Couverture du journal du 30/07/2021 Consulter le journal

Village By CA 35 : « Nous sommes la porte d’entrée de l’innovation »

2021. Les entreprises sont amenées à se transformer dans un monde qui mute vite, très vite. Un besoin urgent d’innovation que les startups s’évertuent à mettre en œuvre sans toujours bien appréhender les débouchés commerciaux qui s’offrent à elles. Une interface que le Village by CA entend assurer.

Willy Deslandes, Carole Gourmelon et Amélie Perrot

Willy Deslandes, Carole Gourmelon et Amélie Perrot © Studio Carlito

Accélérateur de startups porté par le Crédit Agricole, le Village by CA est implanté en Ille-et-Vilaine depuis 2017. 46 startups ont ainsi été accompagnées depuis son lancement créant 293 emplois. Les jeunes pousses en phase d’accélération sont sélectionnées par un comité d’ambassadeurs composé de grandes entreprises locales et bénéficient d’espaces, de mentors, d’experts, de programmes sur-mesure pour les aider à se structurer, trouver des débouchés commerciaux et se pérenniser. De nombreuses pépites ont éclos au sein de l’accélérateur. On peut citer Steeple et ses écrans digitaux assurant la communication interne des entreprises, Newcy et ses gobelets réutilisables ou encore Happywait qui digitalise la vente et le parcours d’achat dans l’immobilier neuf.

Les startups doivent trouver des débouchés commerciaux et se pérenniser

L’innovation à tous les étages

Le besoin d’innovation est partout, « tout s’accélère » confirme Carole Gourmelon, «Maire» du Village. « Accélérer, s’adapter aux mutations, est devenu vital pour toutes les entreprises.» La nécessité commande ainsi aux startups et aux PME, ETI ou grands comptes de travailler de concert pour intégrer l’innovation au sein de l’écosystème. Si les intérêts sont communs, les relations entre les deux mondes ne vont pas de soi comme le confirme le Startups Manager du Village, Willy Deslandes « Il y a un vrai problème de langage et de compréhension entre une startup qui a sa propre agilité, son propre mode de fonctionnement et un grand groupe qui a ses process et ses temps de décision. Les deux ne se comprennent pas toujours. Le village est « le chainon manquant » pour acculturer startups et entreprises. On leur offre un terrain où ils vont discuter, échanger. »

Ça match !

Carole Gourmelon

Carole Gourmelon © Studio Carlito

Les startups ne peuvent assurer leur pérennité qu’en dénichant des débouchés à leurs innovations. Quant aux entreprises, elles ont besoin d’identifier des solutions innovantes capables de booster leur développement. Pour faire matcher ces différents besoins, le Village dispose de plusieurs outils de mise en relation « Il y a une cinquantaine de Business Connect par an. Ils permettent à des entreprises et des startups travaillant sur une thématique commune de se rencontrer», explique Willy Deslandes. « Lors du dernier Business Connect sur la santé, un grand acteur du secteur a échangé avec 8 startups développant des innovations dans le domaine » détaille Carole Gourmelon à titre d’exemple « 4 ont été retenues pour proposer des solutions». Des échanges également favorisés par une plateforme « de rencontres BtoB », baptisée We Match, où les entreprises postent leurs besoins et les startups, leurs solutions.

Accélérer, s’adapter aux mutations, est devenu vital pour toutes les entreprises.

Explorer de nouveaux territoires

Et pour développer leurs propres innovations, mais aussi pour se frotter aux nouvelles générations, sentir les tendances et les signaux faibles du marché, les entreprises éprouvent de plus en plus le besoin de s’immerger, de s’acculturer au monde des startups. « Avec cette année 2020, les entreprises ont bien compris les enjeux de la digitalisation » souligne la Corporate Manager du Village, Amélie Perrot. « Elles ont pris la COVID de plein fouet, ont dû s’adapter rapidement à la mise en place du télétravail, aux nouvelles méthodes collaboratives, aux besoins émergents de leurs clients et collaborateurs… Elles savent qu’elles doivent accélérer leur transformation, mais ne maitrisent pas toujours la méthode. Au Village nous leur proposons de venir s’immerger au plus près de nos startups pour développer des solutions innovantes et gagner en agilité. Nous brisons les frontières entre les entreprises et les startups pour favoriser le développement de l’open innovation sur le territoire. »

Une acculturation qui franchit encore une étape à travers une expérimentation menée par le Village by CA Ille-et-Vilaine et le CFA du bâtiment Bretagne. L’idée est d’intégrer un pôle innovation au sein de l’organisme « Un nouveau centre de formation des apprentis de la filière du bâtiment va voir le jour courant 2022 à Montgermont. Nous allons positionner un hub au sein du CFA du bâtiment pour aider la filière à accélérer », indique Carole Gourmelon. « En connectant entreprises, étudiants et startups, nous facilitons les échanges et l’émergence de solutions innovantes réellement adaptées aux besoins du secteur. C’est une brique de plus pour aider à l’accélération des transitions. »

Les startups à impact positif se multiplient

« On ne va pas chercher que l’innovation technologique» précise Carole Gourmelon, mais également l’innovation sociale avec des startups comme Tom&Josette, premier réseau de micro-crèches intergénérationnelles ou encore Newcy et ses gobelets réutilisables. « Il y a de plus en plus de startups qui réfléchissent leurs services par rapport à leur impact environnemental et sociétal, c’est flagrant », note Willy Deslandes. « Il y a une vraie accélération de la prise de conscience à tous les niveaux ». Des critères également intégrés par les investisseurs « L’impact environnemental et sociétal est maintenant pris en compte alors qu’il y a encore cinq ans c’était quasiment absent, sauf dans quelques fonds vraiment spécialisés ».

Quid des investissements en 2021 ?

Si 2020 et son contexte de crise n’a pas refroidi les investissements, les 5,8 milliards sortis des poches des investisseurs se sont concentrés sur des startups déjà bien lancées ayant majoritairement réussi une première levée de fonds « Pour ceux qui voulaient faire leur premier tour de table, ça a été beaucoup plus compliqué en 2020 et cela reste tendu en 2021. » analyse Willy Deslandes.

 

La petite histoire du village

L’idée du « Village by CA » est née d’un constat du Crédit Agricole.

« D’un côté, nous avions des startups avec des enjeux de pérennité, à la recherche de débouchés commerciaux. De l’autre, nous avions des clients commerciaux, PME, ETI éprouvant des difficultés à se digitaliser, à intégrer les nouvelles générations, les nouveaux modes de management… D’où l’idée de créer le Village by CA qui est finalement une place de marché où se retrouvent les startups et les entreprises classiques. C’est dans cet échange-là que nous pouvons apporter de la valeur ajoutée pour les deux. » indique Carole Gourmelon, la « Maire » du Village by CA Ille-et-Vilaine.

Aujourd’hui le réseau compte 39 Villages, plus de 1 100 startups et 650 partenaires.

Le Village by CA signataire de la charte SISTA

Le Village est signataire de la Charte d’accélération du financement des femmes entrepreneures. En 2019, 8% des startups sont fondées ou co-fondées par des femmes et elles ont 30% de chances en moins de lever des fonds par rapport aux équipes masculines. Les femmes fondatrices et co-fondatrices de startups ne récoltent que 5% des fonds alloués chaque année aux jeunes entreprises innovantes par les fonds de capital risque français. Partant de ce constat, les fonds d’investissement venture des grandes entreprises et les accélérateurs (comprenant incubateurs, accélérateurs et réseaux d’entrepreneurs) ont accepté de s’engager à accompagner 50 % et financer 25% de startups fondées ou co-fondées par des femmes à horizon 2025.