Ouest pour City One © Studio Carlito

« Là, en mars 2022, on va faire un mois de folie », indique sans détour Michael Trévilly, le dirigeant d’Astrevent, entreprise spécialisée dans l’évènementiel (son, vidéo, éclairage, décors) de Saint-Jouan- des-Guérets. « Congrès, anniversaires d’entreprises, on a accumulé les reports des années passées, avec en plus des demandes de dernière minute d’entreprises, pour organiser un évènement corporate la semaine suivante. Il y a une réelle envie de se retrouver. »

« Concerts, salons, l’activité est repartie en effet », renchérit Camille Lou Le Calvez responsable développement commercial et marketing Grand Ouest pour City One, agence de mise à disposition de personnels sur tous types d’évènements. « Je note aussi des contrats de dernière minute : des demandes, mais aussi des validations de dernière minute souvent pour éviter les annulations ! C’est assez difficile d’anticiper. La reprise est là, mais fragile, suspendue aux aléas sociétaux. »

« À l’Hotel il y a moins de clients corporate en semaine, mais plus de clientèle loisir. La crise a développé les escapades d’une journée ou deux à quelques kilomètres de chez soi. Néanmoins le tourisme d’affaires représente globalement 40 % de la fréquentation des hôtels à Saint-Malo », précise Martin Kolb, directeur de l’Escale Océania Saint-Malo, qui nous accueille pour cet échange.

« Pour ma part ce n’est pas gagné, car je travaille beaucoup avec une clientèle internationale, des USA, du Canada… Dès qu’il se passe quelque chose en Europe tout s’arrête : lors de la crise des gilets jaunes on avait eu 80% d’annulation de ces clients internationaux, alors là avec la guerre en Ukraine….. » indique Géraldine Le Meur, directrice adjointe de Westcapades, agence de voyage pour des séjours personnalisés dans l’Ouest.

Breizh Event 35, catalyseur d’énergie

«Cette association succède à HBE, Haute Bretagne Évènement, » rappelle Géraldine Le Meur, la présidente. « On a relancé le réseau en 2021, en plein Covid, avec l’idée d’ouvrir nos frontières bretilliennes, avec ce nom Breizh Event décliné également en Finistère et Côtes-d’Armor. »

« C’est une marque, une identité commune, qui permet de porter le tourisme d’affaires en Bretagne, afin qu’il soit plus lisible à l’échelon national et international » indique Camille la secrétaire de l’association. Aujourd’hui Breizh Event 35 compte 70 membres, une centaine d’ici la fin d’année. « C’est une force de connaitre ses confrères pour travailler en synergie, » reprend Géraldine. « On est au-delà de la concurrence, car on est plus fort ensemble. Quand on se connait, ce n’est pas la même dynamique, ce sont les bienfaits d’un réseau. »

« C’est aussi défendre l’attractivité de ce territoire, et pouvoir répondre aux évènements nationaux ou internationaux, » reprend Mickaël, le vice-président. « Pour défendre la venue d’un évènement d’envergure en Bretagne, il faut répondre à trois critères : le transport (la LGV), une offre de chambres suffisante, et des compétences additionnelles (moyens techniques et activités loisirs) : en Bretagne il y a ces trois maillons essentiels de la chaine. »

« Et si Rennes et le Pays de Saint-Malo sont très identifiés, nous défendons aussi les propositions des autres pays d’Ille-et-Vilaine, Brocéliande, Redon, etc… Il faut une cohésion entre nous », rappelle Géraldine.

Breizh Event est une marque, une identité commune qui permet de porter le tourisme d’affaires en Bretagne, afin qu’il soit plus lisible à l’échelon national et international

Les dépenses du tourisme corporate

Un congressiste dépense plus que le touriste de loisir ! Mis à part pour les hôtels, car la chambre d’un client d’affaires est moins chère que pour un vacancier, elle est négociée pour un groupe. Mais sinon le tourisme d’affaires comprend un ensemble de dépenses très conséquent : restaurants, soirées animées, goodies, activités… Hors transport, on peut estimer à 200 euros minimum par jour les dépenses par client d’affaires.

Les bouleversements en cours

Les évolutions sont nombreuses dans le tourisme d’affaires, et s’apparentent aux défis d’autres secteurs :

La RSE : « Les professionnels s’engagent dans des pratiques vertueuses et environnementales, sur le traitement des déchets par exemple » rappelle Camille. « Pour autant cela reste compliqué de se faire labelliser, c’est un vrai parcours du combattant », complète Géraldine. « Et parfois pas en adéquation avec les réalités : impossible de scinder un groupe de 60 en groupes de 12 personnes au Mont-Saint-Michel quand il y a pénurie de guides. »

Côté bien-être des salariés, « Dans notre fichier de quelque 1 500 personnes, nous avons de plus en plus de seniors, ou des personnes qui cherchent un complément de travail », reprend Camille. « On voit que c’est une période difficile financièrement, de nouveaux profils se proposent, alors que l’on voyait plutôt des étudiants. C’est important de prendre en compte leur situation, et c’est pourquoi les demandes de dernière minute ne doivent pas devenir une habitude ! »

L’emploi : « Notre fichier est passé de 1 500 à 200 personnes en Bretagne en mai 2020. Aujourd’hui nous avons reconstitué les équipes, mais ce fut long et on a encore besoin de monde, car la demande en évènementiel est forte », indique Camille.
« Durant cette période il y a des salariés qui sont sortis du métier, je pense par exemple à des créateurs de décors », indique Mickaël, « ils ne reviendront pas, il faut retrouver des personnes passionnées ! ». Pour Géraldine « tout a été chamboulé, il y a eu des transferts d’activité : je pense à un partenaire autocariste, il ne compte plus que deux autocars grand tourisme aujourd’hui…c’est trop peu pour nos groupes. »

La Covid ? « Si 2020 a été catastrophique, avec des résultats négatifs dans nos entreprises, en 2021 ce que l’on a gagné c’est la reconnaissance de nos métiers, ces métiers de l’ombre dans l’évènementiel. C’était important cette reconnaissance. Et les aides ont limité la casse. » « Cela a été l’occasion de revoir nos process également, faire ce que l’on ne prenait pas le temps de faire » reprend Camille.

« Sur certains points, on repart de zéro en fait,» indique Géraldine. « Je pense aux tour-opérateurs avec lesquels nous travaillions. Beaucoup ont disparu, car ils n’ont pas été aidés comme en France. En Espagne, aux USA, nous avons de nouveaux interlocuteurs. »

Géraldine Le Meur, dirigeante de Wescapade, Martin Kolb, directeur de l’Escale Océania Saint-Malo, Camille Lou Le Calvez responsable Grand Ouest pour City One et Michael Trévilly, le dirigeant d’Astrevent breizh event 35

De gauche à droite : Géraldine Le Meur, directrice adjointe de Westcapades et présidente de Breizh Event 35, Martin Kolb, directeur de l’Escale Océania Saint-Malo, Camille Lou Le Calvez responsable développement commercial et marketing Grand Ouest pour City One et Michael Trévilly, le dirigeant d’Astrevent, © Studio Carlito

Meet Pro à la Gacilly

Réunis sous une bannière unique, les clubs de tourisme d’affaires bretons se retrouvent au Meet Pro Bretagne le 29 mars à la Gacilly. Hôtels, centres de congrès, lieux avec salles de séminaires, agences réceptives, traiteurs, compagnie maritime, prestataires de services… Va se retrouver une belle partie de la flotte bretonne de la filière MICE (Meetings Incentive Conferences Exhibitions/Events). Un élan insufflé par les clubs Breizh Event et leurs partenaires les CDT/ADT (Comités Départementaux du Tourisme / Agences de Développement Touristique).

Lieux coup de cœur

Mickaël : « Rocher Portail, dans le Coglais, c’est un château et un site époustouflant, magnifique ! Ils préparent un évènement autour de l’école des sorciers, car il est connu comme le Poudlard en Bretagne. »

Martin : « Sur mon voilier ! Que ce soit à Saint-Malo, entre les cailloux de Ploumanac’h, ou les abers… magnifique Bretagne. »

Géraldine : « Le Chateau Richeux ! L’histoire du lieu, la vue sur la baie, les couleurs, c’est tellement beau ! »

Camille : « Castel Beau Site, sur la côte de granit rose. Avec la plage de Saint-Guirec, c’est juste magnifique de se poser en terrasse à marée montante. »